Lécaude

 

 

Eglise Notre-Dame

XIIe siècle.

"RÉHABILITATION DE L’EGLISE DE LÉCAUDE L’église de Lécaude est dotée d’une façade occidentale et d’un clocher étroit, des indices qui pourraient indiquer une date de construction récente. Néanmoins, un examen attentif de l’édifice révèle que l’essentiel de ce dernier a été bâti à l’époque romane (présence d’un appareil en épi « opus spicatum », observé par Arcisse de Caumont) aujourd’hui masqué, et de décors assez exceptionnels)...
la ville de Mézidon Vallée d’Auge a constitué un dossier, auprès de la DRAC (Direction Régionale des Affaires Culturelles) pour demander l’inscription de l’église de Lécaude à l’inventaire des Monuments Historiques afin de pouvoir bénéficier de subventions pour financer sa réhabilitation."" (mva14.fr)

Une vieille église, avec une description très documentée par Arcisse de Caumont. Mais elle a été mal entrenue.

"L'église de Lécaude est une construction d'une certaine importance pour la contrée ; elle se compose d'un choeur à chevet rectangulaire en retrait sur la nef, ayant deux travées ; la nef en a trois.
Si l'on fait abstraction d'abord de la façade occidentale qui est moderne, de différentes reprises et des fenêtres dont nous allons indiquer approximativement les dates, l'ensemble de cette église me paraît du XIIe siècle. On y voit des appareils en arêtes de poisson ; les contreforts sont plats, au nombre de quatre de chaque côté des murs latéraux de la nef, et de trois dans ceux du choeur. Les murs n'ont pas de corniche ou d'entablement. J'ai remarqué divers morceaux de travertin dans les appareils.
Je disais que le mur occidental est moderne, ainsi que la grande porte actuelle; il est évident pour moi qu'une porte romane existait avant cette reconstruction, car on voit des moulures qui me paraissent en provenir parmi les moellons employés dans la construction du mur actuel.
Il existe encore trois des fenêtres primitives : deux au nord et une au sud ; ce sont des ouvertures en forme de meurtrières, arrondies au sommet. Les autres fenêtres appartiennent au style flamboyant et sont divisées en deux baies.
Le choeur montre d'abord au nord et au sud de la première travée deux petites portes assez élégantes, ornées de moulures de transition ; puis, du côté du nord, deux fenêtres qui paraissent du XIIIe siècle : l'une dans la première travée, près d'une des portes que nous venons de citer, se compose d'une seule baie en forme de lancette; l'autre, à deux baies, éclaire le sanctuaire. L'une et l'autre sont protégées d'une grille en fer.
Un anléfixe couronne le gable qui sépare le choeur de la nef.
La tour, en bois, conforme aux tours de la région, c'est-à-dire offrant un carré surmonté d'une aiguille à huit pans, couverte d'ardoises ou d'essente, correspond à la première travée de la nef et renferme une cloche...
Au haut de la cloche est un écusson à la fasce vivrée.
La flèche repose, à l'intérieur de la nef, sur une charpente portant la date de 1738. Sur les poutres verticales qui la supportent ou distingue, sous le badigeon, les traces d'une litre à deux écussons : le premier, de gueules à la fasce vivrée d'or ; le second, plus effacé, d'or au coeur de gueules, surmonté d'un chef dont je n'ai pu distinguer les pièces..." (A de Caumont 5-399)

Sur D269 : 49°06'07.3"N 0°04'36.2"E

Lécaude : Eglise Notre-Dame

Lécaude : Eglise Notre-Dame

Lécaude : Eglise Notre-Dame

Lécaude : Eglise Notre-Dame

Lécaude : Eglise Notre-Dame

Lécaude : Eglise Notre-Dame
2019-08-18

 

Lécaude : Eglise Notre-Dame

Lécaude : Eglise Notre-Dame

"Il existe encore trois des fenêtres primitives : deux au nord et une au sud ; ce sont des ouvertures en forme de meurtrières, arrondies au sommet. Les autres fenêtres appartiennent au style flamboyant et sont divisées en deux baies." (A de Caumont 5-399)

Lécaude : Eglise Notre-Dame

 

Presbytère

"On a découvert, dans le cours de l’année 1855, sous le pont qui communique du cimetière à la cour du presbytère, un curieux bas-relief en pierre représentant la naissance de Notre Seigneur. Sous un arc plein cintre figurant l’étable de Bethléem, est placé l’Enfant Jésus, à côté de lui est sa mère dont les mains sont croisées sur la poitrine ; derrière elle, se trouve St Joseph. Dans la partie supérieure on voit un chœur de séraphins dont l’un tient une banderole sur laquelle on lit « Gloria en excelsis » Ce bas-relief, qui dans est dans un style Louis XIV, a environ un mètre de haut. Il faisait probablement partie du retable d’un des petits autels en pierre, qui sont du même temps (A.Pannier)..." (societehistoriquedelisieux.fr)

Lécaude : Presbytère

Lécaude : Presbytère

 

Manoir des Demaines

XVe, XVIIe siècles. MH. Sur Base Mérimée
"Manoir à pans de bois de la fin du 15e siècle et du 16e siècle, comprenant de nombreux éléments intérieurs remarquables. Dans la partie droite qui jouxte le logis, se trouve un escalier à vis en bois imitant la pierre, élément rare et original. Le logis conserve encore la cheminée peinte du rez-de-chaussée, d'esprit flamboyant, ornée de rinceaux floraux et d'une iconographie représentant l'Annonciation et Saint-Hubert, ainsi que des poutres portant des inscriptions du 15e siècle. Le reste des intérieurs a subi cloisonnements et décapages ayant fait disparaître la polychromie du bois. L'aile en retour qui servait de grange dans les années 1950 a été détruite et quelques extensions ajoutées. Dans la partie 16e siècle du logis, la tourelle arrière a été démolie, mais l'édifice conserve ses trois grandes lucarnes et ses décors sculptés (poteaux corniers, supports d'avant-solier, piédroits et linteaux de portes et de baies). Les détails des corniches et des sommiers mêlent réminiscences gothiques et nouveauté Renaissance. L'aile nord qui le prolonge, date du 15e siècle et fut sans doute le premier logis. A l'extérieur, grand commun en pierre du 17e siècle."

"... Néanmoins, dit M. Ch. Vasseur, je ne connais qu'une seule maison intéressante au point de vue archéologique, on la nomme les Demaines.
« Elle fut bâtie au XVIe siècle, au milieu d'une terre de 60 acres, probablement par Louis Thabarye, Sr des Demaines, dont les descendants la possédaient encore au XVIIe siècle.
« Elle est située sur un coteau, construite en bois, et sa façade présente une assez grande étendue." (A de Caumont 5-403)

Au nord-est, sur les hauteurs, près du Bois de Lécaude : 49°06'41.8"N 0°05'15.9"E (Invisible)


Sur Base Mérimée


Sur Base Mérimée

Restauration du manoir :

"Le projet consiste en la restauration et restructuration complète d’un ensemble manorial, y compris la restitution d’une aile de bâtiment disparue."


Sur 47n-architectes.com

 

Manoir Saint-Martin

Haras de Lécaude :
https://harasdelecaude.com/

"Un grand nombre de gentilshommes ou de bourgeois, vivant noblement, habitaient aussi sur cette paroisse ; on peut citer les Filleul de Saint-Martin, Lambert du Val, un des cent gentilshommes de la maison du roi ; Lambert de La Chapelle, de Lespée. Le fief de Creveuil était aussi sur Lécaude..." (A de Caumont 5-403)

Sur D269 : 49°05'50.6"N 0°04'24.9"E

Lécaude : Manoir Saint-Martin
2019-01-06

 

 

Liens :

 

http://www.societehistoriquedelisieux.fr/?p=6193