Tour-en-Bessin

 

 

Eglise Saint-Pierre

XIIe, XIXe siècles. MH, wikipedia. Sur Base Mérimée

"A la fin du XIe siècle, l'église Saint-Pierre fut donnée en dotation par Odon de Conteville, évêque de Bayeux et frère de Guillaume le Conquérant, au monastère de Saint-Vigor-le-Grand lors de sa fondation. Tour-en-Bessin fut siège de doyenné, ce qui justifie le grand volume de l'église." (wikipedia)

"L'église de Tour est une des plus importantes de nos paroisses rurales par son élévation, son étendue et les décorations du choeur. On se demande quelle cause a pu déterminer à construire un édifice aussi splendide dans une paroisse dont la population est inférieure à celle de beaucoup d'autres.
Privé de documents qui puissent expliquer ce fait assez extraordinaire, l'observateur cherche, dans la disposition même de l'édifice, l'explication de ce mystère. Or, nous avons été frappés il y a longtemps, M. Bouet et moi, de la disposition du sanctuaire : la partie centrale A, entre les deux absidioles B B, est disposée pour recevoir une exposition de reliques et rappelle même la tribune qui existait dans le sanctuaire de la Ste.-Chapelle de Paris; nous nous sommes donc demandé si quelque relique célèbre n'avait pas déterminé à construire le choeur de l'église que nous allons décrire, avec la recherche qui le distingue. En attendant que des documents se découvrent, nous pensons que cette supposition ne doit pas être rejetée.
Le plan général de l'église, levé avec soin par M. Bouet, montre par la différence observée dans les teintes que l'édifice appartient à trois styles : ainsi la nef est romane, sauf les murs modernes élevés pour remplir les arcades qui communiquaient avec les bas-côtes qui n'existent plus; les chapelles du transept sont également romanes. Le choeur, dont je viens de présenter un plan séparé, paraît du XVe. siècle ou de la fin du XIVe .
La tour construite au milieu du transept appartient à la première époque de la période ogivale, c'est-à-dire à la première moitié du XIIIe. siècle ou aux dernières années du XIIe. Je l'ai figurée dans le Ier. volume de la Société des Antiquaires de Normandie (année 1824) et citée plus tard dans mon Cours d'antiquités.
Elle n'a pas encore l'élégance de nos tours de la belle époque du XIIIe. siècle; mais elle en montre déjà l'ordonnance. Ainsi, deux longues lancettes forment, sur chaque côté du carré, les ouïes ou fenêtres de la tour; une colon - nette engagée garnit chacun des angles ; la corniche est encore portée sur des modiilons ; enfin îa pyramide octogone, en pierre, offre sur chaque face une lucarne en saillie, et à chaque angle un clocheton à huit pans et à huit ouvertures étroites au-dessous du toit conique, à peu près comme les tours de la cathédrale de Bayeux
La porte occidentale de la nef est une des plus richement ornées que nous offre l'architecture romane du département...
Deux fenêtres cintrées surmontent le portail.
La nef n'est pas voûtée ; elle se compose de quatre travées : les remplissages des arcades des bas-côtés supprimés ont été percés chacun d'un oculus d'un effet désagréable. La corniche est moderne. Le transept est voûté; on y a fait des autels romans imités de celui qui existe à St.-Germer, près Gournay. Le rétable de ces autels présente une niche entre deux arcatures : la statue de la Sainte-Vierge occupe le rétable de l'autel du Nord ; celle de saint Jean le rétable de l'autel du Sud.
Le choeur est plus élevé que la nef. Deux grandes fenêtres l'éclairent du côté du Sud et du côté du Nord ; une de ces dernières a été bouchée...
Il me reste à signaler une très-jolie porte par laquelle on entrait dans le choeur, du côté du Sud ; elle est couronnée d'un fronton triangulaire garni de crochets, accosté de deux pinacles : cette porte correspond, suivant l'usage, à la première travée du choeur et se trouve ainsi très-rapprochée du transept."
(A de Caumont 3-638)

Sur D100 (vers le nord) : 49°17'53.2"N 0°46'35.4"W

Tour-en-Bessin : Eglise Saint-Pierre

Tour-en-Bessin : Eglise Saint-Pierre

Tour-en-Bessin : Eglise Saint-Pierre

Tour-en-Bessin : Eglise Saint-Pierre

 

Château de Tour-en-Bessin

2ème quart du XVIIIe siècle. MH. Sur Base Mérimée
Propriété privée, il n'est pas ouvert aux visiteurs.

"Le château, qui se trouve à l'Ouest de l'église, a été construit au siècle dernier; il est précédé d'une avenue qui se prolonge jusqu'à la route de Cherbourg. M. le lieutenant- général comte d'Albignac l'a possédé pendant longtemps. Il a été vendu d'abord à M. Cottun. Il appartient à présent à M. Gosset, qui a fait exécuter divers travaux dans le parc et les jardins." (A de Caumont 3-645)

Sur D613 : 49°17'58.0"N 0°46'50.6"W

Château de Tour-en-Bessin

Château de Tour-en-Bessin

 

Château-de-Vaulaville

Début XVIIIe siècle. MH. Sur Base Mérimée
"Ouvert aux visiteurs et présente un intérieur avec boiseries, des collections de meubles du XVIIIe siècle, de porcelaine de Bayeux et de jouets anciens. Le musée est authentique." (wikipedia)

"Le château de Vaulaville, qui se trouve aussi sur le territoire de Tour, date également du siècle dernier. Il appartient à M. Achard de Vacognes, membre de l'Association normande." (A de Caumont 3-645)

Sur D100, après l'église : 49°18'38.6"N 0°46'17.6"W

Tour-en-Bessin : château de Vaulaville

Tour-en-Bessin : château de Vaulaville

Tour-en-Bessin : château de Vaulaville

 

Colombier de la Motte

Pigeonnier ou colombier :

Colombier (wikipedia)
"Un colombier était à l'époque féodale un édifice destiné à loger et à élever des pigeons.
Le colombier, lointain héritier du colombarium romain, est nommé plus souvent pigeonnier depuis le XVIIIe siècle mais le terme de colombier peut dans une acception plus étroite désigner un pigeonnier en forme de tour, généralement indépendant des autres bâtiments.

Voir aussi : pigeonniers-de-france.chez-alice.fr

Sur D100, près du château de Vaulaville : 49°18'26.7"N 0°46'17.6"W


Sur Google Street View

 

Ferme de la Roque

Entre l'église et le château de Vaulaville : 49°18'17.7"N 0°46'26.1"W


Sur Google Street View


Sur Panoramio.com par Gilles Raimbault

 

 

Liens :