Feuguerolles-sur-Orne (Feuguerolles-Bully)

 

 

Feuguerolles-sur-Orne et Bully :

En 1973, Feuguerolles-sur-Orne (448 habitants en 1968) fusionne avec Bully (118 habitants) située au sud de son territoire et qui garde le statut de commune associée.
- Voir aussi : Bully

 

Eglise Notre-Dame-de-la-Nativité

XIIe siècle et ultérieurs

"L'église de Feuguerolles est une des moins intéressantes, une de celles qui présentent le moins de caractère. On remarque seulement sous la corniche de la nef une garniture de dents de scie, et dans le mur méridional une porte cintrée sans ornements, qui pourrait dater de la fin du XIIe. siècle ; mais les murs d'un grès schisteux paraissent avoir été, en grande partie, reconstruits postérieurement. Le mur méridional a été percé de grandes fenêtres carrées ; de petites ouvertures en lancette qui subsistent encore dans le mur septentrional indiquent la forme primitive des fenêtres.
Les pilastres qui supportent l'arcade qui met le choeur en communication avec la nef offrent des chapiteaux romans ; l'arcade est moins ancienne et en ogive. Ce caractère rapproché de la corniche de la nef et de la porte cintrée dont j'ai parlé me porte à croire que l'église remonte à la fin du XIIe. siècle, abstraction faite des nombreuses retouches et réparations qui ont eu lieu. " (A de Caumont 1-102)

Sur D147 : 49°06'58.5"N 0°24'19.4"W

Feuguerolles-Bully - Eglise Notre-Dame-de-la-Nativité

Feuguerolles-Bully - Eglise Notre-Dame-de-la-Nativité

Feuguerolles-Bully - Eglise Notre-Dame-de-la-Nativité

Feuguerolles-Bully - Eglise Notre-Dame-de-la-Nativité

 

Château du Val des Roquers

Le château du XVIIe siècle a été détruit en 1944.

"Très peu de renseignements historiques nous sont parvenus sur le château de Feuguerolles. Dans sa Statistique Monumentale du Calvados (Tome 1 - 1846), Arcisse de Caumont n’accorde qu’une brève description à l’église en ignorant complètement le château du XVIIe siècle qui s’élevait pourtant à quelques dizaines de mètres d’elle. Près de la route, le château se situait en haut du vallon du ruisseau des Cours d’Orne. Son jardin s’étendait à ses pieds en suivant le cours d’eau qui coule vers l’Orne à 800 m au nord-est...
A l’été 1944, lors de la Bataille de Normandie, le château est complètement détruit, dynamité par ses occupants ou bombardé. Les ruines s’ensevelissent sous la végétation qui y croit librement tandis que le site protégé demeure isolé au creux du vallon." (fichier PDF)

L'emplacement du château est encore visible sur les cartes de 1950 :


Sur Valdorne.eklablog.com


Sur Valdorne.eklablog.com

 

Parc du château du Val des Roquers


Site classé

Parc du château du val des Roquers, site classé depuis le 22 avril 1941 (fichier PDF)


Sur geneanet.org

 

Parc du Manoir du Vivier

 

Feuguerolles-Bully : Parc du Manoir du Vivier

Feuguerolles-Bully : Manoir du Vivier

 

Les Cours d'Orne

"... l’Hôtel de Caen, répertorié sous le nom de Monsieur Le Bourguignon du Perré de Lisle, était-il aussi celui appartenant à cette même famille résidant à Feuguerolles au Val des Rocquiers, et longtemps propriétaire également du domaine des Cours d’Orne.
À cette époque (vers 1542), les Cours d’Orne constituaient un hameau (on comptait 200 âmes environ) où habitaient Gilles Gosselin, Laurent d’Orne, Roger le Saunier et autres, puis un nommé Jean Gosselin qui se rendit propriétaire de toutes les maisons et parcelles de terre. Le tout fut reconstitué en un seul tenant de huit hectares. Ces terres buttaient sur celles de l’Abbaye de Fontenay donnant ainsi de l’importance à la propriété. Il sut, au cours d’une longue existence, l’augmenter considérablement...
Le 23 Novembre 1495, Noble Homme, Maître Guillaume Gosselin, Écuyer, Sieur de Coullombelles baillait, par échange, à Maître Robert Guinet, Bourgeois de Caen, le Manoir des Cours d’Orne et toutes les terres qu’il possédait à Feuguerolles, contre des biens sis à Tilly/Seulles et aux environs...
En ces années 1400-1500, l’Abbaye Saint-­André-de-Fontenay était importante et très influente sur la région, les religieux avaient installé un bac (barge tenant lieu de passage entre les deux rives de l’Orne) car il n’y avait pas de pont pour franchir la rivière. Ils perce­vaient un droit de passage dont les habitants des paroisses de Feuguerolles, Bully, Maltot, Vieux, Saint-André, Saint-Marin et Étavaux étaient exemptés (ils avaient le droit de passer, à pied, à cheval, en charrette à che­vaux, charrue, sans payer aucune charge audit bac). C’est au 12e siècle que les Abbés de Fontenay avaient obtenu du Roy la per­mission d’établir un passage sur la rivière d’Orne pour l’exploitation des biens de l’Abbaye situés sur la paroisse de Feuguerolles."
(feuguerolles-bully.fr)

Par D89, en descendant vers Saint-André-sur-Orne : 49°07'14.1"N 0°23'42.0"W

 

Croix romane

Croix romane dite « Croix Vignoble » (XIIe, MH, wikipedia) sur la route de Feuguerolles à Saint-André

Sur D89, en descendant vers Saint-André-sur-Orne : 49°07'04.5"N 0°23'35.5"W

Feuguerolles-Bully - Croix romane - Feuguerolles-Bully - Croix romane

 

 

Liens :

 

http://www.feuguerolles-bully.fr/histoire-de-la-commune/