Le Tourneur

 

 

"Le nom de la localité est attesté sous la forme Tourneor en 1155. L'origine du toponyme est attribuée à une activité potière...
Le Tourneur fut chef-lieu d'une sergenterie de vingt-deux paroisses au Moyen Âge..." (wikipedia)

 

Eglise Saint-Martin

XVIIIe et Reconstruction
Avant les opérations destructrices de la bataille de Normandie, l'édifice abritait plusieurs œuvres classées à titre d'objets aux Monuments historiques. Elles furent toutes détruites.

"L'église du Tourneur est assez grande et moderne." (A de Caumont 3-204)

Sur D53 : 48°57'50.2"N 0°49'21.8"W

Le Tourneur : Eglise Saint-Martin

Le Tourneur : Eglise Saint-Martin

Le Tourneur : Eglise Saint-Martin

Le Tourneur : Eglise Saint-Martin - Le Tourneur : Eglise Saint-Martin

 

Chapelle Saint-Quentin

Construite en 1971
"La légende raconte qu’on trouva la statue de saint Quentin dans un buisson de houx bordant le chemin de la Cavée, à peu de distance de la cour de « Feuillet » et de la mare féodale du même nom. Aussitôt les habitants du Tourneur voulurent avoir cette statue dans leur église. Les villageois la chargèrent sur un char attelé à des chevaux blancs. Quand celui-ci atteignit les rives du Courbençon, il s’arrêta net. On eut beau fouetter les chevaux, ce fut en vain. On les détela et on essaya de pousser la voiture. Rien n'y fit. Alors, on décida de reconduire le saint à l'endroit où on l'avait pris et on construisit un oratoire sommaire
Depuis 1971, la statue du saint repose dans une chapelle due à la générosité des habitants et des pèlerins." (Voir PDF sur gillespivard.i.g.f.unblog.fr)

"avec statue en bois polychrome de saint Quentin. La chapelle est un important lieu de pèlerinage, saint Quentin étant réputé pour sa faculté de guérir la coqueluche. Un cahier de demandes est à la disposition des pèlerins qui souvent déposent un linge appartenant au malade sur un réceptacle derrière l'autel" (wikipedia)

Au sud-est de l'église, par D53 : 48°57'24.2"N 0°48'43.6"W

Le Tourneur : Chapelle Saint-Quentin

 

Château des Noyers

XVe siècle. Détruit.

Construit dans les années 1830 à proximité d'un ancien château démoli par le nouveau propriétaire à cause de sa vétusté, le bâtiment a la réputation d'être hanté depuis 1875, année où de nombreux phénomènes inexpliqués commencèrent à s'y produire. Ceux-ci, des voix, cris et bruits très forts et des déplacements d'objets, furent attestés par de nombreux témoins et ont été soigneusement décrits par les propriétaires de l'époque, Ferdinand Lescaudey de Manneville et son épouse Pauline de Cussy, et publiés dans les Annales des Sciences Psychiques en 1893. Habité jusqu'en 1984, année où il fut détruit par un incendie, le château est actuellement à l'abandon et suscite toujours l'intérêt des amateurs de parapsychologie et des spectacles y sont organisés. Il est à noter que le précédent château avait déjà la réputation d'être hanté (wikipedia)

Proche de D53 : 48°58'04.8"N 0°49'38.9"W (Invisible. Accessible par un chemin)


Sur Google Street View


sur J.Y. Merienne

 

La Malherbière :

Au sud-ouest : 48°57'36.5"N 0°50'54.4"W

"Il existait au hameau de la Malherbière une ancienne chapelle, actuellement changée en remise. Elle n'offre point de caractère architectural...
La seigneurie appartenait au baron de Crennes. Il y avait aussi sur le territoire du Tourneur le fief de la Malherbière. Le seigneur de ce fief avait une chapelle dans son manoir, comme on vient de le dire; le chapelain était à sa nomination.
La terre et l'habitation de la Malherbière ont été longtemps possédées par une ancienne famille Le Cordier." (A de Caumont 3-205)

 

Vaumartin :

Au nord : 48°59'24.4"N 0°49'19.7"W

"Il y avait encore au Tourneur le fief de Vaumartin. Trois branches de la famille de Baudre ont existé dans cette paroisse ; il n'en reste plus qu'une, celle de Baudre de Noyers.
Un fief de Roucamps a été possédé par la famille de Grimouville.
Le fief de Vaumartin a été possédé par la famille Le Vaillant Desillets, " (A de Caumont 3-206)

 

 

Liens :