Cuverville

 

 

Débarquement de 1944 :

La commune fut détruite à 86% lors du débarquement allié de 1944, engendrant 16 victimes civiles. Elle fut libérée par les canadiens avec la participation d’un régiment anglais en juillet 1944 (2 sergents anglais tués). (geneslay.fr)

 

Ne pas confondre avec Cuverville en Seine-Maritime (wikipedia)

 

La Grosse Tour

"Dès le début du XVIIIe siècle, les registres paroissiaux mentionnent Cuverville dite « la Grosse Tour », peut-être comme le dit Arcisse de Caumont, à cause de sa tour se terminant en plate-forme" (wikipedia)

"Cuverville est surnommé la Grosse-Tour, probablement à cause de sa tour terminée en plate-forme, qui domine les campagnes voisines."
(A de Caumont 2-37)

Michel Béziers en parlait déjà un siècle avant :
"Cette paroisse est plus connue à présent par le surnom de la Grosse-Tour. Il lui a été donné à cause de l'énorme grosseur de son clocher, qui est une très belle et très haute tour carrée, terminée en plate-forme." (Béziers 3)

Cuverville : Eglise Notre-Dame-des-Sept-Douleurs

 

Eglise Notre-Dame-des-Sept-Douleurs

XIe-XIIIe-XVe-XVIe siècles, MH, wikipedia
La nef est romane. Une des façades de l'édifice, celle du côté nord, présente des meurtrières et des modillons.

"La nef de l'église est romane. Le côté nord offre de petites fenêtres en forme de meurtrières, une porte cintrée bouchée et des modillons à figures grimaçantes.
Une porte cintrée sans moulures s'ouvre à l'ouest ; mais la fenêtre qui la surmonte et le mur du gable ont été refaits et sont modernes. Au sud, le mur latéral de la nef a perdu ses modillons et a été refait en grande partie au XVIIe. siècle. Les fenêtres sont de la même époque.
Le choeur est d'architecture romane ; mais il a été allongé aux dépens de la nef, et cette partie dont les voûtes ne sont que du XVe. ou du XVIe. siècle offre des murs qui peuvent être de la même époque : il est facile de distinguer les limites de l'ancien choeur à sa voûte cintrée et à l'arcade qui le séparait de la nef primitive ; c'est une ogive de transition ornée de zig-zags.
Vers l'extrémité orientale, on remarque deux corniches superposées et divisées l'une de l'autre par quelques pieds de maçonnerie ; il est à peu près certain que cette disposition date de l'époque à laquelle on a allongé le choeur ; alors, on exhaussa le mur supportant la charpente du toit, et l'on ne prit pas la peine de déplacer les modillons de la première corniche, qui sont restés au-dessous de la maçonnerie d'exhaussement. Les modillons de l'entablement supérieur furent probablement pris au mur méridional de la nef qui n'en a plus, et dont la corniche a été remaniée.
Une porte avec archivolte, ornée d'un double zigzag, s'ouvrait dans le mur méridional du choeur ; elle est bouchée depuis longtemps. Le chevet n'a aucune ouverture ; il a été refait presque tout entier à une époque peu ancienne.
Au nord, se trouve accolée au choeur et à l'extrémité de la nef une chapelle du XVe. siècle ou du XVIe, dans laquelle ont été inhumés divers seigneurs de Cuverville.
Une tour latérale du même côté, est terminée en plate-forme.
Cette tour construite en pierres de tailles, d'un bel échantillon, est assez difficile à dater ; je la crois cependant du commencement du XIVe. siècle ou des dernières années du XIIIe. Elle est ornée, sur chaque face, d'une fenêtre étroite entre deux arcatures en forme de lancettes très-allongées. Vraisemblablement, elle n'était pas destinée à recevoir une plate-forme, mais bien une pyramide octogone ; c'est donc une tour inachevée.
"L'église de Cuverville renferme un assez grand nombre de pierres tombales..." (A de Caumont 2-38)

Cuverville : Eglise Notre-Dame-des-Sept-Douleurs

Cuverville : Eglise Notre-Dame-des-Sept-Douleurs

Cuverville : Eglise Notre-Dame-des-Sept-Douleurs - Cuverville : Eglise Notre-Dame-des-Sept-Douleurs

Cuverville : Eglise Notre-Dame-des-Sept-Douleurs

Cuverville : Eglise Notre-Dame-des-Sept-Douleurs

 

Château

Un château était présent. Voir la page de J.Y. Merienne


Sur : J.Y. Merienne

 

 

Liens :

 

Site de la commune :
http://www.geneslay.fr/index.php/la-commune/historique