Carentan

 

 

Bataille de Normandie :

" Bataille de Carentan.
Au cours de la Seconde Guerre mondiale, dès le 6 juin 1944, la commune est le théâtre de violents affrontements entre parachutistes américains de la 101e Airborne Division et les Fallschirmjäger allemands. C'est finalement à la baîonnette que la ville sera prise par les Américains le 12 juin 1944." (wikipedia)

 

Eglise Notre-Dame

XIIe, XVe siècles. MH. Wikipedia. Wikimanche. Sur Base Mérimée
"Edifice mentionné dès le 12e siècle, conservant pour la période romane le portail occidental, les piles cruciformes de la croisée du transept et les piles de la nef. Au 15e siècle, la reconstruction de l'église est décidée sous la domination anglaise. Le choeur est refait, les piles de la nef arasées à trois mètres du sol pour les couronnés de chapiteaux à tailloirs. Le choeur est représentatif du style flamboyant. En 1517 a été ajoutée la chapelle d'axe. Au 19e siècle ont été ajoutées une sacristie au nord et une pièce faisant pendant au caveau. Il subsiste un ensemble de sculpture monumentale (anges musiciens) refait au cours du temps, et en particulier après la Seconde Guerre mondiale."

"église romane du XIe siècle détruite en 1443 et reconstruite en style gothique par le bailli du Cotentin, Guillaume de Cerisay... Elle abrite de nombreuses œuvres classées à titre d'objets. Le maître-autel porte les armoiries du pape Urbain VIII (famille Barberini), pape de 1623 à 1644."

Place Guillaume de Cerisay : 49°18'20.0"N 1°14'35.5"W

Carentan : Eglise Notre-Dame

Carentan : Eglise Notre-Dame

Carentan : Eglise Notre-Dame

Carentan : Eglise Notre-Dame

 

Carentan : Eglise Notre-Dame

Carentan : Eglise Notre-Dame

 

Hôtel de Chanvalon / Presbytère

XVIIIe siècle.

"Construit au XVIIe siècle, cet hôtel particulier est alors deux fois plus grand. Sa cave voutée témoigne de cette époque. Il est remanié au siècle suivant, doté d'un grand escalier de pierre, de lambris et de parquets, de grandes fenêtres et de lucarnes.
Il prend le nom de son propriétaire, Chanvalon, maire de Carentan entre 1800 et 1824, qui accueille dans son grand salon, côté jardin, l’empereur Napoléon 1er et l’impératrice Marie-Louise, le 26 mai 1811, lors de leur voyage à Cherbourg,
Il abrite le presbytère depuis 1861." (Wikimanche)

1 Place Guillaume de Cerisay : 49°18'19.0"N 1°14'34.1"W

Carentan : Hôtel de Chanvalon / Presbytère


Sur saintleon-carentan-50.catholique.fr

 

Hôtel Hervieu-de-Pontlouis / Hôtel de Dey

XIIe siècle. MH. Wikipedia. Sur Base Mérimée

"Une plaque indique que Honoré de Blazac (1799-1850) a séjourné dans cet hôtel et qu'il y situe sa nouvelle Le Réquisitionnaire, parue en 1831." (Wikimanche)

7 rue de l'Eglise ; place Guillaume-de-Cerisay : 49°18'18.6"N 1°14'36.6"W


Sur Google Street View

 

Hôtel de ville

XVIIe, XVIIIe siècles. Wikimanche

Ancien couvent qui servit de caserne, de collège, de garnison…

"Il est bâti de 1644 à 1652 par les sœurs de la congrégation de Notre-Dame qui en font leur couvent en mars 1652...
Alors que la Révolution fait rage, en 1792, les religieuses reçoivent l'ordre de quitter le couvent, la ville voulant utiliser une partie des bâtiments.
Conséquence des lois de séparation de l'Église et de l'État en 1905, les séminaristes exilés de Coutances s'installent fin 1906 dans le bâtiment, devenu « l'École de théologie »
Le couvent sert tour à tour de garnison, de caserne, de gendarmerie, de collège communal, de bureau pour la justice de paix, de bibliothèque et d'écoles primaires. L'ancien couvent d'Augustines passe finalement entre les mains des services municipaux, pour devenir l'hôtel de ville en 1926. Peu de communes de la taille de Carentan peuvent s’enorgueillir de posséder un hôtel de ville de cette dimension.
L'hôtel de ville est incendié par un déséquilibré à la fin des années 1980 puis reconstruit à l'identique." (Wikimanche)

Au sud. Boulevard de Verdun : 49°18'11.1"N 1°14'45.2"W

Carentan : Hôtel de ville


Sur Google Street View

 

Maisons à arcades de la place de la République

Arcades médiévales XIVe, XVe siècles. MH. Wikipedia

"place de la République, ces arcades sont uniques en Normandie. Elles sont supposées être le reste d'un ancien marché couvert. L'ensemble fait l'objet d'une inscription au titre des Monuments historiques depuis le 5 novembre 1927."

"Ensemble unique en Normandie, trois arcades géminées et une triple arcade supportent quatre maisons aux façades juxtaposées hétérogènes sur dix piliers. " (Wikimanche)

Place de la République : 49°18'16.5"N 1°14'38.8"W

Carentan : Maisons à arcades de la place de la République


Sur Google Street View

 

Hôtel de Ponthergé

XVIe siècle (1554). MH. Wikipedia. Sur Base Mérimée

"Il est construit en 1554 par un avocat, sieur de Ponthergé...
Sa double porte Renaissance du XVIe siècle est sculptée d'arabesques et soutenue par des contreforts. Les trois pilastres supportent une corniche décorée de visages et de végétaux..." (Wikimanche)

47 rue Sebline : 49°18'18.6"N 1°14'52.5"W


Sur Google Street View

 

Hôtel de Lessey

XVIIIe siècle

"Construit par la famille d’Auxais de Sainte-Marie-du-Mont au XVIIIe siècle, il est acheté en 1766, par Guillaume Desplanques de Lessey, gouverneur de Carentan puis échoit à la famille de Chivrey,
Les Augustines achètent le bâtiment en 1821 et y installent une école, l'institution Notre-Dame." (Wikimanche)

Rue Sebline ?

 

Maison 47 rue Holgate

XVIIIe siècle. MH.

47 rue Holgate : 49°18'07.2"N 1°14'55.3"W

 

Ancienne loge maçonnique

XVIIIe siècle. MH. Sur Base Mérimée

Impasse des Saules : 49°18'21.7"N 1°14'30.4"W

 

Lavoir des Fontaines

XVIIIe siècle. Wikimanche

"Il est construit entre 1784 et 1786 sur un terrain cédé gracieusement par les sœurs augustines dans le vieux quartier des Fontaines d'après les plans d'un dénommé Boullée, de la direction des Ponts et Chaussées de Carentan. "

Au sud. Rue des Lavandières : 49°18'02.4"N 1°14'39.5"W

 

 

Liens :

 

Paroisse de Carentan :
http://www.saintleon-carentan-50.catholique.fr/