Cottun

 

 

Les modillons : un élément essentiel pour juger de l'ancienneté d'une église :

 

Eglise Saint-André

XIIe siècle.

"Trois époques se manifestent nettement dans l'église de Cottun.
La nef est romane ; on y voit encore des modillons grimaçants et des fenêtres étroites cintrées. La façade occidentale est moderne.
A l'extrémité de la nef s'élève la tour octogone, portée sur quatre arcades reposant sur quatre piliers cylindriques ; elle était ainsi isolée des murs latéraux comme la tour romane d'Allemagne-la-Haute, près de Caen ; disposition très-rare et qui mérite d'autant mieux d'être examinée qu'elle montre combien on était embarrassé, aux XIe. et XIIe. siècles, pour établir des tours d'un petit diamètre au centre d'une nef d'une certaine largeur...
Le choeur appartient au XIVe. siècle ; les chapiteaux des colonnes, la forme et les dimensions des fenêtres le montrent suffisamment. D'ailleurs nous trouvons, chose bien rare, la date de cette partie de l'église écrite sur la clef de la première travée de la voûte..." (A de Caumont 3-419)

Cottun : Eglise Saint-André

Cottun : Eglise Saint-André

Cottun : Eglise Saint-André

Cottun : Eglise Saint-André

 

Château du Bas de Cottun

construit par Le Pelletier de Molandé au XIXe siècle.

Arcisse de Caumont signale d'abord un autre château, au nord :
"A quelque distance au Nord de l'église, on voit deux tours et les traces de l'ancienne enceinte du château de Cottun ; ce qui reste annonce la fin du XVIe. siècle.' (A de Caumont 3-421)

Puis il fait référence au château de M. de Molandé :
"M. Le Pelletier de Molandé, ancien officier de la garde royale, chevalier de la Légion-d'Honneur, dont la famille a déjà été mentionnée à l'article d'Arclais (p. 197), possède, à Cottun, dans une autre direction, à l'Est de l'église, un château moderne qu'il habite une grande partie de l'année : M. de Molandé est maire de cette commune."


Sur J.Y. Merienne

"Flanqué de deux tours très largement restaurées, cet élégant édifice est typique des châteaux de la Restauration, notamment dans la manière dont le dessin épuré de la façade anoblit le parc. Un avant-corps constitué de quatre travées et surmonté d’un fronton triangulaire percé d’un oculus, se détache nettement de l’ensemble. Longtemps propriété d’une grande famille locale, la famille Molandé, dont l’un des membres fut officier de la garde royale et maire de la commune, ce château fut prêté à plusieurs reprises aux moines de l’abbaye de Mondaye à la fin du XIXème siècle et au début du XXème siècle. Une chapelle avait été aménagée au rez-de-chaussée de la tour occidentale. La tour orientale, quant à elle, servit très probablement de colombier." (bayeux-intercom.fr)

 

 

Liens :