Cartes

- Fleuves et rivières - Gares - Arcisse de Caumont - Histoire - Livres et documents - Architecture - Géologie - Vidéos - Cartes

 

 

 

Cartes

Le Calvados jusqu'au IXe siècle. Carte de M. J. Masselin


Sur creully.blogspot.fr - cliquer sur l'image pour l'agrandir

 

- Histoire-normandie.fr - La Normandie gallo-romaine

"...Auguste divise la Gaule en province (la future Normandie relevant de la province appelée Lyonnaise) et, à un échelon inférieur, en cités. A cette époque, une cité n’est pas synonyme de ville. En réalité, chaque cité correspond à l’aire d’occupation d’un peuple gaulois (la superficie d’un petit département) et reçoit une capitale, généralement construite sur un site vierge ou presque. C’est le cas d’Aregenua, centre politique du peuple des Viducasses...

Avant la conquête romaine, les campagnes sont déjà largement déboisées, parsemées de fermes et irriguées par des routes. Les Romains renforcent le réseau par des voies romaines souvent rectilignes. Les fermes gauloises disparaissent quasiment toutes, remplacées notamment par des villas...

En 253, des Francs et des Alamans parviennent à franchir le Rhin et se répandent en Gaule. Cette rupture du front brise la pax romana (paix romaine) qui durait depuis trois siècles. Refoulés, ces Germains, et d’autres peuples, réviennent régulièrement semer la terreur. Aux attaques terrestres, s’ajoutent le danger des raids saxons venus de la mer. La Normandie est inévitablement frappée. Preuve de l’insécurité, les gens enterrent leur argent, cachettes que des archéologues retrouvent bien des siècles plus tard...

depuis le IIIe siècle peut-être, au IVe plus sûrement, des évêques sont placés à la tête de villes normandes : Rouen, puis Bayeux, Sées et Avranches. La mise en place de ces chefs religieux – devenus chefs politiques locaux après la fuite des fonctionnaires romains – témoigne de l’importance précoce des communautés chrétiennes dans la région. Les campagnes restent toutefois très marginalement touchées par la christianisation..."
(histoire-normandie.fr)

 

- Histoire-normandie.fr - Le duché de Normandie

"En 911, le roi des Francs confie à une groupe de Vikings un territoire qui deviendra le duché de Normandie. Les ducs construisent un État prospère et rayonnant. Leur principal fait d’armes est la conquête de l’Angleterre en 1066. Mais cette période d’apogée prend fin avec la soumission de la région au roi de France Philippe Auguste. La Normandie n’en conserve pas moins un fort dynamisme économique et démographique. Dynamisme qui s’éteint à la fin du Moyen Âge notamment à cause de la guerre de Cent Ans."

- Histoire-normandie.fr - L’apogée normand (911-1204)

"... l’arrière petit-fils de Guillaume le Conquérant, Henri II Plantagenêt devient le souverain le plus puissant d’Europe occidentale. Grâce à son héritage et son mariage, il contrôle à 24 ans un ensemble d’États, qui s’étend du nord de l’Angleterre aux Pyrénées en passant par la Normandie. Son successeur Richard Cœur de Lion part en croisade combattre le sultan Saladin..."

- Histoire-normandie.fr - Prospérité et chute du duché de Normandie

"Les hautes ambitions des ducs de Normandie sont rendues possibles par la richesse de leur territoire. Une richesse qui s’appuie sur une forte population (environ 700 000 Normands à la fin du XIIe siècle) et sur une agriculture en expansion. La région n’est toutefois pas encore spécialisée dans l’élevage bovin ou la production cidricole qui feront sa prospérité au XIXe siècle. Les paysans cultivent principalement les céréales (froment, avoine, orge). Ils défrichent les forêts pour étendre l’espace cultivable. L’expansion démographique et agricole, commune à toute l’Europe occidentale mais particulièrement vive en Normandie, engendre la naissance de nouveaux villages et de hameaux.
Les villes sont peu nombreuses et peu peuplées sauf la capitale Rouen. Cependant, les agglomérations se multiplient au pied des châteaux, autour des abbayes ou des marchés."

- Histoire-normandie.fr - Le siècle de saint Louis

"A partir de 1204, le roi de France est le nouveau maître de la Normandie. Ce changement de souveraineté ne perturbe pas fondamentalement la vie de la région et de ses habitants. Le duché garde une certaine autonomie : il dispose de sa propre coutume et conserve quelques-unes de ses institutions (l’Échiquier par exemple). Les Normands se soumettent sans chercher à retrouver la domination de leur ancien prince, le roi d’Angleterre...

Grâce à la croissance des campagnes, les évêques de Normandie disposent de revenus accrus (notamment le produit des dîmes). Ils entreprennent alors la reconstruction de leur cathédrale. Le XIIIe siècle est la grande période de reconstruction de ces édifices en style gothique (Rouen, Lisieux, Coutances, Bayeux).

- Histoire-normandie.fr - La guerre de Cent Ans en Normandie

"La guerre de Cent Ans éclate en 1337 entre la France et l’Angleterre ; la Normandie constitue l’un des principaux théâtres d’opération. Le roi d’Angleterre et ses fils mènent en personne des chevauchées en Normandie afin de piller le pays. Ils trouvent quelques soutiens parmi les nobles normands comme le roi de Navarre et comte d’Évreux, Charles le Mauvais et le seigneur de Saint-Sauveur-le-Vicomte Godefroy d’Harcourt. Les rois de France subissent d’écrasantes défaites : L’Écluse, Crécy, Poitiers, Azincourt. Et lorsque des trêves sont conclues, les mercenaires, sans emploi, vivent sur le pays."

 

Liens :