Tilly-sur-Seulles

 

 

Bataille de Normandie :

"La ville est lourdement détruite en juin 1944, lors de la bataille de Normandie. Comprise dans le secteur de la bataille de Caen en juin 1944-juillet 1944. La bataille de Tilly dure du 7 au 19 juin 1944, opposant les troupes britanniques de la 50th Infantry Division, la 56th Independant Infantry Brigade, la 8th independant armored Brigade et la Panzer Lehr à l'ouest de la Seulles et la 12e Panzerdivision SS Hitlerjugend à l'est" (wikipedia)

Pont de Juvigny-sur-Seulles :

Voir la page : Juvigny-sur-Seulles

 

Eglise Saint-Pierre

XIe, romane, MH, wikipedia. Sur Base Mérimée

"La nef est la partie la plus ancienne de l'église : elle offre, du côté du nord, des caractères très-remarquables qui ne permettent pas de douter qu'elle ne remonte au moins au XIe. siècle. De ce côté la maçonnerie est en arête, et l'on y voit une petite porte bouchée dont les pierres cunéiformes de la voûte sont séparées par des briques ou par un ciment très-coloré et fort épais.
Les fenêtres étaient voûtées d'après le même système ; il n'en reste plus qu'une qui est bouchée au-dessus de la porte dont je viens de parler; mais elle suffît pour nous indiquer comment les autres étaient construites.
La porte occidentale aujourd'hui bouchée est ornée de deux archivoltes à zigzags, portant de chaque côté sur deux colonnes dont la base est taillée en biseau. Deux de ces fûts sont d'une seule pièce en calcaire grossier, tel que les présentent quelques bancs de la grande oolite.
Le transept en appareil moyen paraît moins vieux que le corps de la nef. Les fenêtres qu'on y voit du côté du sud ont des colonncttes à bases attiques ; les modillons de la corniche sont unis les uns aux autres par des arcatures...
La partie la moins ancienne est le choeur. Il doit dater de la fin du XIIe. siècle ou du commencement du XIIIe., car les deux fenêtres anciennes qui restent sont légèrement pointues et les modillons supportent de petites arcades en ogive.
Ce choeur paraît avoir été rallongé et toute la partie sud est défigurée par de larges fenêtres modernes.
La tour centrale, assez élégante, mais inachevée et terminée en bâtière, me paraît dater du XIVe. siècle : le porche par lequel on entre aujourd'hui dans la nef doit être du XVe." (A de Caumont 1-243

Sur D13 puis D82 : 49°10'41.8"N 0°37'08.0"W

Tilly-sur-Seulles : Eglise Saint-Pierre

Tilly-sur-Seulles : Eglise Saint-Pierre

Tilly-sur-Seulles : Eglise Saint-Pierre

Tilly-sur-Seulles : Eglise Saint-Pierre

Tilly-sur-Seulles : Eglise Saint-Pierre

 

Chapelle Notre-Dame-du-Val

XIIe siècle. MH, wikipedia. Sur Base Mérimée

(musée de la bataille de la commune)

"Chapelle N.-D. du Val. — Une chapelle, dont les restes subsistent encore s'appelle chapelle N.-D. du Val de Tilly ; elle est très ancienne et était desservie dans l'origine par un trésorier et quatre chapelains à la nomination du seigneur...
Cette chapelle se voit au milieu du bourg, près de la route qui tend vers Lingèvres ; elle doit appartenir à la seconde moitié du XIIe. siècle et présente assez d'intérêt pour être visitée..." (A de Caumont 1-246)

Au sud de D13 : 49°10'29.1"N 0°37'35.5"W

Tilly-sur-Seulles : Chapelle Notre-Dame-du-Val

Tilly-sur-Seulles : Chapelle Notre-Dame-du-Val


Sur Base Mérimée

 

Chapelle du très Saint-Rosaire

XXe siècle

Histoirenormande.fr - Quand la Vierge est apparue au milieu d’un champ
"Posée au beau milieu d’un champ, à l’entrée de Tilly-sur-Seulles (Calvados), la minuscule chapelle du très Saint-Rosaire continue d’attirer les croyants et les curieux. C’est ici que, le 18 mars 1896, la Vierge serait apparue à trois religieuses du Sacré Coeur et à une soixantaine d’enfants du village."

Marie Martel (v. 1872-1913), témoin d'une apparition mariale en 1896

Sur la D13 en arrivant de Caen : 49°10'30.9"N 0°36'46.2"W

Tilly-sur-Seulles : Chapelle du très Saint-Rosaire

 

Vestiges du château de Tilly-sur-Seulles

Détruit.

"Seigneurs de Tilly. Une branche de la famille de Tilly a possédé longtemps la seigneurie de Tilly-sur-Seulles...
En 1418, le château et le domaine de Tilly, qui appartenaient alors à Philippe de Harcourt, furent confisqués et donnés par le roi d'Angleterre à Jean Gray, chevalier.
Le fief d'Orcher ou d'Auvricher, à Tilly, désigné depuis sous le nom d'Auvrecy, avait été acheté du seigneur d'Orcher par Philippe de Harcourt en 1387. Charles d'Harcourt était seigneur dudit fief en 1548. Louis de Coismes, baron de Lucé, était seigneur et châtelain de Tilly en 1550.
Jacques Blondel, lieutenant particulier au bailliage de Caen, acheta la seigneurie de Tilly au XVIIe. siècle.
En 1701, Jacques Le Fournier acheta de Suzanne Blondel la terre et châtellenie de Tilly ; il y fit réunir, en 1705, les fiefs d'Auvrecy, Courperron, Orbigny, Grestain et Boussigny. Boussigny est situé à Fontenay-le-Paisnel, les autres fiefs à Tilly.
Son fils, seigneur de Tilly, en rendit aveu au roi en 1735, il mourut sans enfants en 1752. Elisabeth-Augustine Le Fournier, veuve de M. Duhamel, seigneur de Fontaine, hérita de cette terre par la mort de son frère ; elle la vendit, en 1759, à M. d'Orceau de Fontette, intendant de la généralité de Caen, dont le petit-fils est député du Calvados.
Aujourd'hui le château et le domaine de Tilly appartiennent à Mme. la Ctesse. de Grenonville, héritière de feu M. Rolin de La Hante, son père, président du Conseil supérieur de la Martinique, qui en avait fait l'acquisition en 1807.
Le vaste château de Tilly, l'un des plus considérables de la Basse-Normandie, a été reconstruit par l'intendant de Fontette. " (A de Caumont 1-247)

sur D6, direction Juvigny et entrée au 2 rue de la Varende

Le château au temps de sa splendeur :


Sur J.Y. Merienne

 

Le Baron de Fontette : Jean François D'Orceau

"On lui doit alors l'embellissement du village et de nombreuses réalisations. Il fait tout d'abord construire un somptueux château avec une partie centrale servant de lieu d'habitation et deux ailes dont l'une renferme une grande salle de spectacle ainsi qu'une petite chapelle. Ce dernier était alors entouré d'un vaste parc paysager avec massifs, pelouses et grandes allées (l'une desservant la grande route de Bayeux/Villers Bocage et l'autre, la route de Fontenay le Pesnel.

Le 9 avril 1767, le Baron reçoit des mains du roi de France, l'accord de transformer la seigneurie en Marquisat ; il devient donc le Marquis D'Orceau...

A la mort de Jean François D'Orceau, plusieurs familles se succèdent au château de Tilly entraînant la destruction partielle de ce somptueux bâtiment.

En 1848, le domaine est vendu, pour la somme de un million cent francs, à une compagnie de spéculateurs. La «Terre de Tilly» est morcelée. Du même coup, les deux ailes du château, sont détruites après. 1900 et le prestigieux parc est également démoli. Depuis, le château passe dans de nombreuses mains et les châtelains qui se succèdent n'ont qu'une importance limitée dans l'histoire de Tilly." (Les seigneurs de Tilly)

"Mars 1866 - Démolition. - On travaille en ce moment à démolir en partie le château de Tilly-sur-Seulles, l'un des plus remarquables du département par ses vastes proportions et qui rappelait l'opulence de son illustre fondateur, M. de Fontette, intendant de la généralité de Caen. Il n'en restera plus que la partie centrale, les deux ailes sont condamnées à disparaître". (merienne)

 

Manoir aux Biches

Manoir XVIIIe situé dans un grand parc arboré (2 hectares), entièrement rénové en 2009 et 2015

Chambres à louer sur abritel.fr

Sur D13, route de Caen : 49°10'47.1"N 0°36'39.7"W

Tilly-sur-Seulles : Manoir aux Biches


Sur abritel.fr

 

Manoir de Courperron

XVIIIe siècle

Indiqué sur valdeseulles.fr

Peut-être au bout du Chemin Cour Peron : 49°10'48.1"N 0°37'21.3"W

 

 

Liens :

 

Site historique de Tilly-sur-Seulles :
https://sites.google.com/site/tillysurseulles
"... on différencie le fief de Tilly et celui de Auvrecher, ancien nom de Vérrolles..."

http://www.mairie-tillysurseulles.fr/l-histoire-de-tilly-sur-seulles,fr,3,16.cfm
"... le hameau de Saint Pierre, appelé depuis peu, ainsi (courant XXème siècle), se prénommait Vederolae et Verolae qui a donné Bérolles puis Verrolles (endroit où poussent les arbres servant à la fabrication des balais : bouleaux et genêts). "