Juvigny-sur Seulles

 

 

Eglise Saint-Clément

XVIIIe et XXe siècle.

"L'église de Juvigny est sans intérêt et moderne." (A de Caumont 1-240)

Sur D6 : 49°09'31.9"N 0°36'49.1"W

Juvigny-sur-Seulles : Eglise Saint-Clément

Juvigny-sur-Seulles : Eglise Saint-Clément

 

Château de Juvigny

Monument Historique

XVIIIe siècle, MH. Sur Base Mérimée
"Le château a été reconstruit en 1743 par Augustin-François de Malherbe, sur les plans de Jean François Blondel. Il s'agit d'un édifice très représentatif des demeures élevées en Bessin et plaine de Caen. Bien que le château ait subi des dommages de guerre, l'intérieur a conservé ses décors de boiseries d'époque avec trumeaux peints, parquets et alcôves. Le vaste parc est très caractéristique de l'époque, avec des allées rayonnantes formant des carrefours en étoile. La grande allée aboutit à une avant cour ovoïde dont le dessin a été bouleversé au début du 19e siècle par la route qui la traverse. Cette avant-cour est bordée de douves qui donnent accès à la cour d'honneur rectangulaire. La perspective traverse le château par le vestibule et la salle de réception, puis se développe au sud avec l'axe principal composé d'un grand parterre rectangulaire et d'une pièce d'eau. Elle longe ensuite l'allée de la perspective dite "allée du poète Malherbe" pour aboutir dans la clairière où se trouvait la statue du poète aujourd'hui disparue. Une grande allée latérale ouvre une perspective secondaire à l'ouest. L'obélisque, construit en 1785, est l'oeuvre d'André Le Play."

Très endommagé lors des bombardements de 1944

"Le château de Juvigny est considérable : de belles avenues le précèdent, des promenades et de vastes allées l'entourent. Il appartient à présent avec la belle terre qui en dépend à M. le Cte. de Blangy ; il doit avoir été construit dans le courant du siècle dernier." (A de Caumont 1-243)

Sur D174 : 49°09'20.7"N 0°36'46.0"W

Château de Juvigny-sur-Seulles


Sur Base Mérimée

 

Vieux Pont de Juvigny

Monument Historique

XVe siècle. Sur Base Mérimée
" Un pont de pierre, reliant Juvigny-sur-Seulles à Tilly-sur-Seulles, est mentionné dès la fin du 15e siècle. L'ouvrage présente un léger dos d'âne, avec cinq arches en plein cintre en arc extradossé avec quatre avant-becs triangulaires protégeant les piles. Ce pont connut une importante circulation sous l'Ancien Régime, entraînant la construction aux abords d'une hôtellerie et d'un cabaret. En 1850, la largeur du pont et du chemin y conduisant ayant été décrétée dangereuse, un nouveau pont est construit sans pour autant détruire l'ancien."

"Vieux pont de Juvigny-sur-Seulles (aux MH pour sa qualité architecturale, son originalité, son authenticité et son intérêt historique. En effet, ce pont en pierre, construit au Moyen Âge, à cinq arches formant une courbe est certainement l'un des plus vieux ouvrages d'art existant encore dans le Calvados. Construit sur la Seulles, et situé sur les communes de Juvigny-sur-Seulles et de Tilly-sur-Seulles, il fut, à l'origine, un point de passage privilégié et important pour les pèlerins se rendant au mont Saint-Michel. Autour de lui, de nombreux commerces s'étaient établis (auberges, cabaret, boulangerie, maréchal-ferrant, etc.) Un Hôtel-Dieu était également implanté à Juvigny pour y soigner les pèlerins malades. À la fin du XVIIIe siècle, il connut également un fort trafic dû au commerce de la chaux (les communes de Fontenay-Le-Pesnel, de Tilly-sur-Seulles et de Juvigny-sur-Seulles possédaient de nombreuses carrières de pierre calcaire et des fours à chaux très actifs). En 1850 fut édifié un pont plus large et plus conforme à la circulation moderne." (wikipedia)

Sur D9 : 49°09'46.0"N 0°36'55.6"W

Vieux pont de Juvigny-sur-Seulles

Vieux pont de Juvigny-sur-Seulles

 

Seigneurs de Juvigny :

"Seigneurs de Juvigny.—La seigneurie de Juvigny appartenait dans l'origine à une famille de ce nom qui possédait aussi le fief de la chapelle, paroisse de Méry, un quart de fief à Tilly et Maltot, et un demi-fief dans la paroisse de Fontaine, comme on l'apprend de deux avoeux trouvés à la chambre des comptes..."
(A de Caumont 1-241)

 

 

Liens :