Brucourt

 

 

"Brucourt, établi au pied de la cuesta de la Dives, est dominé par la colline de Bassebourg (Basbourg), un des lieux les plus élevés du plateau formant le pays d'Auge (altitude 129 mètres)..." (wikipedia)

"Brucourt apparaît dans l'histoire alors que Henri Ier exécute une retraite après sa reconquête ratée de la Normandie en 1060. C'est du haut de la butte de Basbourg (Bassebourg) que le roi de France assiste impuissant à la mise en pièces de son armée au gué de Varaville par les troupes normandes de Guillaume le Bastard. Le fait est restitué un siècle plus tard par Wace dans son Roman de Rou" (wikipedia)

"On retrouve plusieurs lieux-dits et écarts à Brucourt : le Château (ancien lieu d'un château seigneurial du XVIIe siècle et d'une chapelle Saint-Hermès datant de 1632...
L'église et le monastère de l'Annonciade sont érigés sur la colline Saint-Laurent." (wikipedia)

 

Eglise Saint-Vigor

XIIIe et XVIIIe siècles.

"L'église de Brucourt s'élève sur la pente de l'un des coteaux boisés et riches de végétation qui servent de base à la côte de Basbourg ou Bassebourg, un des points les plus élevés de ceux qui circonscrivent la vallée d'Auge.
Elle n'offre que bien peu d'intérêt. Il faut remarquer, cependant, qu'elle est tournée à contre-orient, par suite d'une mutation opérée, il y a, dit-on, une cinquantaine d'années, et qui consista à transporter le choeur dans la nef, et à bâtir un nouveau portail à la place du chevet.
L'ancien portail, transformé en chevet, est entièrement construit en pierre de taille ; son pignon était flanqué de quatre contreforts enlevés maintenant, mais dont les fondations sont encore visibles à rase terre, et les lignes verticales parfaitement reconnaissables.
Au centre, était percée une porte à arc surbaissé orné de moulures prismatiques du XVIe. siècle. Elle était surmontée d'une fenêtre ogivale, à compartiments flamboyants.
Le mur du nord, qui est à présent celui de l'épître, présente une seule ligne pour le choeur et la nef ; au midi, au contraire, le choeur forme une légère retraite sur la nef; ou plutôt, d'après la disposition moderne, c'est la nef qui forme retraite sur le choeur.
Les murs de la nef ancienne (le choeur actuel) sont soigneusement recrépis, de manière à offrir un aspect tout moderne ; ils sont pourtant flanqués, au nord, de quatre gros contreforts saillants du XVIe. siècle. Trois contreforts identiques garnissent le mur du midi...
Les murs du choeur, transformé maintenant en nef, sont en partie en blocage, en partie en pierre de taille, et soutenus par trois contreforts qui m'ont paru dater du XIIIe. siècle. Une seule grande fenêtre carrée et moderne est percée dans la première travée, au nord et au midi.
Le portail (l'ancien chevet du choeur) se compose d'un ordre pseudo-dorique ; la porte est carrée ; le clocher, qui le surmonte, de forme hexagonale avec calotte semi-sphérique surmontée d'un petit clocheton ; chaque face est percée d'une petite lucarne ronde." (A de Caumont 4-106)

L'église est au sommet de la colline.
Accessible par une route à sens unique : Chemin des sources sur D49 : 49°14'52.1"N 0°05'50.2"W

Brucourt : Eglise Saint-Vigor

Brucourt : Eglise Saint-Vigor

Brucourt : Eglise Saint-Vigor

Brucourt : Eglise Saint-Vigor

 

Croix du cimetière :

"La croix du cimetière semble dater du XVIIIe. siècle. Elle se compose d'un fût, sous forme de colonne cylindrique cannelée, à chapiteau dorique ; la croix est grecque, c'est-à-dire que les quatre branches en sont d'égale longueur, composées de feuillages renflés vers le centre et finissant par un petit chapiteau ionique." (A de Caumont 4-108)

 

Monastère de Brucourt

XXe siècle.

Monastère transféré à Grentheville.

"Le monastère de l'Annonciade est situé sur la colline Saint-Laurent. Il occupe un bâtiment construit, entre 1912 et 1920, par un couple de riches collectionneurs, héritier d'une famille industriel du Nord" (wikipedia)

"Le Monastère de Brucourt est l’ancien Monastère de l’Annonciade situé dans un superbe site sur la colline Saint-Laurent à Brucourt...
Le bâtiment fut construit il y a une centaine d’années par un couple de collectionneurs, héritiers d’une famille industrielle du Nord, Louis Serbat (1875-1953), et sa femme, née Madeleine de Vaufreland. En 1951, le couple lègue le manoir aux Bénédictins pour qu’ils puissent y assurer une présence et un accueil apostolique. Ceux-ci n’étant présents que pendant les mois d’été, le manoir est proposé à l’ordre de la Vierge Marie en 1975. Après 40 années passées à Brucourt, les héritières des « chères filles » de Sainte Jeanne de France, fille de Louis XI, qui fonda l’ordre de la Vierge Marie, dit aussi ordre de l’Annonciade à Bourges en 1500, ont souhaité s’installer dans un nouveau monastère à Caen-Grentheville. Le monastère a été entièrement rénové au cours des dernières années par un couple chaleureux et enthousiaste, pour y habiter en famille et recevoir des hôtes" (bienvenueauchateau.com)

Site officiel :
http://monastere-brucourt.com/

Accessible par la route de l'église : 49°14'54.4"N 0°05'55.5"W

 

Château de Brucourt

Château de Brucourt, chapelle Saint-Hermès et moulin à eau
"Si l'on en croit Arcisse de Caumont, célèbre antiquaire normand, au lieu-dit le Château, sur le bord des marais, sur la rive de l'Ancre, existait un splendide château du XVIIe siècle sur l'emplacement probable du castel féodal des premiers seigneurs de Brucourt. Le château avait, dans son entourage, une chapelle dont l'évêque avait le patronage. Cette chapelle, dédiée à saint Hermès, datait de 1632, date probable de la dernière reconstruction du château et de la chapelle. Un peu plus bas sur le cours de l'Ancre, un lieu-dit du Moulin laisse supposer l'existence à cet endroit, au bord de la rivière, d'un moulin à eau. Tous ces emplacements sont désormais occupés par des exploitations agricoles et des bâtiments d'habitation pour Brucourtois ou Horsains." (wikipedia)

"Il existait à Brucourt un splendide château qui devait dater du XVIIe. siècle, et remplaçait vraisemblablement les anciens bâtiments féodaux habités par les premiers seigneurs. Il y avait là une chapelle de St.-Hermès, érigée l'an 1632, et dont l'évèque avait le patronage.
Je ne pourrais énumérer les divers seigneurs qui se sont succédé dans la possession de la terre de Brucourt. Les Rôles de l'Échiquier de Normandie font mention de Robert de Brucourt, Gislebert de Brucourt, Jehan de Brucourt et Richard de Brucourt aux années 1180 et 1195. Auparavant, le sire de Brucourt avait figuré au nombre des conquérants de l'Angleterre, et parmi les compagnons de Robert Courte-Heuse dans son voyage en Terre-Sainte..." (A de Caumont 4-108)

On constate, en effet, que l'endroit est une ferme : 49°14'37.2"N 0°06'17.0"W

 

Source de l'Étoile ou fontaine de Dives

"Cette source est déjà connue en 1637 d'un nommé Musnar qui la décrit comme « possédant des bienfaits thérapeutiques » (wikipedia)

"Eau minérale : Brucourt est renommé pour sa fontaine d'eau minérale ferrugineuse qui sourd à peu de distance de l'église : la route de grande communication de Dives à Dozulé, Beuvron et Cambremer, terminée depuis quelques années, facilite l'accès de cette localité autrefois très difficile ; elle deviendra plus fréquentée si les logements se multiplient." (A de Caumont 4-109)

Emplacement inconnu.


Sur fontainesdefrance.info

 

Bassbourg :

"La côte de Basbourg est un des points les plus élevés du bassin de la Dive ; aussi de son sommet jouit-on d'une vue très étendue. Elle a, en outre, un intérêt historique. Peut-être a-t-elle tiré son nom de Toutain de Bastembourg, qui était fils d'Anslech, régent du duché de Normandie, avec Bernard-le-Danois, pendant la minorité du jeune Richard.
Les Pouillés mentionnent un prieuré à Basbourg.
C'est du haut de la butte de Basbourg, que le Roi de France, qui avait envahi la Normandie en 1060, vit son armée taillée en pièces au gué de Varaville "
(A de Caumont 4-110)

 

 

Liens :