Soumont-Saint-Quentin

 

 

Saint-Quentin-de-la-Roche

En 1854, l'ancienne commune de Saint-Quentin-de-la-Roche — qui avait été réunie à la commune de Tassilly en 1833 pour former Saint-Quentin-Tassilly — est absorbée par Soumont qui prend alors le nom de Soumont-Saint-Quentin

"Saint-Quentin-La-Roche, Sanctus Quintinus de Roca, tire évidemment son surnom de la chaîne de rochers de grès qui produit sur ce point un des accidents les plus pittoresques que nous puissions décrire." (A de Caumont 2 320)

 

Eglise Saint-Quentin de Soumont

XIIe, XIIIe et XIVe siècle. MH, wikipedia

"L'église de Sousmont () offre un assemblage de plusieurs styles dont l'analyse devra intéresser les voyageurs qui parcourront la route de Caen à Falaise ; elle se trouve, en effet, comme plusieurs de celles que nous venons de décrire, à une petite distance de cette route. On peut d'ailleurs aller delà très facilement à la Brèche-au-Diable : la partie la plus abrupte de ces rochers se trouve sur le territoire de St.-Quentin, dans le canton de Couliboeuf ; mais l'autre rive est aussi très pittoresque et dépend du territoire de Sousmont : c'est de là qu'on voit le mieux les roches de St.-Quentin...
Le côté sud de la nef de Sousmont et le portail de l'ouest sont du XIVe. siècle : les bases et les chapiteaux des colonnes de ce portail, au nombre de quatre de chaque côté, tandis qu'au XIIIe. siècle on n'en trouve le plus souvent que trois, sont tout-à-fait caractéristiques du XIVe. siècle" (A de Caumont 2-514)

Eglise Saint-Quentin de Soumont

Eglise Saint-Quentin de Soumont - Eglise Saint-Quentin de Soumont

 

Mont-Joly et Brêche-au-Diable

"Le tombeau de Marie Joly, qui fait l’objet d’une inscription au titre des Monuments historiques depuis le 7 décembre 1970

Le site de la Brèche au Diable : l'absence d'une croyance locale ne permit pas de comprendre que le Laizon, une si petite rivière, puisse couper une barrière de grès : saint Quentin serait tombé dans un lac formé par cette rivière et la barre de grès. Sauvé miraculeusement de ces eaux dont on disait qu'elles seraient l'une des entrées de l'Enfer, Dieu accorda une requête à saint Quentin envers Satan. Il demanda donc la disparition de ce lac et le diable, d'un coup de sa queue, créa une brèche dans cette barre." (wikipedia)

Mont-Joly et Brêche-au-Diable

 

Chapelle de Saint-Quentin-de-la-Roche

XIIIe siècle. MH, wikipedia

Appelée chapelle du Mont-Joly

"L'église de St.-Quentin, construite sur la hauteur, est un petit monument de transition déjà décrit par M. Galeron. Le portail appartient au premier style ogival aussi bien que les modillions non sculptés de la corniche. La fenêtre du chevet est plus moderne et à compartiments rayonnants...
... Sur le bord du précipice, au fond duquel le Laison bondit sur les rochers, est assis le tombeau de Marie Joly, artiste du théâtre français, ce qui ajoute encore à l'intérêt de la position." (A de Caumont 2-321)

"M. Galeron croit qu'il y avait a St.-Quentin un campement gallo-romain : on ne peut douter que cette position élevée ne fût habitée sous la domination romaine, on y accédait vraisemblablement par un embranchement du chemin haussé." (A de Caumont 2-323)

Chapelle de Saint-Quentin-de-la-Roche

Chapelle de Saint-Quentin-de-la-Roche

 

Bureau des mines de Soumont-Saint-Quentin

En arrivant à Soumont

Bureau des mines de Soumont-Saint-Quentin

Bureau des mines de Soumont-Saint-Quentin

 

Eglise d'Aizy

XIIIe siècle. MH, wikipedia

"La paroisse est en effet très peu populeuse et depuis longtemps l'église est fermée. M. le curé de Sousmont vient seulement de temps en temps y dire la messe….
Avant la révolution, l'église d'Aizy n'était considérée que comme annexe de Sousmont. Le château d'Aizy est à peu de distance de l'église ; il n'a pas d'intérêt. On aperçoit de loin les avenues de hêtres qui en dépendent." (A de Caumont 2-519)

Eglise d'Aizy

Eglise d'Aizy

Eglise d'Aizy

Eglise d'Aizy

Eglise d'Aizy

 

 

Liens :