Varaville

 

 

Bataille de Normandie

Varaville, trois fois libérée... (ot-varaville.fr)

Un article très documenté sur le site de la commune :
"Les habitants du Hôme ont reçu l'ordre d'évacuer pour le 3 mars 1944. Ceux du Bourg n'ont pas reçu d'ordre mais, libérés par les Alliés le 6 juin, réoccupés par les Allemands le 7, ils ont dû fuir sous les bombardements de la marine alliée. Une vingtaine de familles ont cru pouvoir attendre les libérateurs dans des fermes isolées du marais. Injonction leur est faite de quitter les lieux le 13 juillet. Il n'y avait donc plus âme qui vive sur tout le territoire de la commune quand la Brigade Piron a libéré des ruines le 23 août, deux jours avant la Libération de Paris..." (suite sur varaville.fr)

 

Eglise Saint-Germain

Reconstruction

"L'église a entièrement été abattue avec le bourg en été 1944 : le Hôme évacué le 3 mars 1944, le bourg, à 3.5 km dans les marais, est libéré le 6 juin par les alliés, réoccupé le 7 et évacué. les familles isolées dans les fermes du marais ont du évacuer le 13. C'est donc le 23 août que la Brigade Piron libère une commune en ruines et déserte, 2 jours avant la libération de Paris. Au centre du bourg, la Mairie-Ecole est intacte parmi les ruines..." (lafrancedesclochers.clicforum.com)

Rue de la Libération : 49°15'14.8"N 0°09'30.3"W

Varaville : Eglise Saint-Germain

 

Manoir dit Cour de la Maison

XVIe siècle. MH. Sur Base Mérimée

Dans le marais : 49°15'49.4"N 0°09'54.5"W

Varaville : Manoir dit Cour de la Maison


Sur Wikimedia.org par Roi.dagobert

 

Haras de Varaville

XXe siècle. MH. Sur Base Mérimée
"Cette demeure, de style très contemporain, fut construite en 1966 par l'architecte américain Peter Harnden, à l'emplacement de l'ancien château de Varaville. Il s'agit d'une construction à large toit débordant et formée de trois sous-ensembles. Très inspirée du modèle des grandes villas californiennes, elle est conçue pour s'intégrer totalement au contexte environnemental. Un jardin contemporain, oeuvre du paysagiste Russel Page, entoure la maison. Des massifs de vivaces, deux grandes chambres de verdure ainsi qu'une grande pelouse centrale inscrivent le logis dans un écrin verdoyant."

"Château. — Le château de Varaville appartient à M. de Cauvigny ; les toits très-élevés des deux pavillons de ce château annoncent le XVIe. siècle, ou au moins le commencement du XVIIe." (A de Caumont 2-15)

Sur D513 : 49°15'06.4"N 0°10'06.3"W

Haras de Varaville

Haras de Varaville

 

Marais de la Dives - Marais de Varaville

"- Vingt kilomètres de chemins dans les marais de la Dives à travers les prairies mènent à la rencontre de chevaux et vaches mais aussi hérons et cigognes.
- Le marais de Varaville est une zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique"

 

Motte féodale

Signalée à l'époque d'Arcisse de Caumont (vers 1850)

"A peu de distance de l'église, à l'Ouest, sur le bord de la route qui mène à Caen, est une motte de château dont les fossés, ainsi que l'esplanade en terres rapportées, sont encore visibles." (A de Caumont 2-11)

 

Faits historiques

Evoqué par Arcisse de Caumont (vers 1850)

"Faits historiques.— Varaville, en raison de sa proximité de l'embouchure de la Dive, fut exposé, au IXe. siècle, aux incursions des Normands. Après l'établissement fixe de ceux-ci, Harald, chef Danois, y fit une descente et s'y établit momentanément avec son armée au Xe. siècle ; on trouve dans Wace un long récit de cet événement" (A de Caumont 2-11)

 

Le-Home-Varaville

"Depuis toujours, une partie du territoire de Varaville s'est appelée le Homme. C'était au Nord du Bourg une avancée vers la mer, une presqu'île (c'est le sens du mot) entre l'estuaire de la Dives et l'estuaire de l'Orne. (ot-varaville.fr)

"Les dunes de monsieur le marquis Depuis toujours, une partie du territoire de Varaville s'est appelée le Homme (avec 2 M). C'était au Nord du Bourg une avancée vers la mer, une presqu'île (c'est le sens du mot) entre l'estuaire de la Dives et l'estuaire de l'Orne. Ce Homme là s'arrêtait à la ferme, au-delà des dunes. Ces dunes couvertes de plantes sauvages étaient le royaume des lapins qui n'en étaient pourtant pas propriétaires. Au XIXème siècle, les propriétaires étaient les marquis de St Pierre, également propriétaires de la ferme et de quelques terres moins sauvages sur Varaville. En 1848, le marquis Aldéric de St Pierre en avait hérité de feu le marquis Théodore, son père..." (suite sur varaville.fr)

 

Chapelle Saint-Joseph

XIXe siècle. En brique et calcaire

"Monsieur Le Clerc, propriétaire à Rouen, ne songe pas seulement à bâtir une maison de vacances ; il souhaite construire un grand hôtel face à la mer. Cela sera fait pour la saison 1879...
Quatre ans après l'ouverture de son grand hôtel, Monsieur Leclerc, qui manifeste beaucoup d'optimisme pour l'avenir du Hôme, fait construire à ses frais sur son domaine la Chapelle St Joseph, en bordure de route..." (ot-varaville.fr)

"Après la destruction entière de la commune et du Hôme en 1944, la chapelle est réparée dès 1945" (lafrancedesclochers.clicforum.com)

Avenue du Président Coty : 49°17'05.2"N 0°09'21.2"W

Le-Home-Varaville : Chapelle Saint-Joseph

Le-Home-Varaville : Chapelle Saint-Joseph - Le-Home-Varaville : Chapelle Saint-Joseph
2019-12-14

Le-Home-Varaville : Chapelle Saint-Joseph
2017-06-23

 

Gare du Home-Varaville

Sur une ancienne voie de chemin de fer à écartement réduit (600 mm, voir wikipedia), de marque Decauville (voir wikpedia) exploitée jusqu'en 1924.
Il semble que la gare ait été déplacée :
"... Petit à petit, le Hôme s'étoffe et s'équipe pour vivre toute l'année et non plus les deux mois d'été uniquement. Certes, il a perdu vers 1924 le petit train à voie étroite qui permettait d'aller à Dives-Caen ou Ouistreham. Il a quand même conservé sa petite gare aujourd'hui transférée plus loin et devenue bureaux de l'Office de Tourisme et de La Poste." (suite sur varaville.fr)

Ouest-france.fr - Cabourg. À la recherche du train d’été de Marcel Proust
"Toute une histoire. Dans A la recherche du temps perdu, les personnages de Marcel Proust prennent souvent le train. Autour de Cabourg, des traces de ces lignes, pourtant imaginées par l’auteur, subsistent...
À l’époque ce train passait par Lisieux et Mézidon pour arriver en gare de Cabourg », explique Jean-Paul Henriet, ancien maire de Cabourg et président du cercle littéraire proustien de Cabourg-Balbec...
De Cabourg à Merville-Franceville, on peut voir des traces de cette ligne empruntée notamment par Albertine ou par le narrateur dans le roman. « On se demande parfois pourquoi la route est si large. C’est parce que le petit train y passait. »...
La trace la plus parlante est au Home-Varaville. « L’agence postale et l’office de tourisme sont installés dans l’ancienne gare du Decauville, la seule restée dans son jus. » Devant cette petite halte à colombages, on peut imaginer faire partie du voyage des héros et héroïnes de Proust à travers la Côte Fleurie..."

"Au départ de Dives la ligne desservait :
Cabourg (+ 1 km), Le Home-Varaville (+ 4 km), Le Home-Sainte-Marie (+ 5 km), Franceville-plage (+ 6 km), Merville (+ 7 km), Sallenelles (+ 10 km), Amfreville-l'Écarde (+ 12 km), Ranville (+ 14 km), Pont de Bénouville (Canal de Caen à la mer), Bénouville (+ 15 km), Blainville (+ 18 km), Hérouvilles-Colombelles (+ 21 km), Calix (+ 23 km), Caen-Saint-Pierre (+ 24 km) et Caen-État (+ 25 km)." (voir sur cheminots.net)

Sur D154. Direction Merville-Franceville : 49°17'04.4"N 0°09'40.0"W


Sur J.Y. Merienne

Varaville : Gare du Home Varaville

Varaville : Gare du Home Varaville

 

 

Liens :

 

Communes.com - Cartes postales de Varaville (Calvados)

Site officiel :
http://www.varaville.fr/