Ablon

 

 

Ablon, Abelon, ecclesia de Ablone.

"A la veille de la Révolution, Louis-Jean-Baptiste de Brévedent est seigneur d'Ablon" (wikipedia)

Ne pas confondre avec Ablon-sur-Seine (Val-de-Marne) (wikipedia)

 

Crémanville et Ableville

En 1809, Ablon s'agrandit par la réunion avec deux autres communes : Crémanville et Ableville." (wikipedia)

"Les anciennes églises de Crémanville et Ableville sont aujourd'hui devenus de charmants jardins entretenus par la commune." (ablon.fr)

"Cremanville et Ableville sont des paroisses supprimées dont les églises n'existent plus.
Cremainville, Cremanvilla, avait son église sous l'invocation de Notre-Dame.
Ableville, Alba villa, Abbevilla, avait la sienne sous l'invocation de saint Martin." (A de Caumont 4-335)

A l'ouest : Crémanville : 49°23'08.4"N 0°16'18.9"E (approx.)
Au sud-est : Ableville


Sur Geoportail


Sur bfichet.free.fr

 

Délimitation du Calvados et de l'Eure

La Morelle marque la séparation entre le Calvados et l'Eure (sur la commune d'Ablon)

"Août 1854 - Délimitation du Calvados et de l'Eure. - L'enquête ouverte sur le projet de limitation des départements du Calvados et de l'Eure, le rapport de M. le Préfet Considère que des terrains nouveaux se sont formés dans la baie de la Seine, à l'embouchure de la Morelles sur la limite extrême du département du Calvados vers l'est, et le département de l'Eure, des particuliers s'étant disputé la propriété de ces terrains, la première question qui s'est présentée a été de savoir sur quel département sont situés les terrains en litige, qui n'existaient pas lors de la confection du cadastre...
Par ces motifs, est d'avis que la limite entre les départements du Calvados et de l'Eure, entre les communes de Fiquefleur et d'Ablon, soit fixée par une ligne partant de l'angle sud du pont de Fiquefleur et passant par le phare du Hode." (J.Y. Merienne)

Phare du Hode :

Sur la commune de Saint-Vigor-d'Ymonville (Seine-Maritime, wikipedia) en face de l'estuaire. Emplacement inconnu

Photos sur phares-et-balises.fr

"Le phare du Hodé est représentatif des phares établis au 19e siècle le long de l'estuaire de la Seine ; il est signalé en ruines en 1968 et a été détruit depuis" (sur Base Mérimée)


Sur Google Maps - cliquer sur l'image pour l'agrandir

 

Eglise Saint-Pierre-ès-Liens

XVe, XVIe siècles.

"Saint-Pierre-ès-Liens fait référence à une dédicace, également appelée « fête des chaînes du Prince des Apôtres », établie par le pape Sixte III en 439 sur le mont Esquilin en commémoration de l'emprisonnement que le roi Hérode Agrippa fit subir, à Jérusalem, à l'apôtre Pierre en l'an 44... Ce terme est un toponyme mais désigne essentiellement des édifices religieux nommés en mémoire de l'apôtre."(wikipedia)
"Saint-Pierre-ès-Liens est le nom de nombreuses églises, abbayes et basiliques" (wikipedia)

"L'église d'Ablon était romane dans l'origine, mais il ne reste plus de cette époque que le mur du nord, jusqu'au point où commence le pan coupé du sanctuaire. Ce mur montre des silex disposés en arêtes de poisson, des contreforts plats en tuf, et une porte romane sans ornements, bouchée. Il a été exhaussé postérieurement, vraisemblablement quand on a refait le sanctuaire et le mur méridional.
Ces travaux eurent lieu probablement à la fin du XVe. siècle. Alors on fit remplacer le chevet par un pan coupé ; on y perça des fenêtres qui furent, comme celles que l'on voit dans le mur du sud, au nombre de six, composées de deux baies subtrilobées surmontées d'une tracerie dans le style flamboyant. Quelques-unes, sinon toutes, furent garnies de vitres peintes dont il reste quelques traces. Des contreforts entre chaque fenêtre sont surmontés de pinacles ornés de crosses, ce qui montre un certain luxe dans cette reconstruction...
La tour, moderne, forme une addition à l'extrémité occidentale de la nef. La porte est à cintre surbaissé aussi bien qu'une arcade qui la surmonte, Une pyramide couverte d'ardoises couronne cette tour dans laquelle il y a trois cloches ; elles ne sont pas anciennes." (A de Caumont 4-333)

Dans le bourg : 49°23'34.0"N 0°17'49.2"E

Ablon : Eglise Saint-Pierre-ès-Liens

Ablon : Eglise Saint-Pierre-ès-Liens

Ablon : Eglise Saint-Pierre-ès-Liens

Ablon : Eglise Saint-Pierre-ès-Liens

Ablon : Eglise Saint-Pierre-ès-Liens

Ablon : Eglise Saint-Pierre-ès-Liens

Ablon : Eglise Saint-Pierre-ès-Liens

"Il me reste à parler d'un font baptismal qui, heureusement, n'a pas été remplacé : c'est une cuve cylindrique monolithe, un peu diminuée par le bas et assez mal arrondie, ornée d'un cercle près du bord, lequel cercle paraît reposer sur quatre bandes verticales divisant le cylindre en quatre parties ou panneaux ; ces espèces de pilastres sont garnis de cercles enlacés, et les quatre panneaux sont garnis eux-mêmes de cercles et de demi-cercles disposés symétriquement et tracés légèrement en creux. Je crois ce font de la fin du XIIe. siècle.
Il y a dans l'église d'Ablon un autel à colonnes dans le sanctuaire, et deux petits autels accolés au mur entre choeur et nef : ces derniers n'ont pas d'intérêt.
Une statue de sainte Honorine et une de la Sainte Vierge sont fixées sur les murs de la nef (côté sud).
La chaire, en bois, doit dater du temps de Louis XV." (A de Caumont 4-334)

Ablon : Eglise Saint-Pierre-ès-Liens - Ablon : Eglise Saint-Pierre-ès-Liens

 

Mairie

Mairie d'Ablon

 

Château d'Ablon

XVIIIe siècle. Tour du XIVe siècle. MH, wikipedia. Sur Base Mérimée
"Ce château est représentatif des modes de construction sous l'Ancien Régime en pays d'Auge. La tour d'angle est de la fin du 15e siècle, le logis est de 1767, le colombier est du début du 16e siècle et le pavillon a été construit en 1845."

"Construit vers le XIIIe siècle par les seigneurs d'Ablon, le château est complètement détruit lors de la guerre de Cent Ans. Un autre château fort est reconstruit sur les mêmes lieux au XVe siècle, en surplomb de l'embouchure de la Seine. Il subsiste aujourd'hui de ce deuxième château une seule tour.
Le château actuel peut-être décrit comme une gentilhommière en briques roses d'époque Louis XVI, au cœur de la campagne normande, entouré d'un parc à l'Anglaise d'une dizaine d'hectares"

"Le château d'Ablon, à peu de distance et au sud de l'église, domine une charmante vallée qui se développe à l'est et sépare le Calvados du département de l'Eure. La position est pittoresque et belle. Ce château m'a paru du siècle dernier, peut-être du commencement. Il est toujours occupé par la famille, qui porte le nom de la paroisse." (A de Caumont 4-334)

Au sud du bourg, direction Genneville : 49°23'18.5"N 0°18'04.5"E

Château d'Ablon

Château d'Ablon


Sur J.Y. Merienne

 

Ferme manoir de la Houssaye

Manoir du XVème siecle entièrement restauré en 2003

Sur D140 : 49°22'48.9"N 0°16'33.9"E


Sur Google Street View


Sur chambresdhotes.org

 

Usine Nobel

Construite à Ablon (14) entre 1873 et 1878 sur 30 ha, l'usine de produits explosifs démarre sa production en juin 1879

Usine de produits explosifs / Usine Nobel. Sur Base Mérimée

"Fermées et laissées à l'abandon depuis 1989, les usines Nobel ont eu leur heure de gloire puisque la dynamite y a été créée le 17 juin 1875. Claude Varin y a travaillé quarante ans.
« J'étais mécanicien et je surveillais toutes les machines du site d'Ablon, qui fabriquait la dynamite, et l'usine Nobel de La Rivière-Saint-Sauveur, qui s'occupait du plastique et du celluloïd, raconte Claude Varin. C'était une vraie ville. Environ 700 ouvriers - venant d'Honfleur et du canton - travaillaient sur les deux sites. »...
le 3 mars 1988, cinq personnes perdent la vie dans une terrible et ultime explosion, dont le directeur de l'usine. La fermeture sera officielle en 1989. (ouest-france.fr)

Dynamiterie d’ABLON - Equipement industriel - 1884 (amis-de-paulilles.fr)

Un grand quartier désaffecté au sud de la D580A : 49°24'10.6"N 0°16'59.5"E

 

Crémanville - Notre-Dame de Bonne-Nouvelle

"C'est en remontant la vallée d'Ingres, par le chemin de Crémanville que l'on arrive à Bonne-Nouvelle. C'est ainsi que l'on a nommé la Vierge à l'enfant, située dans un petit jardin qui surplombe l'Orange. La statue, en pierre blanche, se trouve sur un piédestal en silex au sommet d'un monticule de cailloux, sur lequel on a édifié un escalier jalonné de Bergenias, une plante quasi-immortelle qui peut supporter des températures allant de -30 à 45 °C. À cet endroit se trouvait, autrefois, l'ancienne église de Crémanville. L'édifice fut détruit après que Napoléon ait décidé, en 1809, de réunir le village de Crémanville avec celui d'Ableville (qui deviendra Ablon)." (ouest-france.fr)

 

Ableville - Vallon de la Morelle

"Le vallon de la Morelle est étroit et présente des versants abrupts boisés. Les haies, la ripisylve (*) et les boisements de fond de vallon ajoutent à l’ambiance forestière de la vallée et la découpe en micro ‐ espaces visuellement autonomes. Cette configuration confère au vallon une ambiance bocagère intimiste caractéristique du Pays d’Auge.
L’habitat ancien se répartit le long de la voie communale qui dessert la vallée. Généralement épars, il se concentre en petits hameaux autour du moulin Legrand et de l’ancien village d’Ableville."

La Guérie
Cet ancien village formait probablement l’esssentiel de l’urbanisation de la commune d’Ableville rattachée en 1809 en même temps que la commune de Germanville (ndr : plutôt Crémanville) située à l’ouest. Y-avait-t-il une église ou une chapelle ? La structure générale de ce secteur est restée assez stable malgré l’implantation de la ligne de chemin de fer ; il reste beaucoup de constructions anciennes."
(PDF etudes-normandie.fr : etude paysagere sur le belvedere de la cote de grace)

(*) Par définition, la ripisylve est la végétation bordant les milieux aquatiques (wikipedia)

 

Manoir de la Guérie

XVe siècle.

Gîte et chambres. Site officiel :
http://www.manoirlaguerie.fr

Au sud du château : 49°23'01.8"N 0°18'03.1"E


Sur manoirlaguerie.fr

 

Moulin d'Ablon

Sur la Morelle, appartenant à Letellier de Brothonne en 1849.

Moulin Legrand ? : 49°22'59.8"N 0°18'20.2"E

 

"- Moulin Legrand, au niveau de la Guérie commune d’Ablon,
‐ Moulin du Baïlleul, au niveau de la Côte des Buis commune d’Ablon"

 

 

Liens :

 

http://www.societehistoriquedelisieux.fr/?p=6950