Athis-de-l'Orne

 

 

Mottes castrales et châteaux :

"A l'époque médiévale, mottes castrales et châteaux furent élevés par les petits seigneurs de fiefs qui se sont morcelés au fil des générations : à la Motte (Epinouze), au coeur du bourg, aux Champs, au Buat, aux Bots, à la Fressengère ..." (athisvalderouvre.fr)

Ce sont maintenant surtout des fermes :
Les Champs. Au nord-ouest. Sur D802 : 48°48'59.5"N 0°30'50.3"W
Le Buat. A l'ouest. Sur les rives de la Vère. Sur D17 : 48°48'37.6"N 0°32'25.2"W
Les Bots : Au sud-ouest. Sur D229 : 48°47'05.7"N 0°31'53.7"W
La Fressengère : Au sud-ouest. Sur D81 : 48°46'38.7"N 0°31'59.5"W

Hamel des Bots : A l'ouest. Sur D801 : 48°47'56.5"N 0°32'44.5"W (approx.)

 

Rivières :

La Vère, le Lembron et la Courteille

Athis-de-l'Orne est bordé au nord-ouest par la Vère, au sud-est par le Lembron, et traversée par un affluent du Lembron : La Courteille

 

Eglise Saint-Vigor

XIXe siècle. MH. Sur Base Mérimée
"L'architecte Ruprich-Robert est chargé de construire la nouvelle église. Il conçoit un édifice néo-roman à trois nefs sans transept, et une abside semi-circulaire. Les travaux commencent en 1857. L'église est achevée en 1895 par l'architecte Amiard. A l'intérieur, décor sculpté sur les chapiteaux, pilastres et retombées des voûtes des bas-côtés. Le peintre Louis Chifflet procède à la décoration murale entre 1888 et 1894, dans un style évoquant l'art byzantin pour le choeur."

"L’église d’Athis, qui fut démolie au printemps de 1855, était très ancienne. Au témoignage de l’architecte Ruprich-Robert, elle remontait à 1160. Une des pierres de cet édifice, qui était dans le jardin de M.Hamon, huissier, portait la date de 1281.
Le chœur de cette ancienne église était tourné vers l’Orient. C’était l’usage le plus communément suivi à cette époque..." (athisvalderouvre.fr)

Place Saint-Vigor : 48°48'41.3"N 0°29'54.9"W

Athis-de-l'Orne : Eglise Saint-Vigor

Athis-de-l'Orne : Eglise Saint-Vigor

Athis-de-l'Orne : Eglise Saint-Vigor - Athis-de-l'Orne : Eglise Saint-Vigor

Athis-de-l'Orne : Eglise Saint-Vigor

 

Chapelle du Sacré-Coeur

XXe siècle

"Édifice de plan allongé, clocher en bâtière. Façade principale munie d'une rosace...
Utilisation : Concerts, Braderies, Fêtes du livre, Marchés de Noel,...
L'association pour la Sauvegarde de la chapelle du Sacré Coeur espère un jour que la chapelle sera de nouveau utilisée pour le culte. Pour l'instant, elle manque d'un prêtre." (patrimoine-religieux.fr)

Association de Sauvegarde de la Chapelle du Sacré Coeur d'Athis de l'Orne.
24, rue Maurice Duron

Au sud de l'église. Sur D20 : 48°48'36.8"N 0°29'55.0"W

Athis-de-l'Orne : Chapelle du Sacré-Coeur

Athis-de-l'Orne : Chapelle du Sacré-Coeur

 

Château du Rocher d'Epinouse

"La famille protestante Hardy (famille Velay) loge le pasteur Jean Giraud (pasteur de 1859 à 1867) dans une de ses maisons « la Heuzelière » en face de leur château « le Rocher d’Epinouze », sur la commune d’Athis..." (PDF sur epudf-bocage-normand.org)

A l'est. Proche de D20 : 48°47'49.2"N 0°28'02.6"W (Invisible)


Sur perche-gouet.net

 

Temple protestant

XIXe siècle

"bâti de 1864 à 1866 d'après les plans de M. Beaumont architecte à Flers, il fut inauguré le 2 avril 1866. Le pasteur A. Girot en fut l'initiateur."
(huguenotsinfo.free.fr)

Au nord. Sur D25 : 48°48'55.9"N 0°29'40.6"W

Athis-de-l'Orne : Temple protestant

 

Launay Derne

Mentionné sur Geoportail. Ce qui ressemble à une ancienne demeure.

Au sud-ouest. Proche d'Aubusson. Sur D229 : 48°46'50.1"N 0°32'34.7"W

 

Filatures

- Filatures sur Base Mérimée
"Usines, ateliers de filatures (XIXe siècle).
Dans les dossiers du Patrimoine industriel de l'Orne : cinq filatures, une usine de tissage-ouvrages en amiante, deux usines de matériel radioélectrique, une usine de peausserie, une usine d'ouvrage en amiante-usine de ouate. " (wikipedia)

"Dès le début du XVIIIème siècle, les tissus faisaient la renommée d'Athis. Les paysans cultivaient le lin et le chanvre (dans les chènevières) et complétaient leurs revenus en produisant chez eux toiles et étoffes sur des métiers à tisser. Les derniers tisserands à main cessèrent leur activité à la veille de la seconde guerre mondiale, mais leurs maisons sont encore nombreuses dans le bocage athisien. Au XIXème siècle, les moulins de la vallée de la vère furent reconvertis en filature et tissages industriels de coton puis, plus tard, d'amiante." (athisvalderouvre.fr)

 

Filature de la Martinique

XIXe siècle. MH. Sur Base Mérimée
"Reconstruite vers 1870, après un incendie, cette filature de coton avait été créée à la Restauration, vers 1818, par Pierre Hardy, et agrandie vers 1861 (logements d'ouvriers) et en 1865 (cheminée). Depuis la reconstruction, le site n'a pratiquement pas changé : autour du logement patronal se dressent les ateliers de fabrication, en bordure de la Vère, la chaufferie, la cheminée et les entrepôts, et, en retrait, les vestiges des logements d'ouvriers. A l'exception de la cheminée, dont le fût cylindrique en brique repose sur une assise polygonale en brique et en calcaire, l'ensemble des bâtiments est en granit. L'île des Antilles, devenue centre d'approvisionnement en coton pendant la Guerre de Sécession, lui a laissé son nom. Acquise vers 1949 par la S.A. du Ferodo, spécialisée dans la fabrication d'équipements automobiles, l'usine a tissé de l'amiante. Vers 1986, ce matériau a cédé la place aux produits ouatés. L'usine est encore en activité"

Sur D17. Sur les rives de la Vère : 48°49'37.0"N 0°31'34.3"W

 

 

Liens :