Gonneville-sur-Mer

 

 

Gonneville-sur-Dives

En 1927, Gonneville-sur-Dives prend le nom de Gonneville-sur-Mer.

 

Entre mer et campagne :

"La caractéristique principale de la commune est de présenter des contrastes saisissants entre mer et campagne avec une bordure littorale de 2 km environ au niveau du site archéologique protégé des falaises des Vaches Noires et des paysages de bocage normand à quelques centaines de mètres du bord de mer." (gonnevillesurmer.fr)

Le bourg de Gonneville-sur-Mer... est en pleine campagne :

Gonneville-sur-Mer

 

Eglise Notre-Dame-de-l'Assomption

XIIe siècle. Photos sur Base Mérimée

"Notre commune possède une église d’une richesse exceptionnelle...
L’église Notre Dame conserve d’importants vestiges de l’époque romane et a été fortement remaniée aux siècles suivants.
Son hétérogénéité reflète l’histoire du village au cours des 9 derniers siècles.
Elle comprend une nef de la fin du XIIème siècle, un chœur du XIIIème, une chapelle nord du XVIème et une sacristie plus récente agrandie en 1928.
Son clocher, qui culmine à 30 m. au dessus de la route, est daté du XIXème.
En 1920, la commune a procédé à une importante campagne de restauration et de modification avec ouverture des fenêtres néogothiques...
L’intérieur de l’église est d’une richesse exceptionnelle. Non seulement de nombreuses pièces de son mobilier sont classées Monument Historique ou inscrites à l’ Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques mais beaucoup de meubles, statues, sculptures, et vitraux ni classés ni inscrits, restent dignes d’intérêt, en particulier lorsqu’il s’agit d’œuvres d’artistes locaux." (gonnevillesurmer.fr)

Site officiel de l'église de Gonneville-sur-Mer :
http://www.eglisedegonnevillesurmer.fr
"Aussi, soucieuse de la sauver et de la mettre en valeur, la commune a décidé de créer en 1994 une association de sauvegarde, l’Association Sainte Honorine. Et toutes deux ont entrepris d’importants travaux de restauration qui ont duré jusqu’en 2014 et qui leur permet de la présenter aujourd’hui dans toute sa beauté et sa richesse."

"L'église de Gonneville est bâtie sur le penchant du coteau qui sert de limite à un étroit vallon, une des ramifications de la vallée de Beuzeval. C'est une grande construction, qui, malgré les enjolivements successifs qu'elle a reçus dans ces derniers siècles, a conservé un certain intérêt, surtout à l'extérieur.
Le portail se compose d'un mur droit en cailloutis, flanqué de quatre contreforts en pierre de taille, de hauteur inégale. Ceux des extrémités sont à deux larmiers avec une retraite ; les deux du centre, plus élevés, ont deux retraites, mais ils sont moins larges. Les uns et les autres, cependant, doivent dater du XIIIe. siècle.
La porte est moderne ; au-dessus s'ouvre une grande fenêtre ogivale qui a perdu son caractère. Entre sa base et la partie supérieure de la porte est pratiquée une petite niche, en accolade, dont les pieds-droits simulent de petits contreforts surmontés de pinacles.
Le clocher s'élève sur le comble. C'est une mince pyramide à pans coupés, avec base carrée, construite en charpente et recouverte d'ardoise.
Les deux murs latéraux de la nef présentent peu de rapports entre eux. Celui du midi, long de trois travées, est construit en blocage dans lequel on distingue des feuilles de fougère. La corniche est à modillons, sans figures. Ce mur est soutenu par trois contreforts : le premier est identique avec ceux du portail et doit dater, comme eux, du XIIIe. siècle. Les deux autres n'ont qu'un seul larmier, et quoiqu'ils aient une assez grande saillie, ils pourraient bien remonter jusqu'à l'époque romane, comme les grosses maçonneries. La première travée, vers l'ouest, est percée d'une porte carrée qui doit dater du XVF. siècle, ainsi que les deux étroites ouvertures qui en surmontent immédiatement le linteau..." (A de Caumont 4-29)

"...Le choeur forme retraite sur la nef ; plus moderne qu'elle, il ne remonte qu'au XIIIe. siècle. Ses murs latéraux sont en blocage, surmontés chacun d'une corniche à dents de scie, portée par des têtes grimaçantes.
Deux grandes fenêtres carrées sont percées régulièrement dans l'un et l'autre des murs.
Il faut remarquer, en outre, à la dernière travée du côté du nord, une porte ogivale fort basse, datant du XIIIe. siècle, comme le reste de la construction. Cette porte est accompagnée de deux chapiteaux à crossettes fort détériorés.
Le chevet est droit, complètement masqué par une énorme sacristie." (A de Caumont 4-31)

Sur D142 : 49°16'49.2"N 0°02'27.1"W

Entrée du cimetière par le nord :


Sur Google Street View

Gonneville-sur-Mer : Eglise Notre-Dame-de-l'Assomption

Gonneville-sur-Mer : Eglise Notre-Dame-de-l'Assomption


Sur eglisedegonnevillesurmer.fr


Sur Base Mérimée

 

Cure de Gonneville : Dramard et Angerville

La cure de Gonneville était divisée en deux portions, toutes les deux à la nomination de seigneurs laïques.
La première portion dépendait, au XIVe. siècle, de la maison d'Annebaut, qui se trouvait remplacée, à la fin du XVIIIe., par celle d'Angerville.
A cette même époque (XIVe. siècle) et jusqu'au XVIe. siècle inclusivement, la famille d'Achey tenait la seconde portion, qui passa plus tard au seigneur de Dramard.
Chacun des deux curés avait son presbytère. Ces deux constructions existent encore, avec les bâtiments accessoires. Le tout était humblement couvert en chaume ; mais la manière dont étaient disposées les constructions, la vaste porte charretière qui conduisait dans la cour intérieure, donnent au presbytère de la première portion, placé en face du portail de l'église, un aspect féodal.
L'autre, plus éloigné vers le midi, est moins important." (A de Caumont 4-33)

 

Château de Dramard

XVIIe siècle

" En haut du Chemin des Rouges-Terres et à 1 km du centre de Houlgate se trouve le château de Dramard, une bâtisse du XVIIe siècle, construite en pierre avec un large corps central flanqué de deux ailes. Le château a été construit sur le site d'un château plus ancien, appelé le Priauré de Mennetot. En 1616, le château fut acheté par Pierre de Dramard, conseiller du Roi, qui devint sieur de Gonneville, Beuzeval et Mennetot. En 1772, Pierre Louis Bonnet, seigneur de Meautry, maria demoiselle Gabrielle de Dramard. Pierre devint le maire de Caen en 1791 et en 1792, fut élu député du Calvados sous la Révolution française. Le château est en bon état et est maintenant un hôtel." (gonnevillesurmer.fr)

A l'ouest, proche d'Houlgate : 49°17'08.4"N 0°03'42.7"W


Sur Google Street View


Sur Wikimedia.org par Gregory Deryckère

 

Manoir d'Angerville

XVIIe siècle. MH, wikipedia. Sur Base Mérimée

"Le manoir d’Angerville du XVIIe ayant appartenu à la famille de Charlotte Corday, a été construit par le comte d’Angerville. Il fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques, éléments protégés : Façades et toitures ; cheminée avec son décor peint au rez-de-chaussée dans la salle ouest ; cheminée avec son décor peint et peinture du mur nord dans la chambre ouest ; à l’étage, chambre est : la cheminée avec son décor peint ainsi que la cloison attenante à l’étage (cad. D 311) : inscription par arrêté du 12 juin 1986" (gonnevillesurmer.fr)

Sur D142, proche du Golf : 49°16'58.4"N 0°02'24.0"W


Sur Wikimedia.org par Roi.dagobert

 

Manoir de Beuzeval

"Anciennement situé sur la commune de Gonneville-sur-Mer, c’est en 1825 qu’après reconsidération des terres du manoir que les limites communales furent retracées et la bâtisse définitivement placée sur le territoire de Beuzeval (désormais sur la commune d’Houlgate)." (gonnevillesurmer.fr)

- Château de Beuzeval (MH) sur Houlgate

 

 

Liens :

 

http://www.gonnevillesurmer.fr/histoires-et-patrimoines/