Heuland

 

 

Heuland, ecclesia de Houlanto, Hoilant, Heullant.

Eglise Notre-Dame

En partie du XIIe siècle.

"L'église de Heuland est petite et fort ancienne ; la paroisse est réunie à Branville.
Le portail, qui donne sur un chemin creux, se trouve, par cette raison, singulièrement déchaussé, et l'on voit à découvert une partie des fondations. Les murs étant totalement recrépis, on ne peut distinguer l'appareil. Deux contreforts plats et larges, peu élevés, flanquent les extrémités. La porte est cintrée, à claveaux extradossés, sans aucune moulure, et accompagnée de deux colonnettes cylindriques dont les chapiteaux ont un grand rapport avec la feuille d'acanthe. Le tailloir est fort épais.
Le tympan de cette porte a dû être plein dans l'origine : il est maintenant vitré de grands carreaux maintenus par un châssis en bois.
Le gable était percé d'un oculus maintenant bouché.
Le mur latéral du nord, construit en blocage, soigneusement recrépi, est soutenu par trois contreforts ; les deux premiers (vers l'ouest) plats, fort larges, probablement antérieurs au XIIe. siècle, comme le portail. Le dernier a été refait en briques ; il est saillant, avec chaperon, et pourrait dater du XVIe. siècle. Tout près de lui existe une petite fenêtre cintrée, étroite comme une meurtrière. C'est la seule ouverture qui ait jamais été pratiquée de ce côté de la nef.
Au midi, le jour est distribué avec moins de parcimonie. Le mur est, on peut dire, effondré par deux larges trous carrés auxquels il est difficile de donner le nom de fenêtres. Ces murs doivent remonter au-delà du XIIe. siècle, quoiqu'on n'en puisse pas voir l'appareil à cause du crépi; ils sont flanqués de trois contreforts plats évidemment romans : le plus rapproché du portail est d'une largeur beaucoup plus grande que les autres.
Le clocher n'est point placé sur le pignon de l'ouest ; c'est sur le gable de l'est de la nef, ainsi que dans les églises les plus anciennes, qu'on a élevé un massif de maçonnerie à peu près carré, terminé en double larmier et percé de deux baies carrées, dont l'une a conservé sa cloche ancienne, nommée par un membre de la famille d'Angerville qui possédait le patronage avant la Révolution. A une époque plus moderne, on a jugé à propos d'adosser, vers l'ouest, à ce campanille une sorte de cage en charpente, recouverte d'ardoise, qui sert de clocher.
Le choeur est en retraite sur la nef. Du côté du nord, les murs en blocage, recrépis, sont soutenus par deux contreforts plats. Une seule ouverture est pratiquée dans la travée qui sert de sanctuaire; elle est romane, mais deux fois aussi large que l'unique meurtrière qui éclaire la nef de ce même côté.
Le côté sud présente un parallélisme et une identité remarquables avec celui du nord, sauf pour les ouvertures destinées à donner la lumière. Celle delà travée la plus orientale est une baie carrée qui peut remonter au XVIe. siècle ; elle se trouvait primitivement divisée par un meneau de pierre..."
(A de Caumont 4-87)

Sur D276 (49°16'07.8"N 0°00'08.8"E)

Heuland : Eglise Notre-Dame

Heuland : Eglise Notre-Dame

Heuland : Eglise Notre-Dame

Heuland : Eglise Notre-Dame

Heuland : Eglise Notre-Dame

Heuland : Eglise Notre-Dame

 

Croix du cimetière d'Heuland

MH, wikipedia


Sur Wikimedia.org par Roi.dagobert

 

Croix d'Heuland

Croix de chemin ou Croix Rollon
Ne pas confondre avec la Croix de Rollon, très proche, sur la commune de Branville

XVIe siècle. MH, wikipedia

"La croix d'Heuland.— Sur la route de Dives à Lisieux, on trouve une autre croix qui est regardée dans le pays comme extrêmement ancienne, mais qui ne peut guère, d'après son style, remonter au-delà de la 2e. moitié du XVIe. siècle." (A de Caumont 4-91)

au carrefour dit de la Croix-d'Heuland, sur D27 (49°16'43.2"N 0°00'12.2"W)

Croix d'Heuland

 

Anciens fiefs.— Deux maisons anciennes existaient à Heuland quand j'y suis allé : l'une d'elles, le manoir de Gémare, avait une petite chapelle. Elle était entourée d'eau." (A de Caumont 4-91)

 

 

Liens :