Dives-sur-Mer

 

 

Eglise Notre-Dame

XIIIe, XIVe siècles. MH, wikipedia

"Les parties les plus anciennes datent du XIe siècle sans qu'on connaisse quand fut posée la première pierre. Après la conquête de l'Angleterre le fief de Dives fait partie de l'abbaye aux Hommes de Caen dont les droits seront partagés à partir de 1066 avec l'abbaye Saint-Martin de Troarn.
Au-dessus de la porte d'entrée figure une liste de 475 noms des compagnons de Guillaume le Conquérant, placée par l'historien et archéologue Arcisse de Caumont.
La particularité de cet édifice religieux tient dans ses très nombreux — plus de 400 — graffiti marins, ses sculptures de monstres marins et ses ex-votos d'embarcations. " (wikipedia)

"Le monument le plus remarquable de Dives est l'église. Elle appartenait à un prieuré dépendant de l'abbaye de Troarn, et c'est un édifice assez important...
Hormis quelques restes du XIe. siècle sous la tour, le monument est du XIVe. et du XVe. siècle. Ainsi, le choeur, avec la grande fenêtre du chevet et les bas-côtés qui l'accompagnent, offre tous les caractères du XIVe., aussi bien que les chapelles du transept et la travée de la nef qui suit. Le reste de la nef et les bas-côtés qui lui correspondent sont de la fin du XVe. siècle, ou même du commencement du XVIe.
L'église actuelle fut, au XIVe. siècle, reconstruite sur un plan assez vaste : on commença par le choeur et l'on s'arrêta à la seconde travée de la nef, après le transept. Quelle fut la cause de ce temps d'arrêt? Nous ne savons; on en trouverait peut-être l'explication en fouillant dans les archives : toujours est-il que la partie de la nef, bâtie au XVe. siècle, fut disposée de manière à favoriser l'accès de la foule...
Rien de plus élégant, de plus habilement découpé, que les moulures et les feuillages de cette porte occidentale de la nef; c'est on véritable chef-d'oeuvre de sculpture."
(A de Caumont 4-9)

Rue de Lisieux : 49°17'07.1"N 0°05'48.8"W

Dives-sur-Mer : Eglise Notre-Dame

Dives-sur-Mer : Eglise Notre-Dame

Dives-sur-Mer : Eglise Notre-Dame

Dives-sur-Mer : Eglise Notre-Dame

Dives-sur-Mer : Eglise Notre-Dame - Dives-sur-Mer : Eglise Notre-Dame

Dives-sur-Mer : Eglise Notre-Dame

Dives-sur-Mer : Eglise Notre-Dame

 

Compagnons de Guillaume

A la sortie de l'église, la liste des compagnons d'arme de Guillaume le Conquérant :

"Au-dessus de la porte d'entrée figure une liste de 475 noms des compagnons de Guillaume le Conquérant, placée par l'historien et archéologue Arcisse de Caumont." (wikipedia)

Dives-sur-Mer : Eglise Notre-Dame

 


Les Compagnons de Guillaume

 

Manoir de Bois-Hibout / Lieutenance

XVIIe siècle. MH, wikipedia

"Cette maison de maître a été construite au XVIIe siècle par Leduc de la Falaise, valet de chambre de Louis XIV. Plus tard, elle est devenue la propriété d’un sieur de Bois-Hibout à qui elle doit son nom « le manoir de Bois-Hibout ». Restauré en 1975, le manoir domine la place de ses cinq niveaux construits en pierre de Caen." (wikipedia)

Au XIXe siècle, ce manoir servit de gendarmerie (d'où son nom de Lieutenance)

On remarque à Dives une maison assez considérable dont je donne l'esquisse, et qui doit être du XVIIe. siècle. On lit sur la clef de voûte de l'arcade de la porte d'entrée la date 1695. Quelques personnes la désignent comme ayant été un ancien prieuré ; mais aucune preuve ne vient légitimer cette attribution, et des écussons géminés, sculptés sur une cheminée du temps de Louis XIV, peut-être, paraissent se rapporter à un seigneur et à sa femme."
(A de Caumont 4-19)

Place de la République : 49°17'12.4"N 0°05'49.3"W

Dives-sur-Mer : Manoir de Boishibou

Dives-sur-Mer : Manoir de Boishibou

 

Halles

XVe siècle. MH, wikipedia

"Les halles sont datées du début du XVe siècle (datation dendrochronologique des pièces de charpente réalisée en 2012), mais il est probable que des halles plus anciennes aient préexisté...
La charpente repose sur une série de soixante-six piliers de chêne reposant sur des dés en pierre posés à même le sol. La charpente est elle aussi en chêne comme toutes les constructions imposantes de l'époque..." (wikipedia)

"Les anciennes halles en bois, de Dives, ont une certaine importance. La partie la moins ancienne, qui est vers l'est, paraît remonter au XVIe. siècle ; les dix travées, beaucoup mieux construites, qui composaient la halle primitive datent bien certainement du moyen-âge. Elles ont une longueur de 32 mètres et une largeur de plus de 11 mètres..." (A de Caumont 4-21)

Place de la République : 49°17'10.8"N 0°05'47.6"W

Dives-sur-Mer : Halles


Sur J.Y. Merienne - 1854 - 1890


Sur J.Y. Merienne 1891 - 1939

 

Hostellerie Guillaume le Conquérant

"Depuis les années 1980, l'hostellerie Guillaume le Conquérant est devenue le Village d’Art.

La partie la plus ancienne date du XVe siècle. La façade est austère et protège des cours intérieures qui abritaient les voyageurs et les écuries du relais de poste. L'architecture est typique de l'auberge normande avec sa vaste cuisine, sa cour intérieure et ses galeries extérieures pour accéder aux chambres" (wikipedia)

"La principale auberge du bourg pourrait dater, dans quelques parties, de la fin du XVIe. siècle." (A de Caumont 4-20)

Rue d'Hastings : 49°17'13.0"N 0°05'55.4"W


Sur J.Y. Merienne

 

Manoir Saint-Cloud

XVIe siècle,  MH, wikipedia

Rue Pablo Picasso : 49°16'52.3"N 0°05'30.0"W


Sur Wikimedia.org par Roi.dagobert

 

Villa Les Bossettes

Années 1900,  MH, wikipedia

Rue du Port : 49°17'30.0"N 0°05'31.9"W


Sur Wikimedia.org par Pimprenel

 

Trousseauville

L'altitude varie de 0 m au niveau de l'estuaire de la Dives à 135 m pour le point culminant au niveau du lieu-dit de Trousseauville.

En 1826, Dives (418 habitants en 1821) absorbe Trousseauville (153 habitants), à l'est de son territoire.

"L'église de Trousseauville est à l'état de ruines ; la paroisse est supprimée et réunie à Dives. Située sur le penchant d'un coteau abrupte, entouré de vallons et de pentes boisées et sauvages, on y accède par des chemins creux et sourcilleux." (A de Caumont 4-26)

 

Château de Sarlabot

"En 1857, au cortège des Bœufs Gras à Paris, un Bœuf Gras sans cornes baptisé Sarlabot fait sensation. Il est né et a grandi à Trousseauville et porte le nom du domaine de Sarlabot. Il s'agit d'un représentant d'une race bovine nouvelle : la race Sarlabot, qu'a créé son éleveur nommé Dutrône. Il a souhaité désarmer les bovins en créant cette race dépourvue de cornes et ainsi éviter les accidents." (wikipedia)

"La race Sarlabot ou race désarmée ou race cotentine sans cornes2 ou normande améliorée3 est une race bovine française sans cornes créée vers 1840-1850 par Henri Philippe-Auguste Dutrône (1796-18664), éleveur à Trousseauville-Dives" (wikipedia)

"Février 1872 : Suivant testament fait en 1870, madame veuve Dutrône, propriétaire, demeurant en la commune de Trousseauville, (réunie à Dives en 1826) près Dives, au château de Sarlabot, a divisé la fortune qu'elle laisserait à sa mort, en trois parties...
Madame Dutrône, était la veuve de M. Dutrône, conseiller honoraire à la Cour d'appel d'Amiens, lequel avait introduit dans notre contrée la race de bœufs sans cornes, qu'il avait surnommée Sarlabot, du nom de sa propriété de Trousseauville." (J.Y. Merienne)

"Le château de Trousseauville se trouve assez loin de l'église, et sur le bord de la grande route. Les seigneurs de Trousseauville figurèrent autrefois dans l'histoire. On trouve, dans le catalogue des seigneurs normands qui suivirent le duc Robert en Terre-Sainte, un Henry de Trousseauville, qui portait de noir à un fer de moulin d'or (Gab. Dumoulin)." (A de Caumont 4-28)

Sur D45 : 49°16'43.3"N 0°04'37.2"W


Sur Google Street View


Sur J.Y. Merienne

 

Faits historiques :

Faits historiques. — Une partie de la flotte destinée à transporter les troupes de Guillaume-le-Conquérant fut armée à l'embouchure de la Dive, où elle fut retenue quelque temps par les vents contraires. De là elle se rallia aux autres bâtiments de la flotte à St.-Valery-en-Caux (Seine-Inférieure). En examinant, sur la Tapisserie de la reine Mathilde à Bayeux, les préparatifs et l'embarquement des provisions, on est tenté de croire qu'il s'agit des vaisseaux partant de Dives ; car on voit porter dans les navires, les uns sur les épaules, les autres sur des chariots comme le suivant, des barils absolument semblables à ceux dont on se sert encore aujourd'hui, dans ce port, pour contenir le cidre. Ces petits tonneaux allongés devaient être employés presque exclusivement au moyen-âge pour le transport des boissons aux environs de Dives, où les chemins étaient si mauvais, il y a quelques années encore, que les charrettes pouvaient difficilement les parcourir et que tous les transports se faisaient à dos de cheval.

S'il est vrai, comme on le dit, que Guillaume embarqua à Dives une partie de l'armée qui conquit l'Angleterre, Dives est bien déchu de son ancienne splendeur; et, en voyant la rivière couler tranquillement au milieu de fertiles pâturages, on ne se douterait pas que la flotte du duc Guillaume stationnait, en 1066, là où ruminent aujourd'hui des troupeaux de boeufs.
Mais de grands changements s'opèrent, à l'embouchure des rivières, par les alluvions qui s'y forment. Wace nous affirme que celle de la Dive était, au Xe. siècle, une baie maritime,..." (A de Caumont 4-22)

 

Voir aussi :

- La Maison Bleue (2ème moitié XXe, MH, wikipedia)

- Les Tilleuls : 49°17'07.5"N 0°05'28.5"W

 

 

Liens :