Le Mesnil-Bacley

 

 

Assassinat de six jeunes filles en aout 1944

"Lors de la bataille de Normandie, en août 1944, à la suite de l'épisode de la Poche de Falaise, le Mesnil-Bacley fut le théâtre d'un événement dramatique. Après s'être vu refusé du lait dans une ferme, des SS en déroute assassinèrent six jeunes filles de cette ferme qui, après ce refus, avaient accueilli des éclaireurs canadiens avec des fleurs1. En représailles, les résistants fusillèrent en public « le même nombre de prisonniers allemands qu'il y avait eu de victimes" (wikipedia)

 

Douze lieux-dits :

"On compte 12 lieux-dits à Le mesnil bacley : le pont ; la briqueterie ; le prieure ; la mairie ; la moinerie ; la butte ; la harderie ; la saminiere ; la trabotiere ; le lieu lafosse ; le rouy ; le val boutry." (patrimoine-de-france.com)

 

Eglise Saint-Pierre

XIIIe et XIVe siècles.

"L'église du Mesnil-Bacley s'élève tout près de Livarot, sur la rive gauche de la Vie, sur le bord de la route allant à Trun; quoique peu importante, elle offre cependant un certain intérêt.
D'abord, sa porte occidentale appartient au style ogival et présente cette particularité, assez rare, que les tores de l'archivolte se continuent sans colonnes depuis le sommet jusqu'à la base et qu'il n'y a pas de tympan. Cette porte, à plusieurs tores détachés, pourrait remonter au XIIIe siècle ou au commencement du XIVe ; une ouverture en forme de lancette la surmonte.
Les vantaux de la porte ont leurs panneaux plissés et me paraissent du XVIe siècle. Un porche en bois, formant un vestibule, avec des bancs, en avant de cette porte, doit remonter au XVIIe siècle au moins, s'il n'est pas du temps des panneaux dont je viens de parler.
Des reprises considérables et des reconstructions ont été faites dans le corps de la nef et du choeur, mais on remarque quelques restes d'appareil ancien dans le mur septentrional de la nef qui approche du choeur, au lieu que des appareils plus grands, et qui paraissent du XVIe siècle, se voient en approchant de la façade. On trouve, du côté du nord et du côté du sud, des lancettes dont la tête, en accolade aiguë, annonce le XVIe siècle.
lusieurs fenêtres sont modernes et de forme carrée. On en voit une autre à deux baies et à compartiments flamboyants dans la nef, du côté du sud.
On entrait dans le choeur, du même côté, par une porte cintrée épannelée sans caractère.
Enfin, le mur du chevet s'arrête à la hauteur des murs latéraux, et le pignon triangulaire qui existe sous la charpente du toit est en clayon nage."
(A de Caumont 5-622)

"Une piscine géminée, du XIIIe siècle, existe dans le choeur.
On voit dans le choeur la pierre tumulaire de Thomas Maheult, prêtre, curé du lieu, décédé le 25 avril 1759, âgé de 49 ans.
Le clocher, en charpente et de la forme habituelle, est assez élégant" (A de Caumont 5-623)

Dans la vallée. Sur D38 : 48°59'57.3"N 0°08'34.3"E

Le Mesnil-Bacley : Eglise Saint-Pierre

Le Mesnil-Bacley : Eglise Saint-Pierre

Le Mesnil-Bacley : Eglise Saint-Pierre

Le Mesnil-Bacley : Eglise Saint-Pierre

 

Chapelle Notre-Dame du prieuré du Val-Boutry

XVe siècle.

"Le territoire de Mesnil-Bacley renfermait, en outre, le prieuré du Val-Boutry, dépendance de l'abbaye de St-Pierresur- Dive. Cet établissement religieux, dont l'origine paraît remonter au XIIe siècle, possédait, outre des terres et des bois assez importants, une mouvance féodale sur une partie de la paroisse. La chapelle et les bâtiments du prieuré sont encore subsistants, mais ils n'offrent aucun caractère digne d'attention. Dédiée à Notre-Dame, la chapelle est encore de nos jours fréquentée par des pèlerins" (A de Caumont 5-627)

sur la D4 direction Sainte-Marguerite-de-Viette, lieu-dit "Le Prieuré" (chemin sur la droite) : 48°59'44.1"N 0°07'02.8"E


Sur Panoramio par Christian Guibout

 

Anciennes familles et manoirs

"Anciennes familles. — D'après les recherches de M. le vicomte Louis de Neuville, la seigneurie du Mesnil-Bacley se trouva divisée, il y a déjà plusieurs siècles, en diverses portions, sans doute par suite d'un ou de plusieurs partages successifs. Dans la seconde moitié du XVe siècle, des membres de la famille Gouhier ont été qualifiés sieurs de Mesnil-Bacley, et Jean Eschallart portait le même titre en lZi.69 ; dans les deux siècles suivants la même qualification a été donnée à des membres des familles de Neufville, Le Fournier, Le Ghastelain, de Marguerin, de Croisilles, Jamot, de Costard, Le Menant et autres. Ne pouvant suivre avec exactitude l'histoire de chacun de ces fragments féodaux, continue M. de Neuville, nous nous contenterons d'esquisser celle des principaux manoirs qui leur servirent de chefs-lieux."

"Le nom de manoir de Mesnil-Bacley a été ordinairement employé pour désigner le manoir de la Harderie, situé à peu de distance de l'église paroissiale. La maison est une vieille construction en bois du XVIe siècle, qui n'offre que les caractères généraux des édifices de ce genre ; le colombier, de la même époque, est assez pittoresque. Ces lieux ont longtemps servi de résidence à une branche de la famille de Neufville...
A peu de distance de ce manoir se trouve une autre construction de la même époque, aujourd'hui connue sous le nom du Rouy, mais qui se nommait autrefois le manoir de la Brasserie. Il ne paraît pas avoir jamais été le chef lieu d'un fief...
Un autre manoir du XVIe siècle, celui de Mont-Audin, a été longtemps le centre d'une portion du fief de Mesnil-Bacley, qui a appartenu à la famille Le Fournier. Henri Le Fournier, sieur de Sl-Martin-du-Bû, avait épousé, sous le règne de François 1er, Jeanne de Neufville-Mesnil-Bacley, et possédait un fief qui fut divisé en trois portions par partage entre ses trois petites-filles... Nous ne savons à laquelle échut le manoir de Mont-Audin ; mais, vers 1655, il fut acquis par Roger Costard, sieur de la Droictière et depuis de Mesnil-Bacley. Un de ses descendants, M. de Costard de Bursard, l'a revendu en 1792, et il est aujourd'hui la propriété de M. Pierre. Les constructions, bien qu'intactes, n'offrent rien qui mérite l'attention.
Un peu plus loin, en remontant le vallon du Douet-Hoquin, se trouvait, entouré de belles douves, le manoir des Mézerets, centre d'une autre portion de la seigneurie de Mesnil-Bacley, qui fut, vers 1580, l'apanage d'une des trois filles de Pierre Le Fournier et de Guillelmine de Nossy...
A l'extrémité de la commune de Mesnil-Bacley, vers Heurtevent, se trouve encore un vieux manoir du XVIe siècle, Belleau, qui paraît avoir été construit par Robert de Neufville, sieur de Belleau, vers 1526, et en avoir reçu le nom." (A de Caumont 5-624)

 

Manoir de la Haderie

Appelé "Manoir de la Harderie" par Arcisse de Caumont

"Le nom de manoir de Mesnil-Bacley a été ordinairement employé pour désigner le manoir de la Harderie, situé à peu de distance de l'église paroissiale. La maison est une vieille construction en bois du XVIe siècle, qui n'offre que les caractères généraux des édifices de ce genre ; le colombier, de la même époque, est assez pittoresque. Ces lieux ont longtemps servi de résidence à une branche de la famille de Neufville.." (A de Caumont 5-624)

Derrière l'église : 48°59'58.7"N 0°08'41.4"E


Sur Google Street View

 

Manoir du Rouy

"A peu de distance de ce manoir se trouve une autre construction de la même époque, aujourd'hui connue sous le nom du Rouy, mais qui se nommait autrefois le manoir de la Brasserie. Il ne paraît pas avoir jamais été le chef lieu d'un fief..." (A de Caumont 5-624)

Sur D4, très proche de Livarot : 49°00'13.6"N 0°08'38.4"E


Sur Google Street View

 

Domaine de Montaudin

"Un autre manoir du XVIe siècle, celui de Mont-Audin, a été longtemps le centre d'une portion du fief de Mesnil-Bacley, qui a appartenu à la famille Le Fournier. Henri Le Fournier, sieur de Sl-Martin-du-Bû, avait épousé, sous le règne de François 1er, Jeanne de Neufville-Mesnil-Bacley, et possédait un fief qui fut divisé en trois portions par partage entre ses trois petites-filles... Nous ne savons à laquelle échut le manoir de Mont-Audin ; mais, vers 1655, il fut acquis par Roger Costard, sieur de la Droictière et depuis de Mesnil-Bacley. Un de ses descendants, M. de Costard de Bursard, l'a revendu en 1792, et il est aujourd'hui la propriété de M. Pierre. Les constructions, bien qu'intactes, n'offrent rien qui mérite l'attention." (A de Caumont 5-624)

Sur D4, route de Saint-Pierre-sur-Dives : 49°00'05.4"N 0°07'42.8"E


Sur J.Y. Merienne

 

Manoir de la Saminière

Fin XVIIe siècle.

"Henri Graffet va créer vers 1920, une fromagerie au Mesnil-Bacley, au Logis de la Saminière, dans un ensemble de bâtiments autour du Manoir de la famille, dont voici une brève description : Le manoir de la Saminière est situé au sommet d’un coteau qui domine le versant ouest de la vallée de la rivière de la Vie. La demeure de plan rectangulaire a été construite à la fin du XVIIe siècle ou au début du XVIIIe siècle. La façade est constituée de six travées limitées par des poteaux qui s’élèvent d’un seul jet de la sole jusqu’à l’étage. La verticalité des pans de bois est rompue à l’étage par une seule écharpe oblique. Les allèges des fenêtres sont soutenues par des croisillons et la fenêtre de l’étage de la travée centrale est encadrée par un décor en feuilles de fougères. De chaque côté de l’escalier central, deux grandes salles avec cheminées, prolongées chacune par une pièce plus petite, forment le rez-de-chaussée." (camembert-museum.com)

Au sud de la D4 : 48°59'38.3"N 0°07'45.9"E


Sur camembert-museum.com

 

Château du Mesnil-Bacley

Voir Château de Saint-Michel-de-Livet

 

 

Liens :