Saint-Léger-Dubosq

 

 

Saint-Léger-Dubosq est situé au sommet d'une colline :

 

Eglise Saint-Léger

XIIIe siècle.

construite en silex, meulières et briques saint jean rose. Les façades latérales sont en pierre et silex (tourisme-dozuleen.fr)

"L'église de St.-Léger n'avait plus que sa nef quand je l'ai visitée dernièrement, et l'on reconstruisait le choeur avec une sacristie qui devait communiquer au sanctuaire par deux portes. La nef se compose de trois travées ; les murs surplombent d'une manière très sensible au nord et au sud, mais ils sont très épais et paraissent assez solides pour subsister encore pendant des siècles. Il est très difficile d'assigner une date à ces murs qui manquent de caractère. Toutes les fenêtres anciennes ont été remplacées par des fenêtres carrées ; des reprises ont conséquemment été faites ; le mur occidental est presque tout entier reconstruit." (A de Caumont 4-82)

"J'ai remarqué, dans les démolitions du choeur que l'on reconstruisait quand je suis passé à St.-Léger, le tympan tréflé d'une porte ou d'une crédence garnie de tores très évidés, dans le style de la 2e. moitié du XIIIe. siècle ; il serait possible que, malgré leur peu de caractère, les murs de la nef datassent, en partie, de la même époque." (A de Caumont 4-82)

Saint-Léger-Dubosq : Eglise Saint-Léger

Saint-Léger-Dubosq : Eglise Saint-Léger

 

Manoir de Silly

Evoqué par Arcisse de Caumont :

"L'église, sous l'invocation du saint dont elle porte le nom, dépendait du doyenné de Beuvron. Le seigneur nommait à la cure. C'était, au XIVe. siècle, un Th. de Silly,
Le manoir de Silly est situé dans la vallée, à peu de distance de l'église ; il est mentionné sur la carte de Cassini." (A de Caumont 2-83)

 

Prieuré de Montbottin

Au nord de la commune.

Evoqué par Arcisse de Caumont :

"Le prieuré de Ste.-Marie de-Montbottin, situé à l'est de l'église de St.-Léger, mais qui dépendait autrefois d'Angerville, est aujourd'hui représenté par un groupe de bâtiments presque ruinés, construits en pierre et en bois, qui paraissent de la fin du XVIe. siècle. Un de ces bâtiments, que je suppose avoir été l'habitation manable, a deux cheminées: une à chaque extrémité; et, au centre, un escalier formant saillie ; deux fenêtres ont encore des volets sculptés, en chêne.
La chapelle a été détruite depuis la Révolution. On y voyait une statue de saint Eutrope, qui était un objet particulier de vénération dans le pays. Ce prieuré dépendait de l'abbaye de Longpont." (A de Caumont 2-83)

 

Aujourd'hui, le Mont Bottin est accessible par Angerville sur la D675

 

 

Liens :