Croissanville

 

 

Croissanville avant les voitures

Croissanville était un joli village quand les voitures n'avaient pas envahi et saccagé le paysage.

Route de Paris :


Sur J.Y. Merienne

Place de l'église :


Sur J.Y. Merienne

 

Eglise Saint-Aubin

XVe siècle.

"L'église de Croissanville doit appartenir au XVe siècle pour les parties anciennes, ou tout au plus à la fin du XIVe. Le choeur présente une abside à cinq pans : chaque pan est éclairé par une fenêtre à deux baies subtrilobées au sommet et surmontées d'une rose à cinq lobes. Quoique cette disposition se rencontre au XIVe siècle, je ne crois pas l'église antérieure au XVe : la corniche en biseau, l'appareil et quelques autres caractères me paraissent indiquer cette date.
Des reprises considérables ont été faites dans le mur latéral du sud ; de ce côté se trouve la sacristie, dont le millésime (1756), gravé sur le linteau d'une porte, indique la date." (A de Caumont 5-444)

Sur D138 : 49°07'12.1"N 0°06'01.8"W

Croissanville : Eglise Saint-Aubin

Croissanville : Eglise Saint-Aubin

Croissanville : Eglise Saint-Aubin

Croissanville : Eglise Saint-Aubin

 

Lavoir sur le Laizon

Près de l'église

Croissanville : lavoir

 

Château des Etangs

Aussi appelé Manoir des Etangs. (mezidonhistoire.canalblog.com)

"Pour dormir, nous avons trouvé des chambres d'hôtes à proximité (4km) dans un cadre exceptionnel, le Manoir de L'étang à Croissanville qui possède un parc de 7 hectares" (scrapbooking-peinture-art.over-blog.com)

A côté de l'église.

Croissanville : Château des Etangs

Croissanville : Château des Etangs

 

Château de la Chapelle

XVIIIe siècle.

propriété de Bonnamour

"Château. — Le Château de Croissanville existait au nord de la route impériale de Caen à Paris, à l'extrémité d'une avenue qui accédait à la route ; il a été démoli depuis quelques années. Heureusement M. le docteur Pépin en avait fait une esquisse. Comme on le voit, page suivante, l'ensemble de cette construction devait appartenir au XVIIe siècle." (A de Caumont 5-446)

Au haras, en haut de la côte : 49°07'19.8"N 0°05'48.9"W (Invisible)


Sur J.Y. Merienne

Aujourd'hui, c'est un haras. On ne sait pas ce qui reste des anciens bâtiments :

Croissanville : château de la Chapelle

Croissanville : château de la Chapelle

Croissanville : château de la Chapelle

 

Manoir de Mirebel

Au sud, sur D138B, direction Cesny-aux-Vignes : 49°06'47.0"N 0°06'24.0"W

Croissanville : Manoir de Mirebel

Croissanville : Manoir de Mirebel

 

Campagne

Arrivée à Croissanville en venant de Bissière.

Croissanville

 

Fourche patibulaire

"Il y avait fourche patibulaire à Croissanville ; on y tenait des foires la veille St-Jean-Baptiste, les jours St-Landry et St-Eutrope, et marché le vendredi de chaque semaine" (A de Caumont 5-447)

"Les fourches patibulaires étaient un gibet constitué de deux colonnes de pierres ou plus sur lesquelles reposait une traverse de bois horizontale. Placées en hauteur et bien en vue du principal chemin public, elles signalaient le siège d'une haute justice et le nombre de colonnes de pierre indiquait le titre de son titulaire." (wikipedia)

 

Bataille de Croissanville

"945. Pendant la minorité de notre duc Richard-sans-Peur, retenu par le roi Louis d'Outremer qui voulait se ressaisir de la Normandie, les Danois, sous la conduite de leur monarque Harald à la Dent Noire, livrent bataille près de Croissartville aux Français qui furent battus. Louis eut beaucoup de peine à regagner ses états; et bientôt après le jeune Richard lui fut enlevé. On a cru trouver des rapprochemens entre cette bataille et le nom de la commune de Valméré (Vallis mœroris) qui est voisine de Croissanville." (Histoire de Lisieux – Louis François Du Bois - p 88)

En 945
"... Louis d'Outremer, roi de France, s'était emparé du jeune duc Richard Ier, troisième duc de Normandie, qui avait succédé à son père, à peine âgé de dix ans, et l'avait emmené à Laon... Osmond, gouverneur du jeune prince, parvint à l'enlever après l'avoir caché dans une botte de foin, pris en croupe et conduit en toute hâte à Coucy, puis à Senlis. Le roi de France, irrité d'avoir perdu son prisonnier, envahit la Normandie avec une nombreuse armée.
Hugues, comte de Paris, auquel Louis d'Outremer avait promis une grande partie de cette province, envahit en même temps la Basse-Normandie et assiégea Exmes...
... Herold, roi de Danemarck, qui habitait le Cotentin depuis que son fils s'était emparé de ses États, informé de l'état des choses, vint débarquer avec une armée près des salines de Corbon ; il fut rejoint par un grand nombre de Normands et fit sa jonction avec eux près de Croissanville. Ce fut là qu'un engagement eut lieu entre les Normands et l'armée française..." (A de Caumont 5-449)

 

Voie romaine

"La voie romaine que j'ai signalée à Frenouville et à Moult se retrouve, vraisemblablement, dans l'ancien chemin de Caen à Paris qui passe au milieu du bourg de Croissanville et entre l'église et la filature. Ce chemin conserve ses caractères et se prolonge au sud de la route actuelle jusqu'à ma terre de Montfreule, où la route impériale reprend l'ancien tracé avant de passer le pont de Dives." (A de Caumont 5-445)

 

Le Bosq

" Elle n'a connu qu'une brève existence : avant 1794, la commune est supprimée et rattachée à Croissanville (Wikipedia)

Sur les rives du Laizon.

Au sud. Sur D138B. Route de Cesny-aux-Vignes : 49°06'30.0"N 0°06'23.3"W

 

 

Liens :