Saint-Lô

 

 

"La cité est née sous le nom de Briovère sur un éperon rocheux en schiste appartenant au massif armoricain, dans le Cotentin, entre les confluents de la Vire — que le centre-ville domine — avec la Dollée et le Torteron, deux rivières canalisées dans leur partie urbaine. Ce cœur historique de la ville est devenu L'Enclos, un site bien adapté à la défense passive."

"La paroisse est dédiée à Laud de Coutances, évêque de Coutances au VIe siècle."

"Occupée par la tribu gauloise des Unelles du Cotentin, Briovère fut conquise par les Romains dirigés par Quintus Titurius Sabinus en -56, après la défaite de leur chef Viridorix au mont Castre"

"Les Bretons dirigés par le roi Salomon, commencèrent à occuper la côte ouest du Cotentin à partir de 836...
En 889, les Vikings remontent la Vire et assiègent Saint-Lô. Protégée par des remparts solides construits un siècle auparavant par Charlemagne, la ville ne se rend pas. Les assaillants coupent alors l'approvisionnement en eau, ayant pour conséquence la reddition des habitants. Les Vikings massacrent les habitants, dont l'évêque de Coutances, puis rasent la ville.

 

"Pendant la Libération, Saint-Lô a subi deux attaques lors de la bataille de Normandie. La première est le bombardement de la ville par les Américains dans la nuit 6 au 7 juin 1944. La deuxième est le combat pour la libération de Saint-Lô le 17 juillet, au cours de la bataille de Saint-Lô. La ville fut cette fois-ci bombardée par les Allemands qui maintenaient leur position au sud...
Détruite en quasi-totalité (97 %), Saint-Lô reçut le surnom peu enviable de Capitale des ruines, expression attribuée à Mgr Bernard Jacqueline."

 

Eglise Notre-Dame

XIIIe siècle. MH. Wikipedia

Dans le centre : 49°06'55.4"N 1°05'38.9"W

Saint-Lô : Eglise Notre-Dame

Saint-Lô : Eglise Notre-Dame

 

Eglise abbatiale Sainte-Croix

XIIIe siècle. Wikipedia

A l'est. Sur D900 : 49°06'58.8"N 1°05'06.9"W

Saint-Lô : Eglise abbatiale Sainte-Croix

 

Chapelle de la Madeleine

XIVe siècle. MH. Wikipedia

située juste à côté du haras national, sur la route de Bayeux. Elle est le vestige d'une ancienne léproserie du XIVe siècle.

A l'est. Par D900 : 49°07'02.2"N 1°03'39.9"W

 

Autres édifices catholiques

La paroisse de Saint-Lô comptent d'autres édifices catholiques :

- Eglise Saint Jean-Eudes situé au Val Saint-Jean
- Chapelle de l'hôpital Mémorial
- Chapelle de la clinique Saint Jean
- Chapelle de l'hôpital psychiatrique du Bon-Sauveur
- Chapelle Jean XXIII dans le quartier de la Dollée

 

Remparts de Saint-Lô

XVIe siècle ? MH. Wikipedia. Wikimanche

"Des remparts subsistent sur trois des quatre côtés de l'Enclos. Côté sud, le désastre de 1944 a eu l'effet paradoxal d'en dégager la base où avaient poussé des maisons, rue du Torteron. La tour des Beaux-Regards, qui offre un panorama sur la Vire au sud-ouest et la tour de la Poudrière, impressionnant vestige militaire, sont les deux éléments les plus remarquables des remparts." (wikipedia)

"Une citadelle est édifiée en 1574 par Jacques II de Matignon, dont il reste la tour des Beaux-Regards et la tour de la Poudrière"

"En 1811, Napoléon s'arrête à Saint-Lô, mais son carrosse trop large, ne peut franchir la porte du Neufbourg flanquée de ses deux tours" (Wikimanche)

 

Poterne

XVIe siècle ? MH. Sur Base Mérimée

 

Château de Saint-Lô

Wikimanche

"On reporte l'origine du château au temps de Charlemagne, qui dût y faire construire un château-fort ou « castrum », afin d'opposer une résistance sérieuse aux invasions des pirates Danois et autres barbares venus du Nord. "

"D'après Piganiol de la Force et Toustain de Billy, ce furent Robert Ier (1025-1048), ou plutôt Geoffroy de Montbray (1049-1094), évêques de Coutances, qui firent construire un nouveau château-fort à Saint-Lô. Cependant la plus grande partie des historiens reporte cet honneur à Henri, l'un des fils de Guillaume le Conquérant. Ceux-ci précisent même la date de 1090 pour cette réédification, qui plus exactement doit être celle de 1096"

 

Haras National de Saint-Lô

XIXe siècle (1890). MH. Wikipedia

"En 1806, Napoléon Ier dote Saint-Lô d'un dépôt d'étalon par le décret impérial du 4 juillet 1806. Dès son origine, le dépôt fut installé sur des bâtiments et terrains désaffectés de l'ancienne abbaye Sainte-Croix... Le haras recruta alors des reproducteurs issus du Haras du Pin...
Le 28 juin 1881, le conseil municipal décide de transférer le haras au bord de la route de Bayeux. Ainsi, les bâtiments actuels de haras datent de 1884" (wikipedia)

A l'est. Sur D900 : 49°06'59.8"N 1°04'37.1"W

Haras de Saint-Lô

Haras de Saint-Lô

 

Château de la Vaucelle

XVe siècle. MH. Wikipedia
avec pigeonnier et mur crènelé

"Situé au bord de la Vire, le Château de la Vaucelle appartient aux descendants du mémorialiste saint-lois du XVIIe siècle Luc Duchemin. La chapelle Sainte-Pernelle est l'œuvre d'un seigneur de la Vaucelle Jean Boucart, confesseur de Louis XI et fondateur de la bibliothèque paroissiale de Saint-Lô qui fut pour l'époque la deuxième bibliothèque de Normandie par son importance. Trois rois résidèrent à la Vaucelle : Édouard III en 1346, au début de la guerre de Cent Ans car le roi trouvait la ville non sûre, François Ier lors de sa visite en 1532 et Charles IX. Le pigeonnier et le mur à créneaux nord sont recensés comme éléments protégés." (wikipedia)

A l'ouest. Par D999. Rue de la Vaucelle : 49°06'41.2"N 1°06'25.7"W


Sur Google Street View

 

Manoir de Bosdel

XVIe, XVIIe siècles. MH. Wikimanche

"Construit aux abords de la Vire, situé face à la falaise d'Agneaux, ce manoir fait partie d'un ensemble de petits châteaux avec plus en aval les châteaux de la Vaucelle, de la Palière (actuel hôtel de ville d'Agneaux) et de Sainte-Marie" (Wikimanche)

A l'ouest. Par D999 : 49°06'31.5"N 1°06'41.3"W

 

Château de Commines

XIXe siècle. Wikimanche

"Construite à la fin du XIXe siècle par Arthur de Commines de Marcilly, cette maison bourgeoise s'élève sur la route de Carentan...
Les bombardements de 1944 l'épargnent..."

"il existe à Saint-Lô des appartements comme les autres, dans une grande bâtisse comme les autres, mais avec vue sur un blockhaus. C'est le château des Commines, villa réquisitionnée par le général Erich Marcks, commandant du 84e corps de l'armée allemande en Normandie au moment du Débarquement...
Le château est construit au XIXe siècle. Il est réquisitionné en 1941 par l'occupant nazi qui y installe le blockhaus fin 1942. Maintenant divisé en une quinzaine d'appartements privatifs depuis le début des années 2000, le château accueille après-guerre le siège du Service départemental d'incendie et de secours. Le blockhaus servait alors d'abri antiatomique pour le préfet de la Manche. Aujourd'hui passés dans l'oubli, le château des Commines et son blockhaus replongent vite dans l'histoire, si l'on y prête attention. " (ouest-france.fr)

Au nord. Route de Carentan : 49°07'21.2"N 1°05'38.7"W (A vérifier)

 

Voir aussi :

Wikimanche.fr - Lieux et monuments à Saint-Lô

 

 

Liens :