Vaux-sur-Aure

 

 

Au nord : Argouges et Fumichon ; la ferme de la Madeleine
Au sud : l'église ; le château de la Ferrière et le château de la Haizerie


Sur Geoportail

 

Arrivée à Vaux-sur-Aure par la route du Manoir d'Argouges. Le château de la Ferrière est sur la droite

Vaux-sur-Aure

Arrivée par l'ouest, par le pont de l'Aure :

Vaux-sur-Aure : Eglise Saint-Aubin

 

Eglise Saint-Aubin

XIIe siècle. MH

"L'église de Vaux-sur-Aure est facile à analyser. D'abord elle se composait d'un choeur et d'une nef, qui devaient l'un et l'autre remonter au XIIe. siècle. Plus tard, vers le XVe. siècle, une chapelle seigneuriale fut accolée au mur latéral du choeur (côté du Nord). Depuis une tour s'éleva du côté opposé II faut donc au moins reconnaître trois époques dans cette église.
Le choeur offrait quelques fenêtres dont les archivoltes, portées sur des colonnes, étaient garnies d'une frette crénelée ; un cordon continu, orné d'un zigzag, courait audessous. Deux de ces fenêtres existent dans le chevet du choeur ; celles qui s'ouvrent dans les murs latéraux ont été bouchées ou altérées.
La nef, moins ornée que le choeur, est pourtant remarquable par ses contreforts bien construits et sa corniche à figures; les fenêtres en ont toutes été agrandies; je suppose qu'elles n'étaient pas garnies de frettes crénelées comme celles du choeur, et qu'elles étaient plus petites. La porte occidentale et les deux fenêtres qui la surmontent ont été refaites.
Autant qu'on peut en juger par une fenêtre bouchée qui éclairait la chapelle latérale accolée au choeur, elle doit dater de la fin du XIVe. siècle ou du XVe. On rapporte qu'elle a été construite par la famille de Suhard.
La tour, terminée par un toit en bâtière, offre si peu d'architecture qu'il n'est pas facile de lui assigner une date; elle pourrait n'être que d'une époque voisine de la seconde moitié du XVIe. siècle. Le haut est peut-être moins ancien que la partie basse." (A de Caumont 3-589)

"Depuis que j'écrivais cette description de l'église de Vaux il y a vingt ans, de grands changements ont été opérés dans l'édifice par les soins de M. le vicomte de Toustain et de M. le Curé de Vaux...
on jeta par terre la chapelle St.-Jean, et on découvrit les jolis cintres de fenêtres qu'elle masquait ; puis, ayant coupé l'église en deux, on sépara le choeur de la nef par un transept élevé, et deux nouvelles chapelles formèrent la croix de l'église...
Toutes les fenêtres ont été refaites à plein-cintre et des voûtes majestueuses en pierre ont recouvert tout l'édifice." (A de Caumont 3-590)

Sur D104 (49°18'16.5"N 0°42'14.2"W)

Vaux-sur-Aure : Eglise Saint-Aubin

Vaux-sur-Aure : Eglise Saint-Aubin

Vaux-sur-Aure : Eglise Saint-Aubin

Vaux-sur-Aure : Eglise Saint-Aubin

Vaux-sur-Aure : Eglise Saint-Aubin

 

Château de la Ferrière

XVIIIe siècle.

"Bel édifice classique d'époque Louis XV, en pierre blonde de Creully, encadré de grandes ailes de communs de la même époque, au cœur d'un parc paysager de 18 hectares qui domine le village et le pont sur l'Aure. Il a été bâti en 1735 sur les vestiges d'un château féodal du XVe siècle, par Jacqueline Piedoue de Nerval, veuve d'un écuyer de Louis XV, enterrée à l'église Saint-Aubin de Vaux-sur-Aure." (wikipedia)

"Michel Hermerel, escuyer, conseiller du roi, vicomte de Bayeux, maire perpétuel héréditaire et lieutenant-général de police en ladite vicomte (Sentence de 1700), était sieur de la Ferrière, seigneur et patron de Vaux-sur-Aure. Il mourut en 1711, sans laisser d'enfants de sa femme, Claude-Jacqueline Piédoue de Nerval. Ce fut cette dame qui fit construire le château actuel, vers 1735. Dans un acte du 11 juillet 1740, elle s'intitule dame et patronne de Vaux-sur- Aure, la Ferrière et autres fiefs, demeurant en son château. Elle mourut en 1749, et fut enterrée dans le choeur de l'église, du côté gauche du maître-autel. Après sa mort, ses héritiers vendirent cette terre à messire Gabriel Moisson, seigneur de Vaux-sur-Aure, etc., qui épousa, le 31 janvier 1761, Dlle. Jeanne-Marie-Anne de Rotz. Son arrière-petite-fille, Mlle. de Montaran, a épousé son cousin, M. Norbert de Rotz, membre de la Société française d'archéologie. Ils habitent aujourd'hui le hameau de la Haiserie, à Vaux-sur-Aure, où ils ont fiit bâtir un pavillon. » (A de Caumont 3-593)

Sur D104, proche de l'église (49°18'15.9"N 0°41'57.0"W)

Vaux-sur-Aure : Château de la Ferrière

Vaux-sur-Aure : Château de la Ferrière

 

Château de la Haizerie

XIXe siècle.

"Bel édifice d'époque Louis-Philippe, à demi-caché dans son bois de haut jet, derrière l'église Saint-Aubin. Bâti vers 1840 par les parents du fameux père Marc-Marie de Rotz, qui partit évangéliser le Japon à la fin du XIXe siècle, c'est un curieux exemple du style palladien très épuré, sec mais élégant, style très peu représenté en Normandie." (wikipedia)

Derrière l'église, sur D104 (49°18'21.1"N 0°42'20.2"W)


Sur J.Y. Merienne

 

Argouges-sur-Aure

1829 = Argouges-sur-Aure > Vaux-sur-Aure

Argouges est une vieille famille française (wikipedia) et une commune de la Manche (wikipedia)

Vestiges de l'église Saint-Pierre d'Argouges-sur-Aure (XIIe siècle). Son clocher à arcade est encore en place.

"La petite paroisse d'Argouges est réunie à celle de Vaux-sur-Aure ; mais on voit toujours son église et son château qui, plus d'une fois, a exercé le crayon des paysagistes et des dessinateurs archéologues.
L'église, très-petite, composée d'un choeur et d'une nef, se trouve près de la porte du château. Les murs en sont anciens, puisqu'ils présentent dans plusieurs parties l'appareil disposé en arête de poisson. Plus tard, peut-être à l'époque où le château lui-même a été bâti, au XVIe. siècle, les fenêtres ont été repercées et quelques parties des murs refaites.
L'église d'Argouges, aujourd'hui abandonnée, finira probablement par disparaître, car les ronces tendent à l'envahir et les toits sont tombés; elle était sous l'invocation de saint-Pierre." (A de Caumont 3-595)

 

Manoir d'Argouges

XVe, XVIe, XVIIe siècle. MH, wikipedia

Ne pas confondre avec le château d'Argouges à Mosles

"Dans un site sauvage et préservé, entouré de douves en eau, c'est l'un des plus beaux manoirs médiévaux de Normandie. Fief de la puissante famille d'Argouges,.." (wikipedia)

"On entre dans la cour du château par une porte cintrée et dont le style annonce le XVIe. siècle.
Le château, défendu par des fossés qui, autrefois, étaient pleins d'eau, présente, en face de l'entrée, un bâtiment assez considérable dans lequel on voit deux tourelles en saillie : l'une terminée par un toit pyramidal, l'autre patun corps quadrangulaire avec fronton et toit à double égout; les fenêtres ont encore leurs croisées de pierre. Cette façade a été souvent dessinée aussi bien que l'extrémité. L'ensemble de ce château annonce le commencement du XVIe. siècle ou la fin du XVe. M. Lambert qui l'a étudié et dessiné bien avant tous les autres, a vu sur une cheminée les initiales de François 1er., ce qui prouve qu'on a fait au moins quelques parties de l'intérieur sous le règne de ce prince. Le reste paraîtrait un peu plus ancien et, comme je le disais, remonte au commencement du XVIe. siècle ou à la fin du XVe'" (A de Caumont 3-596)

-

Au nord, sur D153 (49°19'18.0"N 0°43'12.7"W)

Vaux-sur-Aure : Manoir d'Argouges

Vaux-sur-Aure : Manoir d'Argouges

Vaux-sur-Aure : Manoir d'Argouges

 

Ferme de la Madeleine

XVIIe siècle.

Au nord, sur D153, en direction du Manoir d'Argouge (49°18'50.6"N 0°42'57.0"W)

 

Ferme du Grand Fumichon

XVIe et XVIIe siècle.

"Il y avait plusieurs chapelles dans la paroisse de Vaux; on y voit, dans la direction de Longues, celle de Fumichon ; elle élait desservie par les religieux de Longues." (A de Caumont 3-590)

Au nord, sur D104 (49°18'49.6"N 0°42'11.1"W)

 

Anciens fiefs de Vaux :

"Anciens fiefs de Vaux, château. Je trouve les renseignements suivants dans le mémoire de M. le vicomte de Toustain sur la commune de Vaux-sur-Aure, publié dans le Bulletin monumental :
« Le plus ancien fief de Vaux-sur-Aure, dont il soit fait mention dans l'histoire, est celui de Conjon. On trouve, dans un cartulaire de la bibliothèque du chapitre de Bayeux, qu'en 1249, Philippe de Conjon donna en fief hérédital à Robert, fils de Hervey, un hébergement situé dans la paroisse de St.-Aubin de Vaux-sur-Aure, à charge d'hommage redevance en grain, mesure de Vaux-sur-Aure...
Je ne sais aujourd'hui dans quelle partie de la paroisse était situé ce fief de Conjon..

Une autre famille noble, celle de Suhard, a eu aussi une de ses branches établie à Vaux pendant plusieurs siècles... Les Suhard avaient fait construire la chapelle St.-Jean, latérale au choeur de l'église...

« Il y avait à Vaux plusieurs fiefs qui, aujourd'hui, composent des hameaux différents de la commune. La chapelle St.-Eustache, actuellement démolie, était dans le hameau de Glatigny, tandis que le château actuel faisait partie du fief de la Ferrière. » "

Il existe un manoir de Conjon à Crouay (12 km à l'est de Vaux-sur-Aure)

 

Hérils :

Hérils est à l'ouest sur la commune de Maisons (49°18'43.1"N 0°43'52.0"W)

"HÉRILS. — L'église de Hérils, que j'ai vue autrefois, a été démolie. La commune, voisine d'Argouges, est supprimée. Cette église était sous l'invocation de saint Ouen. Le sous-chantre de la cathédrale nommait à la cure." (A de Caumont 3-598)

 

Voir aussi :

- Promenade du père de Rotz. Aménagée le long de l'Aure, elle passe au pied du château de la Haizerie.

 

 

Liens :