Briouze

 

 

Eglise Saint-Gervais et Saint-Protais

XIXe siècle (1870)

"... A la suite des tempêtes de décembre 1999, le clocher de l’église de Briouze s'est trouvé fragilisé (même si le poids du clocher suffit à compenser l’effet du vent), ce qui nécessita donc une consolidation, qui consista en un cerclage sur la partie supérieure, le remplacement de certaines pierres fissurées e la mise en place d’une armature en fibre de verre assurant la continuité entre les nouvelles pierres et les anciennes. La partie supérieure du clocher fut déposée et sa reconstitution demanda un travail délicat dans la taille de la pierre et un grand savoir faire stéréotomique" (patrimoine-religieux.fr)

Briouze : Eglise Saint-Gervais et Saint-Protais

Briouze : Eglise Saint-Gervais et Saint-Protais

Briouze : Eglise Saint-Gervais et Saint-Protais - Briouze : Eglise Saint-Gervais et Saint-Protais

Briouze : Eglise Saint-Gervais et Saint-Protais

 

Mairie / Château de Briouze

Photos sur Perche-Gouet.net

Au sud. Par D20. 7 rue Saint-Jacques : 48°41'52.7"N 0°21'57.2"W


Sur Google Street View

 

Chapelle Saint-Gervais


Site classé

Romane. XIe siècle. MH. Wikipedia. Sur Base Mérimée
"Bâtie entre 1080 et 1093 par Guillaume de Briouze, la chapelle avait la forme d'une croix latine. Des restaurations ont été réalisées aux 15e et 18e siècles. En 1866, la nef a été raccourcie jusqu'à hauteur du choeur, et les transepts abattus. En 1867, le portail roman fut remonté contre ce qui restait de l'édifice. Le portail est formé de quatre colonnes que surmontent des chapiteaux qui présentaient des personnages accroupis, une tête d'homme et une tête d'animal. Dans le tympan des reliefs effacés représentaient un personnage qui serait, selon la tradition, Guillaume le Conquérant. Au centre, sur une pierre calcaire, apparaissent trois personnages sans doute martelés, qui figureraient les saints martyrs Gervais et Protais entourant leur bourreau.
Une absidiole semi circulaire prolonge le choeur. Cinq arcades à plein cintre en font le tour. Des fresques anciennes pourraient orner les murs, cachées sous le badigeon."

"vestiges d'une ancienne église priorale dépendant de l'abbaye Saint-Florent de Saumur raccourcie au XIXe siècle, à la suite d'un effondrement d'une partie de la nef. Ce qui subsiste n'est que l'absidiole, avec remise en place de la façade. Bâtie en granit, elle a des éléments de calcaire sur le chevet et des éléments sculptés en façade, presque totalement érodés."


Eglise et cimetière de Saint-Gervais de Briouze
(DREAL Basse-Normandie)

"Au XIe siècle, à son retour d’Angleterre, Guillaume 1 er de Briouze (compagnon d’armes de Guillaume le Conquérant) fonde à Saint-Gervais un prieuré qu’il confie aux moines bénédictins de Saint-Florent- de-Saumur. L’église est bâtie par les religieux, entre 1080 et 1093, en forme de croix latine. L’évêque de Sée la consacre, à la fin du XIe siècle, aux saints martyrs Gervais et Protais. Elle reste église paroissiale pendant huit siècles. En 1866, une partie de la nef s’effondre. Les transepts sont abattus et l’édifice se réduit au chœur et à son absidiole semi-circulaire. Le portail est sauvé et il est remonté en 1867 pour clore le chœur...
Au centre du petit hameau de Saint-Gervais, le cimetière occupe une vaste surface en surplomb des rues qui le bordent. Il est dominé, au nord- est, par la façade austère du XIXe siècle de l’ancien couvent Notre-Dame (aujourd’hui lycée privé)..."

Au nord de la ville. D924, direction Flers, puis D354 : 48°42'14.0"N 0°22'10.4"W


Sur Google Street View


Sur Google Street View

 

Eglise de l'institut Notre-Dame

XIXe siècle. Elle abrite une Vierge à l'Enfant classée à titre d'objet.

 

Gare de Briouze

Ligne d'Argentan à Granville : Gare de Bellou-en-Houlme --- Gare des Yveteaux-Fromentel

Ligne de Briouze à Couterne : Gare de Lonlay-le-Tesson

Établie à 212 m d'altitude, la gare de Briouze est située au point kilométrique (PK)2 29,093 de la ligne d'Argentan à Granville...
Elle était également l'origine de la ligne de Briouze à La Ferté-Macé aujourd'hui déclassée.
Elle est mise en service le 2 juillet 1866 avec l'ouverture de la voie entre la gare d'Argentan et la gare de Flers." (Wikipedia)

Sur la ligne d'Argentan à Granville (Wikipedia)
Sur la ligne de Briouze à Couterne (Wikipedia)
- Voir aussi ma page

Au nord de la ville. Par D924 puis D20 : 48°42'07.0"N 0°22'05.4"W


Sur Google Street View

 

Briouze à l'époque féodale

D'après un excellent livre de Pierre Daon : De ce manoir Houlmois... qu'on appelait l'Eveillerie

"Briouze, qui, sous le rapport ecclésiastique, était le chef-lieu d'un doyenné de 32 paroisses, avait, sur le plan féodal, une importance numériquement égale.
Une trentaine de vassaux devaient hommage au baron de Briouze, lui rendaient aveu de leurs terres, depuis que tel de ses devanciers en avait nanti tels de leurs prédécesseurs, en échange et récompense d'aide militaire...
La moitié environ de ces trente arrière-fiefs de la couronne se déployaient en éventail, de l'ouest au sud-est,à deux ou trois lieues du château de Briouze, lui formaient comme une excentrique ceinture de protection :
c'étaient, tout d'abord, deux fiefs à Echalou, nommés Grente et Bunoult, puis la seigneurie de Ronfeugeray, puis celle du Bois-André à La Carneille, celle de Chênedouit et celle du Repas (jadis paroisse, à Chênedouit maintenant réunie), puis celle du Mênil-Gondouin, ainsi que celles du Sacq et de Sainte-Honorinette (paroisses disparues elles aussi et rattachées au dit Mênil-Gondouin), le fief de la Fresnaye et celui de Boissey, sis l'un et l'autre à la Fresnaye, le fief des Yveteaux et celui des Aunais, tous deux aux Yveteaux, les seigneuries des Ostieux et de Saint-Malo, qui furent paroisses avant que d'être respectivement incorporées aux Yveteaux et à La Fresnaye, le fief de Palais à Montreuil, enfin, au-delà de Rânes, — comme une sentinelle avancée —, la seigneurie du Champ-de-la-Pierre.
Puis, à l'intérieur de ce demi-cercle, venaient, en seconde ligne, en forme de coin obtus angle, la pointe en avant, deux fiefs à Cramênil (la Motte, Repentigny),deux à Saint-André (la Motte-sous-Rouvre, la Cour-du-Bois), deux à Briouze (le Plessis et Guibet), les seigneuries de Chênesecq et Saint-Denis (paroisses défuntes, fondues en Cramênil et Saint-André), celles de Pointel et de Lignou, enfin, en arrière-garde, deux fiefs sis au Mênil-de-Briouze : les Manoirs et l'Eveillerie…" (PDF sur excerpts.numilog.com)

 

 

Liens :