Bonnebosq

 

 

"Le bourg de Bonnebosq est bâti au fond d'un vallon, à 12 kilomètres environ de Pont-l'Évêque." (A de Caumont 4-200)

"Bonnebosq dépendait de la sergenterie de Pont-L'Évêque...
C'était une baronnie avec haute-justice. Le seigneur de Bonnebosq était à la conquête de l'Angleterre.
Les registres de l'Échiquier de Normandie, de l'an 1195, mentionnent Robert de Bonnebosq.
Au XVe. siècle, la famille d'Annebaut possédait cette terre : Montfaut y trouva, en 1463, Jean d'Annebaut.
On ne peut discuter l'ancienneté de cette puissante maison d'Annebaut, dont les deux derniers représentants mâles furent le fameux amiral et maréchal de France, Claude d'Annebaut, et son frère, le cardinal-évêque de Lisieux»
A la fin du XVIe. siècle, après l'extinction de la maison d'Annebaut, la terre de Bonnebosq passa dans celle de Le Coustelier...
A la fin du XVIIIe. siècle, la famille du Val de Bonneval avait succédé à celle de Le Coustelier (A de Caumont 4-201)

"Dans son bourg, on peut y admirer un ancien lavoir, des maisons 19e s. et une église néo-gothique dédiée à St Martin que l'on célèbre chaque année en juillet lors d'une fête traditionnelle...
Parmi les personnalités célèbres liées au village, on peut citer Yul Brynner, célèbre acteur américain, venu s'installer au manoir de Criqueboeuf dans les années 1970." (beuvroncambremer.com)

"On compte 20 lieux-dits à Bonnebosq : la grande cour ; la couture ; la commanderie ; la cour neuve ; la croix a la dame ; la franchise ; le boulon ; le champ du buisson ; le clos quetel ; le clostil ; le lieu bertrand ; le lieu du vieux ; le lieu guilmet ; le lieu main ; le lieu marchand ; le lieu thouret ; le val d or ; lieu boisselier ; lieu fossey ; lieu thorin." (fr.geneawiki.com)

 


cliquer sur l'image pour l'agrandir

 

Eglise Saint-Martin

XIXe siècle.

"L’église Saint-Martin a été construite entre 1880 et 1886 sous le ministère de l’abbé HAREL" (fr.geneawiki.com)

Bonnebosq : Eglise Saint-Martin - Bonnebosq : Eglise Saint-Martin

 

Le bourg

Une maison de 1809 près de l'église :

Bonnebosq : maison de 1809

Plusieurs cartes postales du bourg sur le site de J.Y. Merienne


Sur J.Y. Merienne

 

Manoir de Criqueboeuf

XVIe siècle.
Jardin du manoir de Cricqueboeuf

Ancien manoir de Yul Brynner.

Un homme généreux : Yul BRYNNER : l’acteur, né en ex-URSS en 1920, a en effet habité dans le village augeron à partir de 1971. Au manoir de Cricquebœuf qu’il aimait appeler « ma petite chaumière en Normandie ».
Yul BRYNNER a permis la construction du stade de football de la commune, qui porte toujours son nom.
Après son décès à New-York en 1985, « une partie de ses cendres a été répandue sur les terres de sa propriété ». (fr.geneawiki.com)

Sur D16, direction Valsemé (49°13'19.3"N 0°05'08.2"E) Invisible


Sur Google Street View

 

Ferme Manoir du Champ Versant

XVIe siècle. Sur Base Mérimée
" Le domaine du Champ-Versan était dans la mouvance du Camp-Bénard, dont les possesseurs portaient le titre de seigneurs de Cambénard et de Champ-versan. Le plus ancien détenteur est Regnault de Hesbert, écuyer. Lui succède bien postérieurement, cité dans un acte de 1733, Jacques-Pierre Bazin, conseiller du Roi, toujours qualifié de seigneurs de Cambénard et de Champ-versan. Les lieux sont possessionnés par la même famille Bazin tout au long du 18e siècle. En 1786 est inhumé Jean-Baptiste, Louis Bazin de Sainte-Honorine, ancien garde des sceaux près le parlement de Rouen. Au siècle suivant, la famille d'Harambure succède aux Bazin."

"« Le beau manoir du Champ-Versan s’élève au centre d’un terroir remarquablement plan du plateau augeron d’où s’échappent de tous côtés les ruisseaux qui gagnent la Dives et la Touques. Il se situe à quelques kilomètres du bourg de Bonnebosq, logé à la confluence de quatre ou cinq profonds vallons. La cour et les dépendances étaient autrefois entourées de douves dont le tracé est encore visible...
« La construction du manoir remonte à la première moitié du XVIIe siècle. Le domaine du Champ-Versan était dans la mouvance de Camp Bénard dont le plus ancien seigneur connu fut Regnault des Hesbert au XVIe siècle (Jacques HENRY, PA 33, N° 5, mai 1983.). Il revint au XVIIIe siècle, à la famille Bazin (citée dans plusieurs documents entre 1733 et 1786), dont Jacques-Pierre Bazin, conseiller du roi en l’élection de Caen, puis il passa puis passa comme Camp Bénard au baron d’Harambure qui émigra sous la Révolution. Au XIXe siècle, il a appartenu aux La Rochefoucault.
« La famille Letrésor qui l’a acquis en 1893, y est maintenant établie depuis cinq générations. Depuis 1977, M. et Mme Marcel Letrésor ont beaucoup oeuvré pour la restauration de leur beau manoir, " (societehistoriquedelisieux.fr)

Chambres d'hôtes. Visite pour les groupes sur RDV
02 31 65 11 07

"Dans une cour de ferme qui a gardé son caractère typique de la construction à pans de bois. Visite extérieure guidée sur l'architecture rurale en Pays d'Auge (manoir du 16e siècle, boulangerie, charreterie, bergerie, lavoir, bouillerie...). " (calvados-tourisme.com)

Tour à tour, vous découvrirez le manoir du XVIème siècle, la boulangerie, la charreterie, la bergerie, le lavoir, la bouillerie. (beuvroncambremer.com)

Au nord, sur D16, direction Valsemé (49°13'36.7"N 0°05'59.4"E)


Sur Google Street View


Sur calvados-tourisme.com

 

Camp Bénard

Au nord-est de Bonnebosq

"1759 28 novembre Messire Jean Baptiste Jacques Bazin, escuyer, seigneur de Cambenard, conseiller du Roy, maître des comptes en la cour des comptes, aides et finances de Normandie, présent en son chasteau du Cambenard sis à Bonnebosc" (societehistoriquedelisieux.fr)

 

Gite : La Vie de Cocagne :
http://www.viedecocagne-normandie.com/

 

Haras du Camp Bénard

Camp-Bénard: haras, bâtiments brique et pierre XVIIe siècle. (societehistoriquedelisieux.fr)

Par le Chemin de la Maladrerie (49°12'49.4"N 0°06'38.5"E)


Sur Google Street View

 

Manoir du Lieu-du-Vieux

Plutôt une ferme...

Sur D146B (49°12'57.7"N 0°04'07.4"E) Invisible


Sur Google Street View

 

Notes de la Société Historique de Lisieux :

(societehistoriquedelisieux.fr)

"La place centrale abritait autrefois le cimetière tout autour d’une église...
C’est un amusant village en arc de cercle où les maisons en brique ou en colombage semblent se blottir craintivement les unes contre les autres. Tout près de l’église, leur arrière en encorbellement essenté d’ardoise domine la Dorette...
La route qui remonte vers le nord et vers les carrefours aux noms évocateurs de Fosse-aux-Anglais et de Petit-Malheur, dessert à main droite un joli lavoir, et à main gauche l’ancien manoir sur sa motte. Comme à Auvillars, il s’agit d’une moated site tardive, plus rurale que stratégique ; elle se repère au-delà du chevet de l’église par le formidable tilleul planté en son centre...

Comme en beaucoup d’autre lieux, la « nationalisation » de la Justice, de l’enseignement, le développement de la notion d’administration, l’introduction de nouveaux moyens de communication, transformèrent ces modestes villages de l’Ancien Régime, particulièrement lorsqu’ils eurent la chance d’être élevés au rang de chef-lieu-de-canton – ce qui fut le cas de CAMBREMER et pour un temps de BONNEBOSQ – en petites capitales administratives. C’est de cette promotion que vint pour une bonne part leur expansion territoriale et la construction de maisons ou d’édifices publics appropriés.
Le cas de Bonnebosq est parfaitement symptomatique. Grâce aux chronogrammes que l’on peut relever sur quelques façades – 1794 sur l’auberge, 1802 et 1809 sur deux maisons de pierre – l’on constate que pendant le court laps de temps où cette commune conserva le titre de chef-lieu, des constructions d’une importance significative s’y élevèrent, dont certaines sont d’une qualité et d’une recherche architecturale indéniables.

Manoir de la Commanderie : rue de Lisieux (49°12'09.1"N 0°05'01.4"E)
DETERVILLE Philippe, Charme discret des Manoirs du Pays d’Auge pp. 261-262,

Manoir du Lieu-du-Vieux :
DETERVILLE Philippe, Charme discret des Manoirs du Pays d’Auge pp. 263-265;

 

 

Liens :

 

http://www.societehistoriquedelisieux.fr/?p=5745