La Roque-Baignard

 

 

Gide fut maire de la commune de 1896 à 1900. Dans plusieurs de ses oeuvres - Si le grain ne meurt, l'immoraliste ou Feuillets d'Automne - André Gide évoqua le village ou le château de la Rooque Baignard (sous le nom de la Morinière). Sa grand-mère avait acquis le château au milieu du XIXe siècle.

La Roque-Baignard

 

Eglise Saint-Martin

XVe siècle. "remarquable ainsi que les bâtiments qui l'entourent. Elle abrite des œuvres classées à titre d'objets aux monuments historiques (autel-retable, statues…). Dans le cimetière on retrouve les monuments des derniers Labbey de la Roque." (wikipedia)

"L'église de La Roque est bâtie au fond d'un étroit vallon entouré de collines boisées. Elle se trouve à un demi kilomètre environ du chemin de grande communication de la Boissière à Bonnebosq." (A de Caumont 4-166)

Eglise Saint-Martin de la Roque Baignard

 

Arcisse de Caumont est très prolixe sur cette église :
Extraits :
"Cette église était primitivement romane, ainsi qu'on peut s'en assurer en examinant l'appareil grossier des murs de la nef. Le mur septentrional est flanqué de deux contreforts du XVe. ou du XVIe. siècle, et d'un contrefort plat, roman, avec glacis très-incliné. A l'angle nord-ouest, se dressent deux contreforts, probablement romans, qui s'emboîtent l'un dans l'autre. Le mur méridional a été recrépi ; il est soutenu par un contrefort du XVe. siècle, et par trois massifs contreforts, élevés au siècle dernier. La corniche a été détruite ; quatre fenêtres à plein-cintre, modernes, éclairent la nef. Il n'y avait primitivement au nord aucune ouverture. Le porche en bois que l'on voit de ce côté précédait le portail occidental, qui est flanqué d'un ignoble contrefort et d'un contrefort peu saillant, avec glacis très-incliné, probablement roman. Une porte à plein-cintre, moderne, donne entrée dans le nef. Au-dessus du portail s'élève un joli clocher construit en charpente et recouvert en essente, lequel est surmonté d'une pyramide très-élancée, garnie de lucarnes sur les angles, datant de la fin du XVe. siècle ou du commencement du XVIe. La base en pierre du clocher est flanquée, au midi, d'une tourelle carrée, surmontée d'un toit à double épi. Cette tourelle, qui sert de cage à un escalier, est percée, dans sa partie supérieure formant fronton, d'une fenêtre cintrée, du XVIe. siècle, garnie d'une grille en fer du même temps ; l'appui de la fenêtre est en forme de larmier. La tourelle est coupée, dans sa partie moyenne, par un cordon. La porte est en bois de chêne, à panneaux plissés...
... Le choeur, en retraite sur la nef, se termine par un chevet droit, soutenu par trois contreforts saillants, du XVe. ou du XVIe. siècle. Ce chevet était autrefois percé d'une grande fenêtre qui probablement datait du même temps. Le mur méridional présente deux contreforts semblables aux précédents. (A de Caumont 4-166)

 

 

Château

XVI et XIX siècles, MH, wikipedia

Château de la Roque-Baignard

 

 

André Gide et le Château de la Roque :

Bibliobs.nouvelobs.com - «Balade en Calvados» avec André Gide
"Dès l'enfance, André Gide a aimé le domaine de La Roque-Baignard et son château. À douze kilomètres de Pont-l'Évêque, proche de Cambremer, chef-lieu de canton, non loin non plus du château de Formentin, baptisé Quartfourche dans «Isabelle», la propriété venait à l'écrivain de sa mère et des ancêtres maternels...
Il convient d'ajouter qu'à peu de distance s'étendait le Val-Richer, propriété de Guizot jadis, puis de ses descendants de Witt-Guizot jusqu'à notre époque..."

 

Maison normande :

Les plus belles maisons normandes sont celles qui ne sont pas rénovées.

La Roque-Baignard : maison normande

 

 

Liens :