Luc-sur-Mer

 

 

Développement au XIXe siècle :

Vers 1850, Arcisse de Caumont écrivait :

"Une bourgade assez considérable s'est formée sur le bord du rivage. Chaque année on y vient d'assez loin prendre des bains de mer, et la population tend à s'y accroître." (A de Caumont 1-388)

"En 1839, Luc-sur-Mer cède le hameau de la Délivrande à la commune de Douvres (qui prendra en 1961 le nom de Douvres-la-Délivrande)
Le village, à dominante agricole, se développe dans les terres à l'écart du littoral (actuel vieux Luc), à l'exception du hameau du Petit Enfer. À partir des années 1840, la mode des bains de mer se développe, ce qui fait de Luc la doyenne des stations balnéaires de la Côte de Nacre" (wikipedia)

 

Débarquement 1944 :

"Situé en "zone interdite" pendant la dernière guerre, Luc est choisie par les britanniques pour une opération de commando conduite le 28 septembre 1941 par le lieutenant Gordon Hemming : deux soldats du commando tombèrent alors sur notre plage. Lors du débarquement de juin 1944, la ville subit quelques dommages du fait des bombardements navals, mais les "rochers de Luc" plus que les nombreuses défenses antichars de la plage, conduisent les forces anglo-canadiennes à débarquer plus à l'est (Riva-Bella) et plus à l'ouest (Langrune - Saint-Aubin)." (luc-sur-mer.fr)

 

Eglise Saint-Quentin

XIXe à l'exception de son clocher disjoint hérité de l'ancienne église et qui date du XIIe aux MH, wikipedia

Vers 1850, Arcisse de Caumont évoque la nef qui n'existe plus :

"L'église de Luc se compose d'une nef romane du XIIe. siècle, dans les murs de laquelle on a refait des fenêtres modernes, la façade occidentale avait une porte romane qui a été masquée par un porche dorique en pierre. Elle est surmontée de trois fenêtres cintrées avec archivoltes garnies de têtes plates.

"La tour latérale au sud ornée de longues arcades dans lesquelles on remarque des têtes plates, paraît du même temps que la nef, mais il faut faire abstraction des dernières assises formant le parapet de la plate-forme de cette tour tronquée. Ce couronnement est probablement du XVIe. siècle."
(A de Caumont 1-388)

En direction de Douvres-la-Délivrande : 49°18'29.5"N 0°21'25.7"W

Luc-sur-Mer : Eglise Saint-Quentin

Luc-sur-Mer : Eglise Saint-Quentin

Luc-sur-Mer : Eglise Saint-Quentin

 

Croix du cimetière

1662. MH, wikipedia


Sur Monumentum.fr

 

Château de Luc

Evoqué nulle part. Pourtant, une grande enceinte de murs existe dans le centre. Et un grand bâtiment à l'intérieur de cette enceinte.

Entrée rue du Point du Jour. Batiment : 49°18'40.2"N 0°21'15.4"W


Sur Google Street View

 

Château de Luc-sur-Mer :

Rien à voir avec l'ancien château


Sur collection-jfm.fr

 

Bord de mer

Avenue Lécuyer : 49°19'17.4"N 0°21'32.6"W

 

Voir aussi :

- Les falaises de Luc-sur-Mer, site classé en 1976.
- Menhir de la Pierre de Luc, propriété de la Société préhistorique française.
- La jetée fut montée en 1971 venant de Ouistreham dans le prolongement du lieu appelé « Brèche Marais ».
- Un squelette de baleine, échouée sur la plage en limite de Luc-sur-Mer et Langrune-sur-Mer en janvier 1885, est exposé dans le parc municipal au musée de la « Maison de la Baleine ».
- L'ancienne gare de la ligne Caen-Courseulles qui sert de brigade de gendarmerie lors de la période estivale et d'école de musique durant la période scolaire.
- Cinéma Le Drakkar de 1931.
- Casino de l'architecte caennais Auvray, inauguré en 1956.

 

 

Liens :

 

http://www.luc-sur-mer.fr/luc_au_fil_du_temps.html