Prêtreville

 

 

Prêtreville

 

Eglise Saint-Pierre

XIIIe siècle

"L'église de Prêtreville n'est pas sans importance, mais elle a perdu tout son intérêt par suite des changements qu'on lui a fait subir depuis une vingtaine d'années. Elle est sous l'invocation de saint Pierre : elle élait comprise dans le doyenné de Livarot. Les pouillés du XVIe siècle attribuent le patronage au Chapitre. C'est probablement une erreur, car avant et après on trouve indiqué comme patron le seigneur du lieu.
Comme le fait voir le plan, cette église ne comprend qu'un choeur et une nef, mais dans d'assez vastes proportions. Les parties les plus anciennes me paraissent remonter au XIIIe siècle. Les murs sont en blocage et en partie recrépis. L'irrégularité des membres principaux de l'architecture prouve que des retouches nombreuses ont été successivement exécutées. Ainsi, à la nef, on ne trouve pas de contreforts du côté du midi ; au nord, il y en avait quatre. Les deux du centre ont été arrachés, on en trouve encore les amorces. Celui qui est près de l'angle occidental me paraît du XIIIe siècle. L'autre, au contraire, refait en brique dans sa majeure partie, ne devait remonter qu'au XVI' siècle.
La même irrégularité se retrouve dans les ouvertures. La porte, pratiquée maintenant à l'ouest, et le mur du pignon tout entier ne datent que du commencement de ce siècle. La porte primitive était percée dans le mur du sud ; on L'a transformée en fenêtre. C'est une ogive sans caractère ; la partie de mur qui l'entoure n'accuse non plus aucune époque. Le reste de ce mur du sud date du XVIe siècle, et se trouve éclairé par deux belles fenêtres ogivales à tracerie flamboyante avec un meneau.
Au nord, on ne voit qu'une seule fenêtre primitive, et il ne paraît pas qu'il y en ait eu d'autres supprimées postérieurement. Cette fenêtre, placée tout-à-fait à l'orient, est une lancette du XIIIe siècle, de 18 pouces seulement d'ouverture ; elle a subi des retouches.
La grande ogive qui occupe le centre est moderne ; elle est d'une exécution passable.
Le choeur, un peu long pour sa largeur, est en retraite sur la nef, suivant l'usage. Il n'a de contreforts que près des angles, deux contre le mur droit du chevet, et deux en retour : un au nord, l'autre au sud. Ces contreforts datent du XIIIe siècle, et il doit en être de même des murs, qui sont en blocage, tout entiers recrépis. Vue sacristie cache le chevet. Six fenêtres sont percées dans les murs latéraux. Trois sont du XVIIIe siècle ; une, au midi, est du XVe, comme celles de la nef de ce même côté; enfin, près de l'autel sont deux petites lancettes conservées de la disposition primitive." (A de Caumont 5-341)

"A l'intérieur, le plâtre règne sans partage. Les murs sont plâtrés, les voûtes sont plâtrées. A la place de l'arc triomphal, qui n'existe plus, on voit un cintre en plâtre, garni de petites têtes bouffies, et deux colonnes corinthiennes moulées en plâtre, qui ne portent rien... (A de Caumont 5-343)

 

Prêtreville : Eglise Notre-Dame

Prêtreville : Eglise Notre-Dame

Prêtreville : Eglise Notre-Dame

Prêtreville : Eglise Notre-Dame

 

Manoir de Querville

XVIe siècle. MH, wikipedia

"Quatre fiefs se partageaient le territoire de Prêtreville : Querville, le Coudray, Poix et Prêtreville.
Querville est le seul dont les constructions ornent quelqu'intérêt. Il est situé à la naissance d'un petit vallon au milieu duquel serpente un ruisseau. Les sources de ce ruisseau étaient dirigées de manière à remplir les fossés du manoir, dont les bâtiments sont disposés en carré à peuples régulier, avec cour au centre.
L'entrée est pratiquée dans un pavillon, construit en échiquier de pierres et briques, élevé d'un étage, avec toit surmonté de deux épis en terre émaillée. Les tuiles sont aussi vernissées de différentes couleurs. Une sorte de petite tourelle, qui contient l'escalier, donne du mouvement à la partie haute, sans faire de saillie sur le mur de façade. La porte est cintrée, accompagnée d'une poterne carrée. Le reste de la façade et les deux côtés sont composés de bâtiments, partie en échiquier, partie en bois, sans aucun intérêt.
Le corps-de-logis fait face à l'entrée. C'est une grosse maison, construite au rez-de-chaussée en chaînages de brique et de pierre, dont les parties hautes, en bois, n'offrent ni sculptures ni moulures caractéristiques. La cheminée est ornée d'arcatures cintrées..." (A de Caumont 5-345)

... Le colombier se trouve dans la première cour, en dehors de l'enceinte; il est octogone, d'un diamètre considérable et remonte aussi au XVIe siècle. Il a malheureusement subi des réparations maladroites.
Le manoir de Querviïle tire son nom d'une famille ancienne, qui n'a pas été sans importance au moyen-âge.
Montfaut inscrit dans sa Recherche : Henri et Richard de Querviïle.
Le premier possédait le fief dont nous nous occupons ; le second était seigneur du Coudray." (A de Caumont 5-347)

Tout droit, à l'est de l'église, direction Saint-Martin-de-Mailloc (49°04'36.8"N 0°16'19.1"E)


Sur Google Street View


Sur Wikimedia.org par EdouardHue

 

Manoir du Lieu Seney

 

"Il y a dans les limites du fief de Querviïle une autre construction qui mérite une mention. C'est le Lieu-Seney, dont voici le dessin. On ne peut fixer sa date au-delà du règne de Louis XIII. C'était la maison de campagne d'un Élu de Lisieux." (A de Caumont 5-347)

Sur D64 (49°04'34.8"N 0°14'37.7"E) (?)

 

 

Liens :