Périers-en-Auge

 

 

Eglise Saint-Firmin

XIIe et XIIIe, remanié au XVIIIe,
se situe au pied des dernières collines du Pays d’Auge, sur un léger monticule au départ des marais. Les fonts baptismaux, la poutre de gloire ou encore la dalle funéraire du curé Louis Morice (inhumé en 1749) sont visibles à l’occasion du concert annuel d’automne dans l’église en Septembre.

"Elle est située dans la vallée, à très peu de distance de la rivière de Dive. Les diverses parties qui la composent peuvent se rapporter à trois époques différentes. La nef entière ne doit point être antérieure au commencement du XVIIIe. siècle. Elle est construite en pierre de taille de grand appareil; la base est inclinée en talus avec larmier à 1 mètre environ de hauteur. Le mur du portail, à rampants terminés par des lions couchés mutilés, est couronné par une croix grecque. La porte est à arc surbaissé, avec quelques moulures prismatiques. Le clocher, assis à l'ouest, est en charpente à pyramide carrée, basse et peu élégante : il est recouvert en essente.
Les murs latéraux n'ont point de contreforts ; celui du nord n'est percé d'aucune ouverture. Trois fenêtres cintrées éclairent le midi.
La construction primitive du choeur remonte au XIIe. siècle. Tout le mur du nord est construit en blocage grossier, avec vestiges d'appareil en feuilles de fougère. Il est formé de deux travées d'inégale largeur, avec deux contreforts plats à une retraite... " (A de Caumont 4-100)

Proche de D400 (49°16'03.1"N 0°06'21.8"W)

Périers-en-Auge - Eglise Saint-Firmin

Périers-en-Auge - Eglise Saint-Firmin

Périers-en-Auge - Eglise Saint-Firmin

Périers-en-Auge - Eglise Saint-Firmin

Périers-en-Auge - Eglise Saint-Firmin

 

Prieuré de Rouville et Chapelle Saint-Evrou

Jusqu'au XIXe siècle, existait sur le territoire de la commune le prieuré de Rouville et la chapelle Saint-Évrou, le tout datant du XIIIe siècle. Le prieuré et la chapelle sont abandonnés à l'état de ruines dès le XVIIIe siècle  (tourisme-dozuleen.fr)

"Le prieuré de Rouville était situé sur le territoire de la paroisse de Périers, près d'un ruisseau qui va porter le tribut de ses eaux à la rivière de Dive. Il n'en reste guères que des monceaux de décombres. Cependant les lambeaux des murs que l'on voit encore debout ont de l'intérêt...
De la chapelle, dont le dessin de 1848 nous montre encore les deux belles lancettes du sanctuaire avec un fragment d'arcalure cintrée, il ne reste plus au-dessus de terre qu'une partie du mur occidental, avec un contrefort..." (A de Caumont 4-104)

 

 

Liens :

 

Copadoz.fr - Periers-en-Auge