Vauville

 

 

Dénommé "VAUVILLE-LA-HAUTE" par Arcisse de Caumont :
"Vauville n'a pas toujours été ce qu'on la voit aujourd'hui : pauvre commune de 250 habitants. Elle en comptait autrefois 500, et ses marchés, abondamment fournis de grains et de bestiaux, attiraient les chalands des communes voisines. En plusieurs endroits de son territoire, il suffit de creuser la terre pour reconnaître que de gras pâturages se sont formés là où se voyaient, dans un autre temps, de nombreuses habitations. En perdant sa population, la riche commune a aussi perdu sa splendeur : son église délabrée ne voit célébrer l'office divin qu'à de rares intervalles; les lichens verdissent ses murailles et les oiseaux de nuit font leur nid sur ses autels abandonnés.

Ne pas confondre avec Vauville dans la Manche (wikipedia)

 

Eglise

XIIe siècle, en partie médiévale
retable XVIIe avec toile représentant la descente de la croix. Christ XVIIe. Fonts baptismaux cylindriques en pierres.

"Les modillonsde la corniche qui règne au pourtour, l'appareil en arête que l'on retrouve dans ses murailles, peuvent en faire remonter la date vers le XIIe. siècle ; mais le style grossier de sa construction et les transformations mal entendues qu'elle a subies en font un édifice peu intéressant. Son clocher, cependant, ne manque pas d'une certaine originalité : une masse rectangulaire de maçonnerie en pierre est couronnée, à sa partie supérieure, par des consoles qui supportent des poutres formant encorbellement sur le pourtour et servant de base à une sorte de pyramide couverte en bardeau.

Eglise de Vauville

 

Manoir de la Haulle

Portail du XVIIe siècle

Vauville : Portail du Manoir de la Haulle

 

Manoir du Foyer

XVIe, XVIIe siècle.

Au nord-est, par D27 (49°19'00.5"N 0°03'43.9"E) Invisible


Sur J.Y. Merienne

 

Château de Vauville (Château du Quesnay)

XVIe siècle.

"Le château de Vauville, appelé aussi château du Quesnay, a perdu en grande partie son ancien caractère. Ses ponts-levis ont disparu ; ses douves ont été comblées ; les meneaux en pierre de ses fenêtres ont été supprimés, ainsi que les frontons et les volutes qui décoraient celles de l'étage supérieur. Cependant les pavillons dont il est flanqué, ses toits pointus, la teinte grise de ses pierres, lui laissent encore un reste d'aspect féodal. A l'intérieur, on voit aux plafonds quelques poutres peintes, ornées de rinceaux et d'arabesques, qui accusent la seconde moitié du XVIe. siècle. C'est la date que l'on peut assigner au château...
M. Boistard de Prémagny de Glanville, membre de finstitut des provinces, aujourd'hui propriétaire du château et de la chapelle, se propose de restituer à l'un et à l'autre l'aspect qu'ils avaient autrefois. Notre savant ami, homme de beaucoup de goût, a fait dessiner un beau parc autour de cette habitation seigneuriale." (A de Caumont 4-59)

 

 

Liens :