Versainville

 

 

Eglise Saint-Pierre

XVe, XIXe siècles. Sur Base Mérimée

"L'église de Versainville est peu intéressante. Le choeur appartient au style ogival de la dernière époque (XVe. siècle). La tour, terminée en bàtière, doit être à peu près du même temps, au moins dans sa partie inférieure : elle occupe le centre de l'édifice.
La nef a été reconstruite sous la restauration, il y a 34 ans.
J'ai vu dans le choeur plusieurs pierres tombales portant des inscriptions : une de ces tombes est celle de François de Marguerit, mort dans le siècle dernier, président en la Cour des aides et finances de Normandie ; une autre, celle de sa femme; une troisième, celle de sa fille, dame de St.-Germain." (A de Caumont 2-446)

Au nord du château. Sur D248 (48°55'00.3"N 0°10'47.1"W)

Versainville : Eglise Saint-Pierre

Versainville : Eglise Saint-Pierre

Versainville : Eglise Saint-Pierre - Versainville : Eglise Saint-Pierre

Versainville : Eglise Saint-Pierre

Versainville : Eglise Saint-Pierre

Versainville : Eglise Saint-Pierre

 

Presybytère

XVIIIe siècle. Sur Base Mérimée

Derrière l'église.


Sur Google Street View


Sur Base Mérimée

 

Château de Versainville


Site classé

XVIIIe siècle. MH, wikipedia. Sur Base Mérimée
"Château construit avant 1731 pour François Joseph de Marguerit. Le projet initial comprenait, au sud, une aile et un pavillon symétriques à ceux du nord. L'aile sud sera construite seulement en 1912. Lucarnes 2ème moitié du XIXe siècle (entre 1850 et 1899)

"Le château de Versainville, quoique inachevé, est une des belles habitations du siècle dernier que nous offre le département ; le parc a été conservé tel qu'il était, à l'exception de quelques plantations d'arbres verts faites derrière le château. Ce parc, avec ses grandes allées droites, ses murs, ses fossés remplaçant les murs partout où la vue devait être ménagée et ne rencontrer aucun obstacle, offre un type qui peut servir de point de comparaison entre le goût des riches seigneurs du siècle dernier et celui qui a prévalu au XIXe. siècle.
Je donne, d'après le dessin de M. Victor Petit, la façade du château de Versainville." (A de Caumont 2-446)

"Le centre du château est orné de quatre colonnes doriques et de deux statues représentant Vénus et Junon. Une galerie relie le pavillon central à un pavillon élevé à gauche. Une pareille galerie et un autre pavillon devaient s'élever à droite ; les fondations existent, mais la construction n'a pas été continuée.
Le château, d'ailleurs, n'est pas occupé. Le propriétaire, M. de Marguerit, habite Rouen; il y vient seulement chaque année passer quelques jours ; les lambris sont délabrés, et hormis le salon et quelques appartements, l'intérieur est dans un état fort triste. Cependant depuis 1815 que M, le marquis de Marguerit nous y a reçu (1), je n'y ai pas constaté de détérioration importante ; les murs sont excellents, les toitures bien entretenues. L'intérieur pourra se rétablir si, comme on le croit, les neveux de M. le marquis de Marguerit se décident un jour à l'habiter.
On entre dans la cour d'honneur par une grille en fer ; des grandes aliées du parc, on domine sur Falaise et sur un assez vaste horizon. Le parc contient environ 16 hectares." (A de Caumont 2-448)

Au sud, en direction de Falaise (48°54'49.9"N 0°10'49.2"W)

Château de Versainville

Château de Versainville

Château de Versainville

Château de Versainville

 


Château et Parc de Versainville
(DREAL Basse-Normandie)

 

Manoir des Marguerit

XVIe au XIXe siècle. Sur Base Mérimée
"Ancien manoir des Marguerit, seigneurs hauts justiciers, construit au XVIe siècle avec plaiderie et prison (vestiges : porte et lucarne). Remplacé par des bâtiments de ferme au XVIIIe et XIXe siècles."

"A gauche du château se trouvent de vastes jardins potagers, puis un petit vallon et des sources d'eau limpide qui alimentent deux étangs. En franchissant le vallon on se trouve dans l'ancien château occupé par le fermier ; on y voit une porte du dernier style ogival surmontée d'une accolade et d'un pédicule à panache et à crochets d'une délicatesse remarquable. Elle est timbrée de l'écusson des Marguerit qui est de gueules aux trois marguerites d'or 2 et 1. Une des salles de la ferme se nomme la Plaiderie, une autre la Prison. Il y avait, en effet, une haute justice à Versainville, et nous avons vu par les inscriptions tumulaires de l'église que les seigneurs de Versainville prenaient le titre de Hauts-Justiciers.
Cette partie de l'ancien château me paraît du XVIe. siècle ; on sait d'ailleurs que le domaine de Versainville est depuis longtemps une propriété de la famille de Marguerit." (A de Caumont 2-448)

Au sud de l'église, à droite du presbytère (48°54'57.8"N 0°10'49.3"W) Invisible


Sur Base Mérimée

 

Moulin d'Eraines

XVIe, XVIIIe siècles. Sur Base Mérimée

Près d'Eraines (48°54'43.5"N 0°09'27.2"W)


Sur Google Street View


Sur Base Mérimée

 

Ferme le Bourg Neuf

XVIIe siècle. Sur Base Mérimée

(48°54'55.4"N 0°10'21.1"W)


Sur Google Street View

 

Ferme de la Louterie

XVIIIe, XIXe siècle. Sur Base Mérimée
"Ferme élevée au XVIIIe siècle ; un deuxième logis a été construit en 1858"

Au nord, sur D88 (48°55'46.7"N 0°10'33.6"W)


Sur Google Street View


Sur Base Mérimée

 

Chevaux

 

Voir aussi :

- Maison près de l'église (XVIIIe siècle. Sur Base Mérimée)

(48°54'59.7"N 0°10'46.2"W) Visible

 

- Maison lieu-dit Le Bout-de-Haut (XVIIIe siècle. Sur Base Mérimée)

(48°54'58.1"N 0°10'56.9"W) Visible.

 

- Maisons et fermes de Versainville sur Base Mérimée

 

 

Liens :