Blonville-sur-Mer

 

 

Au temps d'Arcisse de Caumont :

L'église de Blonville s'élève sur le sommet d'un coteau et domine une charmante vallée. La vue dont on jouit de l'intérieur du clocher est délicieuse : au nord-ouest apparaît la mer ; au nord se dresse le cap de la Hève ; au nord-est, de l'autre côté de la vallée, s'élève la falaise de Bénerville, qui s'avance dans la mer et dérobe Trouville aux regards." (A de Caumont 4-54)

Blonville-Terre et Blonville-Mer :

"Autrefois le cœur de la commune était en campagne, notamment aux Forges où se trouve l'ancienne mairie.
- Les Forges de Blonville sur la D27 en direction de la Croix d'Heuland

Avec l'arrivée du tourisme aristocratique et de la Belle Époque, Blonville s'est développée principalement en bord de mer. La mairie a été transférée dans le nouveau bourg en 1935. L'école a suivi par la suite."

 

Eglise Notre-Dame-de-la-Visitation

XIe, XIIIe siècles, wikipedia

Elle se trouve à trois kilomètres du centre actuel, à Blonville-Terre. Ses vantaux du XVIe siècle sont classés à titre d'objets aux Monuments historiques. C'est à cet endroit que se situe le cimetière de Blonville.

"Cette église, construite dans de grandes proportions, présente différents styles.
La nef appartient à la dernière période ogivale. Au centre du portail occidental, s'ouvre une belle porte, dont les voussures sont garnies de feuilles de chou frisé et décorées de deux niches privées de leurs statues. La baie, en forme d'anse de panier, est surmontée d'une ogive en accolade, autrefois couronnée d'une statue placée sous un dais. Au-dessous de l'accolade est un écusson effacé. Les ventaux de la porte sont formés, dans le bas, de panneaux plissés, et ornés, dans la partie supérieure, de dessins flamboyants, parmi lesquels on distingue trois écussons.
La porte est précédée d'un porche en bois. A droite est une large fenêtre cintrée, divisée par un seul meneau qui se bifurque dans le haut. Le gable est percé d'une petite ouverture cintrée, trilobée.
a nef est éclairée par six fenêtres ogivales, sans meneau, dont quatre ornées de moulures prismatiques. Les murs sont flanqués de contreforts saillants, reliés par un cordon.
Le choeur remonte à la fin du XIe. siècle ou au commencement du XIIe. Il est terminé par un chevet droit, percé autrefois d'une fenêtre à plein-cintre, romane, dont on voit encore les traces."
Les murs latéraux sont soutenus par des contreforts plats et terminés, dans la partie supérieure, par une corniche ornée d'arcatures et de modillons. On voit, du côté du midi, une porte à plein-cintre, accompagnée de deux colonnettes dont les chapiteaux sont ornés de feuilles galbées.
Le choeur est éclairé, au nord, par une fenêtre cintrée, romane, et par une fenêtre à arc surbaissé, datant du siècle dernier ; au midi, par deux fenêtres à arc surbaissé.
Une tour carrée massive, flanquée, sur chaque face, de contreforts plats, s'élève, au midi, entre choeur et nef. Cette tour, qui appartient au style de transition, présente deux étages : le premier est percé de fenêtres étroites en forme de lancette ; le second étage est décoré d'arcatures à plein-cintre reposant sur des colonnettes dont les fûts ont été coupés du côté sud. La voûte est en pierre, avec arceaux croisés (refaits au XVIe siècle), dont les extrémités portent sur des têtes grimaçantes qui, seules, ont été conservées. La pyramide en ardoise qui couronne la tour date de la même époque que la nef. Elle est décorée de petites lucarnes, sur les angles...
La croix en pierre du cimetière date du XVIIIe. siècle."(A de Caumont 4-55)

Sur D118A (49°18'53.3"N 0°02'12.1"E)

En arrivant par Blonville-Mer, par le nord :

Blonville : Eglise Notre-Dame-de-la-Visitation

Blonville : Eglise Notre-Dame-de-la-Visitation

Blonville : Eglise Notre-Dame-de-la-Visitation

Blonville : Eglise Notre-Dame-de-la-Visitation

Blonville : Eglise Notre-Dame-de-la-Visitation

 

Chapelle Notre-Dame-de-l'Assomption

1954, wikipedia

"Elle a été bâtie en 1954 pour répondre à la demande des Blonvillais vivant désormais en bord de mer pour la grande majorité d'entre eux. À l'époque, l'église Saint-Christophe de Benerville-sur-Mer étant plus proche que celle de Blonville-Terre, le culte à Blonville était déserté. C'est alors que le prêtre de l'époque créa une association pour récolter des fonds dans le but de construire une chapelle. Ce fut sur un terrain donné par des bienfaiteurs, rue Pasteur. La charpente de la chapelle était à l'origine celle d'un hangar démonté par la suite. Mais on remarque surtout ses fresques réalisées par Jean-Denis Maillard dans les années 1960." (wikipedia)

Rue Pasteur (49°20'17.1"N 0°01'40.4"E)

Blonville-sur-Mer - Chapelle Notre-Dame-de-l'Assomption

 

Fresques de la Chapelle

Blonville-benerville-tourgeville.fr - Fresques de la Chapelle Notre Dame de l’Assomption
"... Le peintre Jean-Denis Maillart et le chanoine Duvieu qui le guida en furent les heureux artisans. Ces fresques peintes sur le ciment des murs entre 1960 et 1962...

Visites libres du lundi au vendredi de 10h à 12h, le samedi de 10h à 18h.


Sur Aufildesjours.sosblog.fr

 

Le seigneur de Blonville

"Le seigneur de Blonville était tenu de porter les gants du Roi, depuis le pont de Touques jusqu'au bac de Varaville." (A de Caumont 4-57)

"La première mention de Blonville se trouve dans le cartulaire de l'abbaye de la Trinité de Caen en 1190 ; il y est fait mention « d'un don de 50 sols » à un personnage nommé Robert de Blunvilla. L'étymologie du nom laisse supposer une fondation romaine, une villa (exploitation agricole) portant le nom de son propriétaire. Pourtant aucun vestige ne vient appuyer cette supposition. Seule certitude, Blonville se situe idéalement sur la route qui relie l'important château de Bonneville-surTouques au port de Dives et à Caen, par la chaussée de Varaville. Le seigneur de Blonville, Hubert de Canisy, participa à la conquête de l'Angleterre en 1066 aux côtés du duc Guillaume, mais il ne semble pas avoir fait souche outre Manche. Bien plus tard, on retrouve des seigneurs de Blonville qui avaient le rare privilège de porter les gants du roi entre Touques et Varaville." (www.lepaysdauge.org)

"Culminant à cent-douze mètres, le mont Canisy a donné son nom au fief constitué de quatre paroisses : Bénerville, Deauville, Saint-Arnoult et Tourgeville. Son seigneur avait pour suzerain le Vicomte d'Auge et avait, en plus des paroissiens, des vassaux nobles titulaires de petits fiefs...
Le premier détenteur connu du fief est Hubert de Mont-Canisy qui a participé à l'expédition de 1066 aux côtés de Guillaume le Conquérant. Au début du XIVè siècle, le fief passe aux mains des Récussons, une des plus anciennes familles de Normandie, qui le gardent jusqu'au milieu du XVIè. La dernière héritière Suzanne de Vippart l'apporte en dot à Louis de Madaillan, duc de Lespares et de Montataire dont elle fut la première épouse..."
(sites.google.com/site/adosdeauville)

 

Villas et rues de Blonville dans le passé :

- Voir la page de J.Y. Merienne

 

 

Liens :

 

Blonville-benerville-tourgeville.fr - Office de Tourisme : A voir