Montfiquet

 

 

Campagne sur D122 :

Au Ruisseau de la Commune : 49°10'40.8"N 0°52'14.9"W

Montfiquet

 

Forêt de Cerisy

"La plus grande partie du territoire communal est couverte par la forêt de Cerisy." (wikipedia)

"Montfiquet borde la forêt de Cerisy, qui appartient en grande partie au territoire de cette commune. " (A de Caumont 3-314)

"Au moyen-âge, la forêt de Cerisy est souvent désignée sous la dénomination de forêt de Balleroy. On la divisait anciennement en quatorze buissons, au nombre desquels figuraient les bois du Tronquay et du Vernay." (A de Caumont 3-352)

Effectivement, entre Cerisy-la-Forêt, à l'ouest, et Balleroy, à l'est, Montfiquet occupe un petit carré de terrain au sud.

Voir aussi : carrefour de l'Embranchement, arboretum.


Sur Google Maps


Sur Cartocassini.free.fr

 

Eglise Saint-Thomas-de-Cantorbéry

XIIe siècle.

Thomas Becket, dit saint Thomas de Canterbery (wikipedia) - 1120-1170 - fut archevêque de Cantorbéry de 1162 à 1170. Il engagea un conflit avec le roi Henri II d'Angleterre sur les droits et privilèges de l'Église. Il sera finalement assassiné par des partisans du roi. Il fut canonisé en 1173 dans la cathédrale de Cantorbéry, devenue lieu de pèlerinage.

"L'église est peu considérable, elle offre un parallélipipède rectangulaire, et appartient au style roman de transition. Le choeur est voûté en pierre, et les arceaux qui le consolident reposent sur des colonnes engagées à chapiteaux romans du XIIe. siècle...
La porte principale se trouve au Nord ; elle offre une ogive de transition. Plusieurs des fenêtres ont été refaites ; il en reste pourtant de primitives : ce sont de petites ouvertures cintrées très évasées à l'intérieur, ouvertures que nous avons déjà signalées souvent et qui ont été fort communes dans nos églises rurales des XIe. et XIIe. siècles.
Le mur occidental a été refait et est peu ancien. Une sacristie moderne est placée au chevet. Des corbeaux de transition se voient sous la corniche.
La tour, entre choeur et nef et très peu considérable, est en charpente couverte d'ardoise; elle a remplacé, il y a quelques années, un petit porte-cloche à deux baies dont la base sert encore, d'un côté, de support à la petite tour actuelle.
On voit un if dans le cimetière." (A de Caumont 3-314)

En direction de Litteau : 49°10'04.9"N 0°53'38.2"W

Montfiquet : Eglise Saint-Thomas-de-Cantorbéry

Montfiquet : Eglise Saint-Thomas-de-Cantorbéry

Montfiquet : Eglise Saint-Thomas-de-Cantorbéry

Montfiquet : Eglise Saint-Thomas-de-Cantorbéry

Montfiquet : If de l'Eglise Saint-Thomas-de-Cantorbéry

 

A côté de l'église. Presbytère ?

Montfiquet

 

Mairie-Ecole

XIXe siècle.

: 49°10'19.5"N 0°53'06.6"W


Sur Google Street View

 

Châteaux

"La motte du château des premiers seigneurs de Montfiquet se voit auprès de l'église, sur l'éminence formée par la jonction de deux petites vallées. On a bâti le presbytère au milieu de l'enceinte.
Nous trouvons indiquée sur Cassini sous le nom de château de Montfiquet, une ancienne ferme que nous avons regardée, M. Bouet et moi, comme ayant dû être plus tard le manoir seigneurial : ce sont des bâtiments disposés en carré autour d'une cour, sur le côté droit du ruisseau qui va se jeter dans la Seulle (Drôme) vers Balleroy et qui coule à l'Est de l'église.
Un étang considérable marqué sur Cassini est formé par un barrage établi à travers la vallée et qui forme une chaussée par laquelle on accède à la ferme.
Je n'ai pas eu le temps de faire des recherches sur les possesseurs de cette maison seigneuriale, mais elle mérite d'être signalée.
Robert de Montfiquet accompagnait le duc Guillaume à la conquête de l'Angleterre en 1066. La seigneurie a continué d'appartenir à cette famille jusqu'au milieu du XVIe. siècle ; mais, au XVIIe., elle passa à la famille de Roncherolles, qui l'a possédée jusqu'en 1809"
(A de Caumont 3-314)

Peut-être au dessus de l'église, au sud ? Mais c'est sur la commune de Litteau.

"Tout près de l'église s'élève aujourd'hui un très joli petit château moderne construit, il y a quelques années, par M. Daigremont : son beau-frère, M. l'ingénieur en chef de La Rue, en avait, dit-on, donné le plan. Des plantations très bien disposées dans le genre anglais entourent, sur le penchant du coteau, cette petite fabrique, en regard de laquelle un ruisseau et une pièce d'eau animent le paysage. M. Daigremont vient de se fixer à Paris et il a vendu ce joli château à M. d'Auxais, de Valognes, qui l'habite une partie de l'année."

 

 

Liens :