Rots

 

 

"Au IXème siècle, la villa de Rots devient le fief Saint Ouen et le nom de Rausus apparaît pour la première fois dans les propriétés de l'abbaye Saint-Ouen de Rouen. (rots.fr)

 

Eglise Saint-Ouen

XIIIe siècle. MH, wikipedia

Description d'Arcisse de Caumont vers 1850 (à relativiser, le clocher a été détruit en 1944)

"Si l'on considère l'importance relative de nos églises ruraies, celle de Rost devra être citée honorablement, car elle est vaste, quoique sans bas-côtés : elle offre pour l'étude des détails intéressants, et l'assemblage de quatre styles différents sans parler des reprises modernes.
Cette église a la forme d'une croix terminée par un chevet droit, et sur les transepts qui ont une grande longueur est établie la tour, ouverte à l'intérieur et recevant le jour de plusieurs fenêtres comme celles de Norrey et de Putot.
Si nous voulions en termes généraux indiquer l'âge de ces diverses parties, nous dirions :
Que la nef date du XIIe. siècle, sauf les reprises faites dans la partie supérieure des murs et les fenêtres ouvertes au XIIIe. ;
époque, mais que leurs voûtes et la partie de la tour qui s'élève au-dessus des voûtes du choeur et forme le dôme intérieur est du XIVe. siècle;
Enfin que le dernier étage de la tour, surmonté d'une balustrade en pierre, la grande fenêtre a compartiments flamboyants et bouchée du chevet, les deux fenêtres à compartiments prismatiques de la petite chapelle appliquée sur le mur oriental du transept nord, et les contreforts appliqués sur les angles du même transept annoncent évidemment le XVe. siècle.
Si maintenant on examine séparément chacune de ces parties, on remarquera particulièrement, à l'extérieur, les élégantes arcatures romanes qui décorent le mur méridional ; elles sont au nombre de 3 entre chaque contrefort ; l'intervalle où elles n'existent point était probablement occupé par une porte qui a été supprimée et que l'on retrouve à l'intérieur : toutes ces arcatures ont leurs archivoltes garnies de têtes plates délicatement sculptées.
La façade occidentale avait une porte cintrée romane entre deux arcatures, dans le style de celles que je viens de citer ; lesarcatures existent toujours, mais la porte a été reconstruite en 1755. La rose qui surmonte la porte et les deux clochetons qui accompagnent le fronton doivent dater du commencement du XIIIe. siècle; les clochetons pourraient pourtant être du XIIe..." (A de Caumont 1-277)

Sur D170, direction Rosel (49°12'42.8"N 0°28'26.6"W)

Rots : Eglise Saint-Ouen

Rots : Eglise Saint-Ouen

Rots : Eglise Saint-Ouen - Rots : Eglise Saint-Ouen

Rots : Eglise Saint-Ouen

L'église de Rots en 1944 :


Sur J.Y. Merienne

 

Manoir de Saint-Ouen

XVe siècle, MH. Sur Base Mérimée

"La construction de la grange dîmière se situe à la fin du XIIIème siècle. Elle fait partie d’un ensemble composé également de l’ancien manoir Saint-Ouen. Dotée de quatre travées et d’un porche aujourd’hui disparu, la grange constituait la partie la plus importante des bâtiments contigus à l’église et au cimetière. La quasi-totalité de ces bâtiments, y compris les plus récents du XVIIème siècle, est entièrement ruinée par les ans et les guerres notamment par la révolution. Le manoir, désaffecté, a servi de bâtiment agricole jusqu’aux bombardements de 1944. Il était enclos par une forte muraille qui existe encore partiellement." (rots.fr)

Arcisse de Caumont parle d'un prieuré :

"On voit tout près de l'église, à l'est, les bâtiments du prieuré : je les crois du XIVe, siècle ou du XIIIe ." (A de Caumont 1-280)

Derrière l'église, Grange aux Dîme, selon monumentum.fr :


Sur Google Street View

 

Château de Rots

XIXe siècle.

http://www.chateau-de-rots.com/

"Sophronyme Beaujour, président de la chambre des notaires, fait construire ce château entre 1854 et 1860, à côté de l’ancien manoir Louis XV édifié vers 1720 et aujourd’hui totalement disparu." (rots.fr)

"La Grande Dimière
Les moines de l’abbatiale Saint-Etienne de Caen ont vécu sur le domaine de Courcelles, dans des cellules aménagées à l’intérieur de petites maisons mitoyennes de deux pièces. De cette époque, subsistent la boulangerie du monastère, sans le four, et la grange dîmière du début du XVIème siècle. L’accès se fait par un pavillon colombier qui date peut-être des années 1553-1568 ou, selon certains, du début du XVIIème siècle. Il contient un petit escalier et de nombreux boulins. Cette grange se situe au Château de Rots." (rots.fr)

"On remarque dans la voûte du transept nord (de l'église) les armes de la famille de Touchet (3 mains) qui possédait autrefois un château à Rots (1)
(1) Ce château, avec un parc entouré de murs qui horde la grande route de Caen à Bayeux, est aujourd'hui la propriété de M. Paysant-Descoutures. "
(A de Caumont 1-280)

Sur la route de Bayeux. Au fond d'un grand parc (49°12'19.5"N 0°28'57.7"W)

 

Logis de Billy

XVIIIe siècle

"Parce qu’il possédait la terre de Billy, un paysan de Rots fut dénommé « de Billy » vers 1550, nom qui se perpétua. En 1760, l’un de ses descendants fait élever, face à la ferme de Billy, une élégante demeure toujours intacte appelée Logis de Billy. Un membre de la famille du Touchet de Courcelles l’achètera à un sieur de Billy, puis un autre descendant de cette famille du Touchet la vend en 1772 à Léonor Charles Radulph de Tessy. Depuis, près d’une quinzaine de propriétaires se sont succédé, dont entre 1920 et 1929, l’évêché de Bayeux. La propriété vient d’être restaurée par le comte et la comtesse Guy de Leusse. Malheureusement la chapelle n’existe plus de nos jours." (rots.fr)

26 rue de l'église (49°12'46.5"N 0°28'18.3"W)


Sur Google Street View


Sur J.Y. Merienne

 

Chapelle de l'Ortial

XIIIe siècle, MH, wikipedia

"Citée en 1291 sous le nom de l'Ortiei, on rattache habituellement ce nom au thème urticetum, lieu où poussent les orties.
Ce n'est qu'au XIXème que le nom Ortial sera définitivement fixé.
En 1388 la chapelle (située sur le fief saint Simeon) est rattachée à l'Abbaye de Saint-Etienne jusquà la Révolution Française. La Chapelle deviendra dès lors privée.
C'est en 1947, qu'elle rentre dans le domaine de La Ferme de Billy" (fermedebilly.fr)

"A 1 kilomètre au nord de l'église, dans un lieu bas et marécageux, près du ruisseau qui traverse la commune de Rots, est la chapelle de l'OrtiaL
Le patronage appartenait à l'abbé de St.-Etienne de Caen.
L'architecture de ce petit monument annonce le XIIIe. siècle ou le commencement du XIVe. " (A de Caumont 1-280)

Avant l'église, à droite : chemin de la Cavée (vers le stade) puis à droite : chemin de la Chapelle (49°12'54.8"N 0°28'25.1"W) Invisible


Sur Monumentum.fr de hamon jp

 

Lavoir du Vivier

"Le cours de la Mue, qui prend naissance à Cheux à « la fontaine des Romains », alimente quatre fontaines et lavoirs à Rots : la fontaine bénie ou Benest, qui fut bénite par Saint Germain au VIème siècle, la fontaine Saint-Ouen, qui porte le nom du saint qui a créé au VIIème siècle un pèlerinage à Rots, la fontaine de Courcelles, utilisée pour le rouissage du chanvre et du lin, et le lavoir du Vivier." (rots.fr)

Sentier du Vivier (49°12'31.6"N 0°28'51.0"W)

Rots : Lavoir

 

Maison à la Tête de Bœuf

"Le patrimoine architectural de Rots, constitué aussi bien de nobles demeures que de corps de ferme typiques du pays de la plaine de Caen, est très diversifié. La plus pittoresque des demeures du village est la maison dite de « la tête de bœuf » : son fronton central est décoré d’une tête de bœuf grandeur nature sculptée dans la pierre. La maison a longtemps été une auberge et un relais de diligence. La tradition rapporte que Louis XVI y aurait fait halte le 22 juin 1786 lors de son voyage à Cherbourg. Le bâtiment actuel abrite aujourd’hui une ferme." (rots.fr)

18-20, Route de Bayeux, direction Bretteville-l'Orgueilleuse (49°12'04.9"N 0°28'55.2"W)


Sur Google Street View


Par Roi Dagobert

 

 

Liens :