Sommervieu

 

 

Eglise Saint-Pierre-et-Sainte-Geneviève

XIIIe siècle.
abritant des œuvres, notamment des toiles, classées à titre d'objets ou inventoriées aux Monuments historiques

"L'église de Sommervieu a conservé presque intact son choeur, éclairé par des fenêtres en lancettes très allongées, de la fin du XIIIe. siècle. Il est divisé en trois travées, et le chevet était percé de trois fenêtres de même forme qui ont été bouchées par suite de l'établissement de l'autel à grand retable. On entrait anciennement dans le choeur par une porte latérale que l'on voit du côté du Nord, mais qui a été bouchée. Le tympan de cette porte est orné d'un trèfle ; l'archivolte est portée sur des colonnettes à chapiteaux du XIIIe. siècle.
La nef et les deux chapelles formant transept sont du XVIIIe. siècle. Mais on a conservé dans le mur moderne, du côté du Nord, une porte latérale de style roman ornée de zigzags. Une portion de muraille romane joignant la tour a aussi été conservée de l'église qui avait précédé la construction du choeur et dont la nef a été presqu'entièrement reconstruite au XVIIIe. siècle.
La tour, à l'extrémité occidentale, montre comment, à cette dernière époque, on imitait les tours à flèches du moyen-âge. Des vases, d'où sortent des flammes semblables à ceux dont on ornait aussi les rétables, tiennent la place de clochetons aux angles de la tour et à la base de la pyramide octogone."
(A de Caumont 3-580)

Proche de D12 : 49°17'37.5"N 0°38'52.0"W

Sommervieu : Eglise Saint-Pierre-et-Sainte-Geneviève

Sommervieu : Eglise Saint-Pierre-et-Sainte-Geneviève

Sommervieu : Eglise Saint-Pierre-et-Sainte-Geneviève - Sommervieu : Eglise Saint-Pierre-et-Sainte-Geneviève

 

Château de la Réserve

XVIIIe siècle. Sur Base Mérimée

Construite entre cour et jardin, cette élégante demeure de notable fut édifiée dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle et reflète le goût du confort de l’époque. (bayeux-intercom.fr)

Près de l'église. Invisible.

Sommervieu : Château de la Réserve

Sommervieu : Château de la Réserve

Sommervieu : Château de la Réserve


Sur sommervieu.fr

 

Entrée du château et du séminaire

Le château de Sommervieu n'existe plus. Il ne reste que les douves et le portail d'entrée


Sur Google Street View


Plan complet sur Wikimedia.org par ChBougui


Sur Geoportail

 

Château de Sommervieu

XVIIe, XVIIIe et XIXe siècle. Sur Base Mérimée

"Acquis en 1477 par l’évêque de Bayeux Louis d’Harcourt, le château de Sommervieu était devenu au XVIIIe siècle la principale résidence d’été des évêques. Depuis les années 1950, il ne reste rien de cette demeure dont la mention la plus ancienne date de 1371, si ce ne sont les douves carrées qui l’entouraient, creusées au XVIIIe siècle, et le portail d’entrée en fer forgé de la même époque et de facture admirable. Les communs, bâtiments des domestiques, ont toutefois en partie subsisté car c’est là que s’est installé, à partir de 1838 et sous l’invocation de Notre-Dame, le Grand Séminaire, lieu d’étude destiné à préparer les jeunes ecclésiastiques."  (bayeux-intercom.fr)

"Le dessin du château est attribué à l’architecte local Jacques Moussard (1670-1750). La façade présente en effet un avant-corps central mettant en valeur une seule travée, un bandeau unique de séparation d’étage, des fenêtres au premier étage touchant la corniche et des allèges en pierre de taille formant une légère saillie. La partie sud du logis aurait été élevée au XVIIe puis agrandie en 1824. Côté jardin, le parc n’a pas échappé à la mode du XIXe siècle qui voit se développer les jardins paysagers dits « à l’anglaise ».  (bayeux-intercom.fr)

"Château épiscopal et séminaire. Il existe à Sommervieu un château qui était, avant la révolution de 1789, la propriété des évêques de Bayeux, seigneurs du lieu. On dit que ce château et la terre qui en dépendait, furent donnés au siège de Bayeux par l'un de nos évêques de la famille de Harcourt. Il est fait mention de ce château dans le compte des commissaires royaux envoyés pour faire mettre en état de défense toutes les places fortes du littoral, avant l'invasion des Anglais. Depuis cette époque, te château de Sommervieu a subi bien des modifications et il ne reste absolument rien d'ancien. Sa construction n'a rien de remarquable ; c'est une maison de campagne augmentée à diverses reprises, et sans aucun caractère d'architecture. Mais il a l'avantage d'être entouré d'une douve pleine d'eau. On admire aussi à l'entrée une grille en fer d'un très beau travail ; elle date de l'époque qui précéda immédiatement la Révolution." (A de Caumont 3-581)

Rue des Alliés


Sur Base Mérimée

Sur une carte postale de J.Y. Merienne :


Sur J.Y. Merienne

 

Ancien Grand Séminaire

XIXe siècle (1838)

Acquis en 1477 par l’évêque de Bayeux Louis d’Harcourt, le château de Sommervieu était devenu au XVIIIe siècle la principale résidence d’été des évêques. Depuis les années 1950, il ne reste rien de cette demeure dont la mention la plus ancienne date de 1371, si ce ne sont les douves carrées qui l’entouraient, creusées au XVIIIe siècle, et le portail d’entrée en fer forgé de la même époque et de facture admirable. Les communs, bâtiments des domestiques, ont toutefois en partie subsisté car c’est là que s’est installé, à partir de 1838 et sous l’invocation de Notre-Dame, le Grand Séminaire, lieu d’étude destiné à préparer les jeunes ecclésiastiques.  (bayeux-intercom.fr)

11/01/2016 : "Un couple de Sommervieu rachète le Grand Séminaire... de Sommervieu
Mis en vente par le diocèse de Bayeux-Lisieux, l'immense ancien séminaire de Sommervieu, ses 30 hectares, ses 5 000 m2 habitables et ses 100 chambres ont trouvé preneur. Grâce à une famille de la commune." (lamanchelibre.fr)

"Sur l'emplacement de divers bâtiments formant les dépendances du château, s'élève aujourd'hui le séminaire de Sommervieu, établissement destiné aux élèves ecclésiastiques de tout le diocèse, avant leur entrée en théologie...
Sans aucun luxe d'architecture, la maison se distingue par une noble simplicité. Ce fut en 1838 que la construction en fut commencée sur les plans de M. Edouard Le Forestier. M. Le Forestier s'occupait d'architecture par goût et pour employer ses loisirs." (A de Caumont 3-582)

Sur D12, direction Bayeux sur la gauche : 49°17'23.9"N 0°39'04.8"W


Sur Wikimedia.org par ChBougui

 

Chapelle de l'ancien grand séminaire :

"M. Le Forestier avait aussi donné le plan d'une chapelle gothique pour ce même établissement; il venait d'en tracer les fondements en 1851 lorsque la mort le frappa subitement.
Le plan de la chapelle donné par M. Le Forestier a été conservé quant à la disposition générale : mais modifié profondément dans les proportions d'élévation et dans les détails, par M. l'abbé Noget-Lacoudre, supérieur du séminaire, membre de la Société française d'archéologie, qui s'est chargé de diriger la construction après la mort du premier architecte, et on peut dire que l'édifice y aura beaucoup gagné : M. Noget, homme de beaucoup de goût, est en effet plus versé que ne l'était M. Le Forestier dans l'étude de l'architecture ogivale, et l'édifice qu'on lui devra sera très élégant et très bien exécuté."
(A de Caumont 3-583)

"Elle est construite dans le style du XIIIe. siècle. Au-dessous des fenêtres règne, tant en-dedans qu'au-dehors, une arcature ogivale. A la naissance des fenêtres et au niveau de la tribune se développe, tout autour de l'édifice la galerie intérieure avec une rampe en pierre soutenue par des arcades trilobées. Les fenêtres, simples dans l'abside, géminées dans le reste de l'édifice, s'élèvent en lancettes, peut-être un peu aiguës, et pourtant d'un aspect qui plaît. Une chose particulière à cette chapelle, mais dont il existe des exemples, c'est qu'elle est décorée d'un triforium, quoiqu'elle n'ait qu'un rang de fenêtres. En effet, au XIIIe. siècle, le triforium est obscur et ne se rencontre ordinairement que dans les églises qui ont des bas-côtés. Il se trouve placé alors au-dessous des fenêtres de la nef principale, dans la partie correspondante au toit qui recouvre les côtés." (A de Caumont 3-584)

Peu visible : 49°17'22.1"N 0°39'08.1"W


Sur Wikimedia.org par ChBougui

 

Ce que l'on voit en octobre 2017 :

La grille du château

Sommervieu : Ancien Grand Séminaire

Au loin, l'emplacement du château

Sommervieu : Ancien Grand Séminaire

Sur la droite, on aperçoit la Chapelle. Le Grand Séminaire est masqué par les arbres.

Sommervieu : Ancien Grand Séminaire

Sommervieu : Ancien Grand Séminaire

 

Ancienne ferme du château

XVIe au XVIIIe siècle. Sur Base Mérimée

Ancienne ferme du château de la rue des alliés.

Impasse des Hommes, en face l'église : 49°17'40.0"N 0°38'50.5"W


Sur Sommervieu.fr

 

Ferme du château

Ou Ferme du Château des Evêques.

XVIIe, XIXe siècle. Sur Base Mérimée

12 rue des Perelles : 49°17'24.0"N 0°38'44.5"W (Invisible, au bout d'un chemin)


Sur Base Mérimée

 

Manoir de Chédeville

XVIIe, XVIIIe et XIXe siècle. Sur Base Mérimée

Au nord-ouest, proche de la mairie, 2 rue de Chédeville : 49°17'46.0"N 0°39'13.7"W

Sommervieu : Manoir de Chédeville

Sommervieu : Manoir de Chédeville


Sur Sommervieu.fr

 

Manoir 6 rue de l'Eglise

XVe au XIXe siècle. Sur Base Mérimée

Peut-être l'un des plus anciens de Sommervieu (Sommervieu.fr)


Sur Google Street View


Sur Base Mérimée

 

Manoir rue Genas Duhomme

XVIIIe, XIXe siècles. Sur Base Mérimée

Sur D12 au sud-est, 10 rue Genas Duhomme : 49°17'30.2"N 0°38'35.5"W


Sur Sommervieu.fr

 

Ferme de la Croix Caugy

XVIe, XVIIe, XIXe siècles, sur Base Mérimée

ne pas confondre avec domaine du grand caugy sur Saint-Vigor-le-Grand (voir : http://www.domainedugrandcaugy.fr/)

Au sud. Sur D153 : 49°17'00.6"N 0°39'01.5"W


Sur Google Street View

 

Voir également :

- Maison de journalier (XIXe siècle, sur Base Mérimée) 8 rue de Courseulles-sur-Mer

 

 

Liens :

 

http://www.sommervieu.fr/tags/patrimoine-du-bessin

http://www.bayeux-intercom.fr/tourisme/patrimoine/sommervieu/