Saint-Denis-de-Mailloc

 

 


cliquer sur l'image pour l'agrandir

 

Les quatres communes de Mailloc

"Il faut ici faire le lien entre les quatre communes de Mailloc. Vers la fin du XVIIe siècle (1690-1693), sous le règne de Louis XIV, les communes de Saint-Denis-du-Val-d'Orbec, Saint-Martin-du-Val-d'Orbec et de Saint-Pierre-du-Tertre deviennent toutes trois des communes de Mailloc et rejoignent ainsi Saint-Julien-de-Mailloc.
La raison est qu'à cette époque, sur le territoire de la commune de Saint-Julien-de-Mailloc, un magnifique château qui appartient de longue date à la famille de Mailloc, famille dont l'histoire est liée à d'autres communues des environs (Trouville-sur-Mer, Saint-Germain-la-Campagne et Meulles notamment), ainsi qu'à l'histoire des évêques-comtes de Lisieux, élève son territoire en marquisat et les communes qui en dépendent prennent alors la dénomination "de Mailloc".
Le blason de Mailloc représente trois maillets d'argent (mailloches) posés 2 et 1 sur fond de gueules et reste commun aux quatre communes.
Il subsiste à Saint-Julien-de-Mailloc les vestiges de ce magnifique château, dont les origines seraient antérieures à la guerre de Cent Ans, qui fut presque totalement détruit le 11 décembre 1925 par un incendie accidentel, et jamais restauré par la famille alors propriétaire." (wikipedia)

 

Eglise Saint-Denis

XVIe siècle.
"plusieurs fois remaniée. Chevet au levant, portail à l'ouest datant du XVIe siècle, autrefois précédé d'un beau porche supprimé en 1875. La construction du chœur doit dater de l'époque romane. L'église est entourée du cimetière communal. Statuaire, vitraux, confrérie de saint Hubert et de charitons... Désirée, Claude et Marguerite, les trois cloches, sonnent les joies et les peines des habitants de la commune.

A proximité, dans une propriété privée (ancien presbytère), un puits construit en silex et couvert de petites tuiles."

"L'église est conservée avec soin par les habitants. Elle est assez petite. Le pignon de l'ouest, où s'ouvre le portail, date du XVIe siècle dans la partie inférieure. Le haut a été refait au XVIIIe. La porte est précédée d'un beau porche en charpente vigoureusement taillé, qui a les caractères de la fin du XVe siècle.
Les deux murs latéraux sont inégalement percés. Chacun est flanqué par deux conlreforls placés aux extrémités, dont les profils accusent le XVe ou le XVIe siècle. Les murs sont romans, bien que les moellons dont ils se composent n'affectent pas d'une manière bien distincte Vopus spicatum. Les fenêtres datent en partie du XVIe siècle, en partie du XVIIIe .
Le clocher est assis sur le pignon oriental de la nef; il appartient au XVIe siècle : ses évents se composent d'une série de trilobés. Du reste, il n'offre rien de remarquable.
Le choeur est petit et sa construction doit remonter à l'époque romane, comme celle de la nef. Le chevet a été reconstruit, probablement au XVIe siècle. Les ouvertures sont encore plus modernes. Une petite sacristie cache en partie le mur septentrional.
L'intérieur est assez obscur. Le maître-autel, dans le style du règne de Louis XIV, se compose d'un entablement soutenu par six colonnes corinthiennes, avec une niche cylindrique au centre ; mais cet encadrement a dû renfermer autrefois un tableau. Cet autel, comme le reste du mobilier, a peu de valeur."
(A de Caumont 5-834)

A l'est de D519. Rue de l'Eglise : 49°05'35.0"N 0°18'48.8"E

Eglise de Saint-Denis-de-Mailloc

Eglise de Saint-Denis-de-Mailloc

 

Chapelle privée de l'abbé Adrien Noury

Chapelle privée de l'abbé Adrien Noury, curé, ancien maire de Saint-Denis-de Mailloc et guérisseur (où le prêtre repose), site ouvert au public.

 

Château :

"Cassini indique, à St-Denis-de-Mailloc, un château dont je n'ai pu découvrir le moindre vestige.
Le châtelain était tenu de faire 40 jours de garde à la porte d'Orbec, à Lisieux, en temps de guerre. On trouve comme possesseurs de ce fief: en 1447, Guillaume Fouquet, dont la fille et unique héritière épousa Gueroudin de Franqueville, sieur de Collandon ; en 1532, Charles de Mailloc qui, avec François de Fontenay, le seigneur du Mont-à-la-Vigne et d'autres gentilshommes, maltraita fort les bourgeois de Lisieux; en 1562, Jehan de IMailloc ; enfin, en 1601, Hamon de Mailloc, l'un des plus turbulents gentilshommes auxquels le roi Henri IV ait eu atfaire, et qui, comme son ancêtre, ne se fit pas faute de rançonner les habitants de Lisieux. Il épousa Madeleine de Melun, qui lui donna une fille, mariée le 18 octobre 1618 à Charles-François de Lyée, seigneur de Tonnancourt.
Deux autres fiefs avaient leur manoir sur le territoire de cette paroisse : la Masselinaye, appartenant au chapitre de Lisieux, et le Hameau-Chouque."
(A de Caumont 5-837)

 

 

Liens :