Saint-Martin-aux-Chartrains

 

 

St.-Martin-aux-Chartrains, Sanctus Martinus ad Carnotenses.
Cette paroisse tire son surnom de ce que la cathédrale de Chartres en avait le patronage. (A de Caumont 4-271)

 

Roncheville

Sur la D58, en direction de Saint-Etienne-la-Thillaye (49°18'11.4"N 0°08'44.7"E)

"Roncheville, Ronchevilla, Runtiavilla, Rocheville-la-Bertrand.
L'église de Roncheville, qui a été démolie, était sous l'invocation de saint Nicolas ; elle faisait partie du doyenné de Beaumont.
La commune a été supprimée et réunie, par ordonnance du 1er. juin 1828, à la commune de St.-Martin-aux-Chartrains...
Il y avait à Roncheville, dans une prairie désignée sous le nom de clos Bertrand, dit M. La Hutte, dans son Essai historique sur Honfleur et l'arrondissement de Pont-l'Evêque, un château, dont la fondation remontait à une époque fort éloignée ; quoiqu'il n'existe plus aujourd'hui aucune trace de ce château, la tradition doit être fondée. En effet, Roncheville, une des plus petites localités de l'ancienne sergenterie de Beaumont-en-Auge, eut cependant une grande importance au point de vue féodal ; elle porta le titre de baronnie, puis de comté. Elle est encore appelée burgus, dans un aveu du XVIe. siècle.
La famille le plus anciennement en possession de ce fief est la famille Bertran, vieille souche normande que l'on peut faire remonter, sans interruption dans la filiation, jusqu'à Auslec, seigneur de Briquebec, qui vivait en 938..." (A de Caumont 4-231)

"On sait combien l'invasion anglaise amena de perturbations dans les tenures féodales de la Normandie. Les barons du pays, qui avaient, jusqu'au bout, résisté à l'envahisseur, furent dépossédés de leurs terres, que le vainqueur donna à des courtisans ou à des capitaines d'aventuriers, destinés à maintenir le pays dans la dépendance du nouveau souverain. C'est ainsi que, le 12 juillet 1421, le roi Henri V fit don à Raoul-le-Sage, chevalier, son conseiller, et à ses hoirs mâles, de la terre et seigneurie de Roncheville, avec tous ses fiefs nobles, leurs appartenances et dépendances, occupée autrefois par le fils et héritier du seigneur de la Roche-Guyon et de sa mère...
Après que Charles VII eut reconquis la Normandie, les anciens seigneurs dépossédés rentrèrent dans leurs droits. Le sire de la Roche-Guyon reprit sa terre de Roncheville..." (A de Caumont 4-232)

Un document très instruction de Alain Defressigne, maire de la commune (ouest-france.fr) sur l'importance de Roncheville dans le passé


Alain Defressigne - avril 2014
De Roncheville à Saint-Martin aux Chartrains

"Roncheville, au début du XIème siècle était l’une des paroisses les plus importantes de la prévôté de Normandie...
...Le 21 septembre 1014, Richard II le Bon, duc de Normandie (996–1026), arrière-petit-fils de Rollon et arrière-grand-père de Guillaume le Conquérant, fait une importante donation à la cathédrale de Chartres, pour faire pardonner, dit-on, l’incendie de la cathédrale en 962 par son père Richard Ier de Normandie, dit Richard Sans-Peur...
... Nous savons que Roncheville tire sa prospérité notamment de la navigabilité de la Touques.
Privée de la navigabilité de la Touques, Roncheville ne tarda pas à décliner pour pratiquement disparaitre physiquement, n’ y subsistant que quelques vestiges rappelant sa puissance d’ autrefois, la motte féodale et le calvaire toujours visible aujourd’hui près du site où était édifiée l’église Saint-Nicolas."

 

Eglise Saint-Martin

XIIe, XIIIe siècles.
"aurait été construite par le chapitre de la cathédrale de Chartres qui avait possession des paroisses à l’entour par un don de Richard II le Bon, duc de Normandie, fait le 21 septembre 1014.
L’église a été construite et remaniée sur plusieurs époques. Elle possède un chœur roman du XIIe siècle. La voûte du chœur en pierre est du XIIIe siècle.
En 2014 des travaux importants de restauration des fondations, des façades et des couvertures et ont été effectués. Le pignon ouest a été remanié. On a déposé le porche moderne de l’entrée ouest.
Le côté sud, au niveau du chœur, présente une belle porte romane murée. À l’intérieur, une charité de Saint-Martin en pierre polychrome représentant le saint coupant son manteau pour le partager avec un mendiant. Elle était primitivement située à l’extérieur." (wikipedia)

"L'église est intéressante.
Le choeur est roman, du XIIe. siècle. Le chevet était éclairé par une fenêtre cintrée, avec archivolte ornée de zigzags et portée sur colonnettes. Une autre fenêtre romane, mais sans colonnes, se montre dans le côté nord du choeur.
Du côté du sud, le sanctuaire est éclairé par une fenêtre, vraisemblablement de la première moitié du XIIIe. siècle, et qui est très certainement une imitation des fenêtres du clèvestory de la nef de Chartres : ce sont deux ouvertures subtrilobées, séparées par un meneau et surmontées d'une rose ; le tout encadré dans un cintre.
Une porte romane dont l'archivolte est ornée de zigzags donne accès au choeur, du même côté ; l'entablement est porté sur des modillons très volumineux....
La nef, composée de quatre travées, n'a que des voûtes en bois; elle a été retouchée ou refaite en partie au XIIIe. siècle; la dernière travée, près du choeur, est éclairée, au nord et au sud, par des lancettes géminées réunies sous une arcade.
Des fenêtres, du XVIe. siècle, à deux baies ont été ouvertes au sud dans deux autres travées, et dans une autre on voit une fenêtre carrée." (A de Caumont 4-272)

 

Eglise de Saint-Martin-aux-Chartrains

Eglise de Saint-Martin-aux-Chartrains

Eglise de Saint-Martin-aux-Chartrains - Eglise de Saint-Martin-aux-Chartrains

Eglise de Saint-Martin-aux-Chartrains

Eglise de Saint-Martin-aux-Chartrains

Eglise de Saint-Martin-aux-Chartrains

 

Presbytère

Saint-Martin-aux-Chartrains : Presbytère

 

Château de Tout-la-Ville

XVIIe, XIXe siècle.
"La partie arrière de l'édifice date du XVIIe siècle, c'était un manoir. Il est devenu château au milieu du XIXe." (ouest-france.fr)

"Le petit château seigneurial de St.-Martin est situé à environ 500 mètres à l'est de l'église : c'est un pavillon bâti en briques et en silex qui peut remonter au règne de Louis XIV. Il appartient à la veuve de M. de Saint- Martin." (A de Caumont 4-273)

Propriété de la famille De Pellegars-de-Malhortie quand j'étais facteur en 1980 :)
"Zénaïde de Pellegars-Colvé, née en novembre 1806, descendait de la branche des Pellegars qui avait ajouté à son patronyme le nom d'une terre occupée autrefois à Saint-Martin-aux-Chartrains par les Eudes qui venaient de leur apporter en héritage (en 1812) le château de Drumare à Surville, aux environs, de Pont-l'Évêque" (amis-flaubert-maupassant.fr)

Par le bas, sur D58 :

Par le haut, chemin de l'église :

Saint-Martin-aux-Chartrains : Château de Tout-la-Ville

Saint-Martin-aux-Chartrains : Château de Tout-la-Ville

Saint-Martin-aux-Chartrains : Château de Tout-la-Ville

Saint-Martin-aux-Chartrains : Château de Tout-la-Ville

Saint-Martin-aux-Chartrains : Château de Tout-la-Ville

 

 

Château de Roncheville :

"Il y avait à Roncheville, dans une prairie désignée sous le nom de clos Bertrand, dit M. La Hutte, dans son Essai historique sur Honfleur et l'arrondissement dePont-ÏÉvêque, un château, dont la fondation remontait à une époque fort éloignée ; quoiqu'il n'existe plus aujourd'hui aucune trace de ce château, la tradition doit être fondée. En effet, Roncheville, une des plus petites localités de l'ancienne sergenterie de Beaumont-en-Auge, eut cependant une grande importance au point de vue féodal ; elle porta le titre de baronnie, puis de comté. Elle est encore appelée burgus, dans un aveu du XVIe. siècle.
La famille le plus anciennement en possession de ce fief est la famille Bertran, vieille souche normande que l'on peut faire remonter, sans interruption dans la filiation, jusqu'à Auslec, seigneur de Briquebec, qui vivait en 938...." (A de Caumont 4-231)

 

 

Liens :

 

Site officiel :
http://www.smac14.fr/